Vive le rap francophone

Ulysse Lubin
Jun 22 · 8 min read

Vous aimez le rap dans la langue de Molière ? Vous voulez découvrir de nouveaux artistes ? Si oui, vous êtes au bon endroit. Dans cet article, je vais vous présenter 15 rappeurs francophones qui ont croisé mon chemin ces dernières années. Pour chacun, je ferai un focus sur 3 titres qui m’ont marqué, et comme je suis sympa, je vous ai concocté une playlist Spotify avec tous ces sons.

Disclaimer : on peut mettre n’importe quoi dans la case “rap”, c’est pourquoi j’ai choisi de m’en tenir à ma définition préférée de ce genre, à savoir l’acronyme de “Rhythm And Poetry”. L’idée étant de faire découvrir des artistes peu (ou du moins pas assez) connus, je me suis limité à ceux ayant moins de 300.000 auditeurs mensuel sur Spotify et qui continuent de sortir de nouveaux sons. Aussi, cet article reflète ma sensibilité, et il se peut que je ne parle pas de votre artiste préféré. Si c’est le cas, c’est soit que je n’aime pas suffisamment sa musique, soit que je ne le connais pas encore.

Représentation non-contractuelle de 15 rappeurs de l’ombre prêts à être découverts

Kacem Wapalek

Cela fait des années que je commence par Kacem Wapalek quand je cherche à faire découvrir de nouveaux sons à un ami. Il est aussi mon arme principale quand j’entends la phrase suivante : “Non moi je n’aime pas le rap.”. Je réplique alors souvent par : “Laisse Kacem Wapalek te faire changer d’avis. Si tu n’aimes pas, je n’insisterai pas.”

A ceux qui sont des familiers du rap, je fais écouter Comme d’hab’ (feat. Nemir), aux autres, l’histoire de la princesse Marie Jeanne.

“Pour qu’un disque dure, faut pas qu’il dise que dalle, sinon le disque endort”. Kacem n’endort pas. Il a une parole d’argent et mérite des disques d’or. Ce rappeur est assurément noté Vingt sur vingt.

Dooz Kawa

Si j’écoute du Kacem Wapalek depuis des années, ma Dooz Kawamanie est plutôt récente. J’avais depuis longtemps enregistré dans mes titres Me faire la belle que je trouvais incroyable d’écriture. Je n’étais pas allé plus loin. Un jour, j’appuyais sur le nom de l’artiste et je découvrais son univers. Un univers bardé de rimes qui dansent sur des instrus qui vous feront frissonner.

Il est si dur de choisir seulement deux titres supplémentaires. Je viens à peine de commencer l’article et j’ai déjà envie de déroger à la règle de 3 ! Bon. Dans la vie, il faut faire des choix. Rendons hommage aux sombres héros, anonymes sous le sombrero de Dommage collatéraux et à la mélodie langoureuse, mélancolie d’amoureuse de Si la misère t’amuse.

Gaël Faye

Cet artiste, né au Burundi, a fui son pays natal pour la France à 13 ans. Je suis embêté parce que mon histoire commence avec une chanson qui n’est plus disponible sur Spotify : Petit Pays, qui est aussi le titre de son premier livre (et premier succès, avec notamment le prix Goncourt des lycéens).

Inspiré de sa vie, ce livre retrace les épreuves d’un jeune entre guerre civile burundaise et génocide des Tutsis au Rwanda, là où “la vie ne tient qu’à une trajectoire d’objet métallique”.

Gaël Faye aime la langue française et il l’explore dans ses textes avec passion. Il fait de sa vie un poème dans Tôt le matin, déclare son amour à la capitale dans Paris métèque et fait peser l’importance de chaque mot dans By.

Melan

Le rapgame toulousain n’est pas seulement représenté par Bigflo & Oli. Il peut se targuer d’avoir Manel alias Melan dans ses rangs. Comme beaucoup, je l’ai découvert avec Passant Passe. J’écoutais de nouvelles musiques en fond quand soudain, je relevais ma tête, alt+tab. “Mais qu’est-ce que c’est que cette tuerie ?”

Ce Poète des temps modernes envoie un flow qui ravira les puristes, tout en explorant de nouveaux codes. Cet article se concentre sur la langue de Molière, mais Melan a des origines espagnoles. En explorant sa discographie, vous aurez la chance d’entendre ici et là quelques passages en catalan. Perso j’adore.

Pour finir, comme un rayon de soleil dans la jungle de mes titres, Dame sol est bien un titre qui intimide tellement ma souris qu’elle n’ose jamais s’aventurer près du bouton “suivant”.

Hugo TSR

On ne peut pas faire plus indépendant que Hugo TSR. Il assume toute la chaîne de production musicale. Son style encapuchonné aux antipodes des tendances est reconnaissable dès les premières notes. Caché dans l’ombre, il se révèle aux oreilles attentives.

Généralement, j’assimile chaque artiste qui m’a marqué à une période de ma vie. Ce n’est pas le cas de Hugo TSR. J’ai l’impression qu’il a toujours été là, à dépeindre la vie parisienne du 18ème depuis sa Fenêtre sur rue.

À 25 ans, quand je croise Les vieux de mon âge dépeints par Hugo TSR, je me dis que je ne suis plus tout seul avec le syndrome de Peter Pan. Enfin, je ne connais personne Autour de moi, capable d’envoyer autant que lui sur une instru de carrousel. Il faut l’écouter pour le croire.

Davodka

On peut difficilement trouver plus gros flow sur la scène française que Davodka. J’ai eu une période où je m’amusais à apprendre des couplets techniques et rapides (typiquement Comme d’Hab’ de Kacem Wapalek). Autant vous dire que je n’ai même pas essayé de maîtriser Mise à flow. Rapper vite c’est bien. Rapper vite et bien c’est beau. Et Davodka confirme en live.

Il feat avec Melan, Dooz Kawa et Demi Portion qui sont dans cette liste, alors forcément … Mais essayons de trouver d’autres titres sur des albums différents.

Accusé de réflexion, Davodka envoie une Fusée de détresse captée À juste titre par Hayce Lemsi depuis sa Tour de contrôle. Et c’est à deux qu’ils larguent cette bombe. BOOM !

Petit bonus hors sujet : si vous aimez la vitesse, je vous invite à découvrir l’américain Mac Lethal et le polonais Mc Silk.

Scylla

Il nous vient de Bruxelles (petite pensée à Caballero et Jeanjass, Roméo Elvis et Damso, trop connus pour apparaître dans cet article) . Et toi? Probablement son coup de génie. Scylla a trouvé une nouvelle manière d’exprimer sa créativité, en compagnie de Sofiane Pamart, LE pianiste du rap game.

Après un coup d’essai dans Masque de chair, ils lâchent dans Pleine Lune 12 titres piano/voix dans un genre très (trop) peu exploité par les rappeurs. Et c’est magnifique, à l’image de Le monde est à mes pieds.

Quitte à innover, autant pousser le vice. Scylla et Sofiane Pamart partent en Clash. Entre punchlines acérées et composition virtuose, ces deux gladiateurs se livrent un duel prenant. À écouter de toute urgence !

Fayçal

Dans le disclaimer du début, je précisais que je ne présenterai que des artistes actifs. Écouter du Fayçal, c’est accepter d’attendre. Pour cause, ses projets musicaux sont en stand-by.

“La raison est que j’anime des ateliers d’écriture auprès de jeunes, moins jeunes, dans des centres sociaux, des bibliothèques, des centres éducatifs, des collèges, des lycées, des centres d’accueil pour migrants etc … et il s’avère que tout ça m’épanouit en ce moment […] En vérité, chaque fois que je rentre chez moi et que je sais qu’une personne a évolué dans la compréhension de cette langue, ça me rend bien plus fier que toutes les vues que je peux faire[…] Voilà, du coup la musique est entre parenthèses en ce moment mais elle n’est jamais très loin, j’y reviendrai, mon quatrième album arrivera, la date je l’ai pas mais ce qui compte pour moi c’est la qualité et vous même vous savez…”

Tout est dit. J’attendrai. Et j’espère que vous aussi. Pour vous en convaincre, je vous propose de vous laisser tenter par La belle endormie, Mélodie d’un jour de Juin et Requiem pour encre fine.

Le Dé

Encore un Belge ! Il nous vient de Liège cette fois. Je l’ai déniché pendant mon voyage en Amérique du Sud (merci les découvertes de la semaine de Spotify). Avec Lomepal, il a accompagné mes interminables heures de bus au fin fond du Pérou.

Il faut avoir un grain pour écrire “Si tu prétends être un coq, j’vais te chickenfiletiser”. Mais ça fonctionne. Ledé Markson alias Le Dé pond des mélodies qui restent en tête comme Triple bicéphale. Sérieusement… j’ai dû avoir le refrain en tête pendant deux semaines…

Dé/D/Delta… Dans Delta Plane, Le Dé envoie de la punchline géniale dans Beurre de Marrakech et nous parle du temps qui reste (petite pensée pour Serge Reggiani) dans Espace temps.

Lorage

Je suis tombé sur Château de cartes pendant un trajet vers Alicante. En arrivant, je me souviens être parti marcher de nuit dans la ville pour en écouter plus. Il m’a complètement happé.

Avant l’orage raconte la vie d’avant Lorage. La vie d’un Suisse qui a bien grandi et qui aujourd’hui sample la musique des interviews de Sept à Huit (les ouïes fines reconnaîtront l’instrumental de Lily Dale - Arthur H) dans Monologue de sourd.

Même si ses textes ne sont pas toujours des plus gais, il vous poussera à réaliser vos rêves !

Lonepsi

C’est une Française rencontrée au Chili qui m’a fait découvrir Lonepsi avec Inexprimable. Et elle avait bien raison ! Lonepsi écrit de beaux textes entre rap conscient et poésie. Il est typiquement mon partenaire des journées pluvieuses à la maison quand L’hiver est là.

Vous vous souvenez du duo piano/voix de Scylla et Sofiane Pamart ? Lonepsi aussi sait faire. Mettez-le derrière un piano et il vous racontera sa rencontre le temps d’un instant avec La fille du bus. Ce titre me fait d’ailleurs penser aux passantes de Brassens.

Demi Portion

Demi Portion peut-être, style entier, c’est sûr ! Un Demi-parrain + un Demi Pablo = une portion entière de bonheur. Le Parrain, Narcos, Dragon Ball… Il reconnecte avec ces classiques avec lesquels nous avons grandi.

Entre Robert et Larousse, Rachid alias Demi Portion nous régale d’une série de quatre titres proposant de nouvelles définitions pour son dictionnaire, qui se finit magnifiquement par Mon dico IV.

Seyté

La scène bruxelloise fait décidément beaucoup parler d’elle en ce moment. Et ce n’est Pas ce soir que cela va s’arrêter ! La vie est belle avec Seyté, mais c’est aussi son deuxième projet solo après Trois fois rien, lui qui est aussi connu pour être l’un des cinq membres du groupe La Smala.

Seyté est juste. Il est par exemple un exercice difficile que de parler de sexe et de coup d’un soir avec des mots crus pour un rappeur tout en restant juste. Les oiseaux s’envolent ne franchit pas la ligne du vulgaire. C’est beau à écouter et à s’imaginer.

Kikesa

Direction Nancy où Kikesa kicke comme jamais ! C’est à travers la vidéo de Seb la Frite que j’ai connu Kikesa, qui à ce moment sortait un nouveau son chaque Dimanche. Cela vous rappellera sans doute un certain Riles (que j’ai aussi découvert par une vidéo de Seb la Frite… décidément).

Aujourd’hui, Kikesa est en train de changer de dimension. Vous êtes peut-être déjà tombé sur La dernière fois que je parle de toi en naviguant sur YouTube. Bientôt 4M de vues, et ce n’est qu’un début. Kikesa a une belle carrière devant lui, et j’ai hâte d’écouter la suite !

Lucio Bukowsi

Cela doit bien faire 7 ou 8 ans que j’écoute du Lucio Bukowski. Un ami m’avait fait écouter L’éloge du vagin qui est également un éloge aux jeux de mots.

Ecouter du Bukowski c’est parfois accepter son ignorance, prendre son dictionnaire, et se rendre compte de son génie. Il s’amuse par exemple à écrire des textes avec contrainte où les mots utilisés sont soumis par les auditeurs comme dans Demain sera. J‘ai attendu la fin de l’article pour trouver un moyen de déroger à ma règle de 3 : parler de musiques qui ne sont pas sur Spotify !

Lucio Bukowski a une discographie impressionnante. J’aime beaucoup ses collaborations avec Anton Serra dans Pinacle et Les lions sont solitaires. Enfin, je propose de conclure cette playlist avec Rubaïyat.


PS : Tu aimes mes histoires ? Inscris-toi à ma newsletter pour être le premier au courant quand je publie un nouvel article 🤠

Ulysse Lubin

Written by

I write stuff.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade