Théories de l’équilibre

Ou comment mieux se connaître pour s’organiser face au temps qui passe

Ulysse Lubin
Nov 1 · 8 min read
J’aime bien cette image

Le temps qui passe

Je n’ai pas peur de beaucoup de choses. Dans la vie, je suis assez tête brûlée. Il y a cependant une chose qui m’effraie plus que tout : le temps qui passe.

J’ai peur de ne pas l’employer correctement. J’ai peur de ne pas avoir le temps de réaliser suffisamment de choses ni d’essayer tout ce qui me fait envie. J’ai peur de mourir dans un accident demain, sans avoir eu le temps d’être un lien fort dans la chaîne des générations.

Il n’est pas possible de contrôler un accident, mais il est possible de contrôler comment dépenser le temps qui nous est alloué au présent.

Comment ? Difficile de se projeter dans un framework... La vie, ce n’est pas de la gestion de projet. Quoique. On parle pourtant bien de “projet de vie”.

Nous, les sapiens, mettons souvent un effort considérable pour avancer dans notre job. Nous réfléchissons, trouvons des problèmes, mettons en œuvre des stratégies pour les résoudre. Nous sommes généralement bien plus organisés dans notre travail qu’en-dehors.

Et si l’on pouvait définir un cadre nous permettant de mieux nous connaître, afin de mieux nous organiser, et ainsi allouer de manière optimale le temps qui passe ?

C’est ce que je vais tenter dans cet article, en vous partageant le fruit de plusieurs années de réflexion, d’expérimentation et de découverte.

Les 5 piliers

Cette théorie m’accompagne depuis longtemps. Je ne sais même plus comment elle est arrivée dans ma vie. Peut-être à l’issue d’une conférence, ou bien d’une réflexion personnelle.

Il existe 5 piliers dans nos vies, que sont :

  • La famille
  • Les amis
  • Les amours
  • Le travail
  • Les divertissements/passions

Imaginez que la vie de chacun d’entre nous soit représentée par une maison, comportant 5 pièces, chaque pièce étant supportée par l’un de ces piliers.

La largeur de chaque pilier est proportionnelle au temps que vous passez dans la pièce correspondante. Si bien que si vous passez autant de temps dans chaque pièce, votre maison sera alors très équilibrée.

Cependant, deux facteurs viennent bouleverser cet équilibre :

1. La société permet difficilement cet équilibre

Pour la plupart des gens, la société est construite sur un modèle où il faut travailler pour gagner de l’argent, qui nous permet de vivre confortablement dans les 4 autres pièces.

Sur une semaine de 168h, 89h30 sont déjà utilisées. Il ne vous reste que moins de la moitié à répartir entre les 4 autres piliers. Telle que la société est construite, il y a un déséquilibre inévitable.

Il est revanche possible de répartir tout le temps restant de manière équitable entre famille, amis, amours et divertissements afin de mener une vie relativement équilibrée. Oui, sauf que…

2. Il est impossible de meubler de manière exceptionnelle chacune des 5 pièces avec le temps disponible

Disons que vous passez de manière équivalente 20h/semaine sur chacun des 4 autres piliers. Sur les 20h dédiées aux divertissements, émettons l’hypothèse que vous en passez la moitié pour apprendre quelque chose de nouveau, comme le piano.

En 10h, vous pouvez largement entrer dans n’importe quelle connaissance. Ce sera d’ailleurs le sujet d’un futur article. Mais pour devenir un joueur exceptionnel de piano, il vous faudra y passer bien plus de temps. Peut-être 5000 heures.

À 10h par semaine, cela représente environ 10 ans. Il ne faudra pas vous tromper sur le sujet que vous souhaitez maîtriser et être assidu !

Sans oublier qu’une partie de votre temps sera dédiée aux tâches quotidiennes et à l’entretien de votre corps.

Il va falloir faire des choix si vous voulez devenir exceptionnel quelque part. Ce qui est certain, c’est que vous ne pourrez pas l’être partout.

Les 3 focus

J’ai pris connaissance de cette théorie assez récemment. C’était au cours d’une discussion avec le CEO de la startup dans laquelle je travaille. Je lui parlais de ma théorie des 5 piliers, et il m’a partagé la sienne : les 3 focus.

C’est une vision plus simpliste, qui consiste à dire que nous avons suffisamment de temps pour pousser 3 choses à fond, pas plus.

Ici, pas de distinction comme avec les piliers. L’idée est de faire des choix. En l’occurrence 3, au maximum. Et vous allez pouvoir dédier votre temps sur ces trois choses.

Imaginons que vous travaillez en conseil, que vous allez avoir un enfant, et que vous jouez dans une équipe de basket. Vous vous focalisez alors sur le travail, sur votre partenaire, et sur vos entraînements.

Quand votre enfant naîtra, vous remplacerez probablement l’un de ces focus par votre nouveau-né. Ce sera peut-être en arrêtant de travailler, en mettant en pause le basket, ou bien en sautant des soirées et week-ends romantiques. Asi es la vida.

Ce modèle permet de s’affranchir de la séparation nette travail/passion, et de ne pas seulement considérer comme “travail” ce qui rapporte de l’argent, de manière indifférenciée.

Si l’on souhaite devenir un joueur professionnel d’échecs, ou bien un athlète de haut niveau, alors le travail est concilié avec la passion. On pousse simplement à fond le fait d’être excellent aux échecs, ou bien en saut en longueur.

Une journée étant faite de 24h, il va falloir faire des choix.

À noter qu’il est possible de se focaliser sur moins de 3 choses à la fois. 3, c’est la limite.

Si je prends mon cas à l’instant T, je suis très focus sur le travail et ensuite sur l’écriture. Je compte l’écriture (et la création de contenu de manière plus générale) comme une passion (pour l’instant). Dans “travail”, je compte mes heures passées au bureau, ainsi que toutes les heures supplémentaires passées à apprendre d’entrepreneurs plus expérimentés, et à accompagner ceux qui le sont moins.

Je délaisse donc beaucoup ma famille, mes amis et ma copine. C’est un choix assumé. Toutefois, délaisser ne veut pas dire se désintéresser. Je les aime tous très fort. Cela signifie que je passe peu de mon temps disponible avec eux.

J’ai 25 ans, encore assez peu de responsabilités et je suis en bonne santé. Je sais que pour être entièrement en accord avec mes envies du moment, je vais chercher à allouer de plus en plus de temps à mes voyages, à la création de contenu, tout en continuant d’évoluer dans le monde des startups.

Le puzzle

Cette dernière théorie est selon moi la plus belle. Elle me vient de Daniel Sloss, un comédien écossais brillant. Un de mes collègues, fan de stand-up, m’avait conseillé ses deux spectacles sur Netflix, DARK et Jigsaw. Je vous les recommande à mon tour.

Dans Jigsaw, Daniel raconte la métaphore du puzzle utilisée par son père pour lui représenter la vie. Il explique alors que lorsque tu construis ta vie, tu commences par la base, et donc les coins de ton puzzle.

Ces 4 coins sont la famille, les amis, le travail et les passions/hobbies. Au milieu, se trouve sa femme, celle qui est l’élément central de sa vie.

Cela ne vous rappelle-t-il pas quelque chose ? Pour moi, ce sont les 5 piliers revisités.

Daniel va évoluer de nombreuses années avec cette image en tête, avant de se rendre compte que l’amour n’est pas quelque chose de central pour tout le monde.

Le centre du puzzle, et donc de nos vies devrait être rempli avec ce qui nous rend heureux. Pour Daniel, c’est jouer sur scène. Pour son père, c’est sa femme. Pour moi, c’est voyager.

Chacun d’entre nous devrait être capable de dessiner son puzzle.

C’est parti !

Pour dessiner mon puzzle actuel de manière objective, je vais répartir les 5 piliers en mettant au centre celui sur lequel j’ai choisi de me focaliser en ce moment. La taille de chaque zone sera proportionnelle au temps passé.

Les flèches représentent des sujets qui peuvent être liés. Par exemple, lorsque je voyage, je fais des vidéos, et donc je crée du contenu.

Mon puzzle actuel

Essayons d’aller plus loin, en dessinant le puzzle vers lequel je souhaiterais tendre le plus rapidement possible.

Pour cela, je vais mettre au centre de mon puzzle ce qui me rend particulièrement heureux, en me limitant à 3 sujets sur lesquels je pourrais m’investir à fond.

Je vais ensuite essayer de le construire de sorte à ce que le centre soit le plus possible connecté avec les coins, afin de trouver un équilibre qui me conviendrait.

Mon puzzle idéal

J’ai encore beaucoup à faire et à apprendre avant de pouvoir prétendre à cette image de ma vie. En revanche, je pense être sur la bonne voie. Il va me falloir me réorganiser un petit peu, mais je pense pouvoir y arriver dans un futur assez proche.

Il est normal de faire évoluer son puzzle avec le temps. Imaginez le vôtre quand vous aviez 5 ans et vous serez content qu’il ait évolué (ou pas).

Par exemple, à 5 ans, la famille prenait beaucoup plus de place dans ma vie. Je suis parti en internat vers 15 ans, j’ai emménagé dans mon premier appartement à 17 ans, et depuis cette zone rétrécit de plus en plus. Pour cause, je vis de plus en plus loin de ma famille. C’est un choix. Je ne serai sûrement pas plus heureux en vivant dans un petit village dans le sud de la France, bien que j’apprécie y retourner de temps en temps.

Peut-être que cela changera avec les années. À ce propos, je viens d’avoir une idée. À partir d’aujourd’hui, je dessinerai mon puzzle actuel chaque année, ainsi que mon puzzle idéal pour l’année suivante.

Si cet article vous a fait réfléchir, prenez une feuille et un crayon, et tentez de dessiner le vôtre !

La prochaine étape sera celle de la mise en œuvre et de l’organisation. Je laisse cela pour un prochain article.

À très vite !


PS : Tu aimes mes histoires ? Inscris-toi à ma newsletter pour être le premier au courant quand je publie un nouvel article 🤠

Thanks to Julia Gmbd

Ulysse Lubin

Written by

I write stuff.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade