Saison 1, épisode 11 : The rescue

Ce qu’il se passe : C’est la première grande victoire du Docteur, son grand génocide. Allié des Thals, aidé par ses compagnons, ses fidèles, il vainct. Il vainct en se montrant aussi terrible que ses ennemis.

C’est la fin, les Daleks sont eXtErMiNéS. Les carcasses mal faites jonchent le plateau de tournage. On s’attendrait presque à voir l’équipe technique venir ramasser les carcasses métalliques, ce serait normal. Ça casserait à peine l’illusion de cette série faite de bric et de broc. Le Docteur, le terrible Docteur en a fini avec ses jouets, il est temps de partir vers une autre aventure.

“Je reviendrai sur Skaro”, promet-il, sans avoir à quoi ce serment l’engage. Il part sans aucun scrupule, sans aucun souvenir. Ainsi est le Docteur. Libre. C’est sans doute pour supporter toutes ces éternités, toutes ces aventures. Pour que l’on puisse regarder ses aventures dans tous les sens, sans se poser trop de questions.

Ceux qui gardent les souvenirs, ce sont les compagnons. Comme ce baiser échangé sans rime ni raison.

Et c’est reparti. “Notre destinée est dans les étoiles” dira souvent le Docteur.
Elle est surtout ailleurs. Le Docteur aime les pages blanches. Tomber amoureux. Le Docteur aime les débuts.

Ce qu’il faut regarder : Les carcasses de Daleks qui jonchent le plateau.

A single golf clap? Or a long standing ovation?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.