Anyone can publish on Medium per our Policies, but we don’t fact-check every story. For more info about the coronavirus, see cdc.gov.

Si j’avais su épargner…maintenant je sais comment faire

PNUD Madagascar
Jul 28 · 4 min read

Si de coutume à Madagascar, les mères de nouveau-né doivent rester au chaud au lit en attendant de recouvrir une bonne santé, Hanta (nom d’emprunt) a dû sortir pour la première fois de chez elle pour s’inscrire au programme de protection sociale “Tosika Fameno”.

Image for post
Image for post
Avec son bébé bien couvert dans ses bras et protégé dans un large drap, Hanta fait la queue aux guichets consacrés aux personnes âgées et aux mères de nouveaux nés, au centre dédié du quartier Alarobia, dans la capitale Antananarivo.

« La situation est angoissante car la COVID-19 est une maladie contagieuse qui décime beaucoup de personnes » confie-t-elle tout en posant son regard sur son enfant. « Avec cette épidémie, nous manquons d’argent et de nourriture. Mon mari ne travaille plus. Nous n’avons plus rien entre les mains. Aujourd’hui, il s’est porté volontaire pour aider le fokontany à s’organiser face à la pandémie, et moi, je suis ici pour pouvoir bénéficier de l’aide financière de l’Etat » raconte la jeune maman d’Alarobia.

Tosika Fameno est le plan d’urgence sociale mis en place par l’Etat malagasy, avec l’appui des partenaires techniques et financiers, dont le PNUD dans le cadre de la riposte contre la COVID-19. Il s’agit d’allouer un transfert monétaire non-conditionnel de 100 000 Ar (environ 15€) aux ménages les plus vulnérables dont les revenus sont affectés par les mesures de confinement pour faire face à la pandémie.

Image for post
Image for post
A l’échelle nationale, prés de 270 000 ménages sont concernés par ce programme de protection sociale lancé dans le cadre du Plan Stratégique d’Urgence Sociale Covid-19. Les bénéficiaires ont été identifiés suite aux analyses de vulnérabilité basées sur le recensement des ménages dont les revenus sont interrompus à cause du confinement.
Image for post
Image for post

Dans la même file d’attente se trouve Rasoa. Elle fait partie des personnes âgées présentes au centre d’Alarobia pour l’inscription au Tosika Fameno. Assise sur un banc, un peu éloigné des files d’attente, elle attendait patiemment son tour pour s’enregistrer.

« J’ai 62 ans et je réside à Morarano. Je coupai et récupérai les herbes dans les jardins des particuliers » se présente-t-elle. « Maintenant c’est plus le cas. Les gens ont peur de la maladie et ne veulent plus nous faire travailler. Je voulais m’inscrire à cette opération Tosika Fameno car je n’ai plus rien. J’ai perdu mon travail » informe Rasoa.

Les fokontany ont joué un rôle clé dans l’information et la sensibilisation des ménages vulnérables affectés par les mesures de confinement face à la pandémie pour qu’ils s’inscrivent volontairement au programme Tosika Fameno.

Image for post
Image for post
Image for post
Image for post
Image for post
Image for post
Image for post
Image for post
Image for post
Image for post

Le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) déploie cette aide financière en faveur de 13 000 ménages vulnérables de la capitale Antananarivo. Une action réalisée en étroite collaboration avec le ministère de la Population, de la Protection sociale et de la Promotion de la Femme, la Commune urbaine d’Antananarivo,et le bureau national de gestion des risques et catastrophes (BNGRC).

Image for post
Image for post

Bâtir la résilience avec l’éducation financière

La particularité de l’approche du PNUD est d’allier l’attribution de ces aides à des séances d’éducation financière.

Si j’avais su épargner…maintenant je sais comment faire —Fanja

Image for post
Image for post
Fanja était coursière et aide journalière. Depuis la mise en place des mesures de confinement, tout a basculé pour elle. Plus de travail.

« Dans ce contexte de pandémie durant lequel il n’y a subitement plus eu de travail, c’est devenu complexe ! J’avais moi-même un emploi mais il y a eu un arrêt. Si j’avais su épargner, j’aurai pu investir dans la revente des petites marchandises de première nécessité. Aujourd’hui je peux dire que j’ai beaucoup appris durant la séance de sensibilisation. » témoigne Fanja qui vient d’assister à une séance d’éducation financière animée l’institution de microfinance OTIV mandatée par le PNUD.

Image for post
Image for post
Une séance d’éducation financière en plein air dans le respect des gestes barrières.

Les mêmes séances d’éducation financière ont été organisées dans différents sites avant les opérations de paiement proprement dit de Tosika Fameno. Organisées en plein air ou dans des salles proposées par les autorités locales, par groupe restreint, l’objectif est non seulement de pouvoir dispenser aux bénéficiaires les instructions sur les gestes barrières afin de réduire la propagation du virus de la COVID-19 et les directives administratives lors des opérations de paiement de Tosika Fameno mais surtout pour partager des conseils pratiques de gestion de budget ménager malgré la crise sanitaire.

Image for post
Image for post

Texte : Nanou Fiankinana R.

Photos : PNUD Madagascar — Commune Urbaine d’Antananarivo

PNUD Madagascar

Written by

Nous travaillons à Madagascar et sommes au service du peuple et de la nation.

PNUD Madagascar

Written by

Nous travaillons à Madagascar et sommes au service du peuple et de la nation.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch

Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore

Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store