Unis pour lutter contre un ennemi invisible : la poliomyélite en RDC

L’UNICEF se mobilise aux cotés des communautés locales et du gouvernement pour protéger les enfants contre le virus de la poliomyélite en RDC

Une campagne de riposte contre la poliomyélite

Kipaka, RDC — C’est une foule immense qui a accueilli, ce lundi 26 juin 2017, le ministre provincial de la Santé Publique du Maniema, Dr Lukala Ngereza Charles lors du lancement officiel de la campagne de riposte contre la poliomyélite à Kipaka, à environ 200 km au sud de la ville de Kindu, chef-lieu de la province du Maniema dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC).

Prévue en deux phases du 27 au 29 juin puis du 10 au 12 juillet 2017, cette riposte vise à vacciner 276 000 enfants de moins de 5 ans contre la poliomyélite dans les zones de santé d’Alunguli, de Kailo, Kampene, Kasongo, Kibombo, Kunda et Samba en province du Maniema.

276 000 enfants de moins de 5 ans à faire vacciner !

« Le gouvernement veut éradiquer la maladie paralysante qu’est la poliomyélite dans notre pays. C’est pourquoi, nous lançons cette campagne de vaccination» a déclaré le ministre provincial de la Santé. « J’invite donc toute la population du sud Maniema, tous les parents et gardiens d’enfants à faire vacciner leurs enfants âgés de zéro à cinq ans lors du passage des vaccinateurs, et ce, durant les deux phases de la campagne » a-t-il insisté.

Un nouveau cas de poliomyélite en avril 2017

Le choix de Kipaka, siège du bureau central de la zone de santé de Kunda, comme site de lancement de la riposte n’est pas fortuit. En effet, la RDC a enregistré en avril 2017, un nouveau cas de poliomyélite dans le village de Penegorie, bordant le fleuve Congo, dans la zone de santé de Kunda, en province du Maniema. Il s’agit d’une petite fille de deux ans qui marchait déjà correctement jusqu’à ce qu’elle perde subitement l’usage de ses deux jambes.

Une analyse médicale a confirmé qu’il s’agissait d’un cas de paralysie flasque aigüe due au virus de la poliomyélite. L’investigation des spécialistes de la santé a pu établir que deux autres enfants dans son entourage étaient aussi contaminés. Pour rappel, le dernier cas de poliomyélite enregistré en RDC était survenu à Yaleko dans la province de la Tshopo en 2013.

Une guerre contre la poliomyélite en RDC

En appui à la campagne de riposte lancée par le gouvernement, l’UNICEF a effectué un déploiement massif et sans précédent de ses ressources humaines et matérielles.

Une équipe multidisciplinaire de plus de trente personnes venues de New York, Dakar, Kinshasa, Goma et Kindu a été affectée dans les huit zones de santé pour renforcer les capacités des acteurs locaux.

Cette équipe de l’UNICEF a formé plus de 300 moniteurs indépendants sélectionnés par le comité national d’éthique à la santé (CNES) en partenariat avec les autorités locales pour assurer la gestion du vaccin antipolio oral monovalent de type 2 (VPOm2) utilisé pour la riposte selon les standards internationaux.

«Nous sommes en guerre contre un ennemi invisible : c’est le virus de la poliomyélite. On ne le voit pas mais il constitue une grande menace pour tous nos enfants et pour l’avenir de notre pays » a déclaré Dr André Kasogo, Spécialiste de l’Immunisation à l’UNICEF lors du lancement de la formation des moniteurs indépendants.

« Nous devons combattre le virus de la poliomyélite par tous les moyens et surtout nous assurer que chaque enfant a pu bénéficier de chaque dose de vaccin qui lui est destinée» a-t-il précisé.

De la participation des communautés à la vaccination des enfants

Les équipes de l’UNICEF soutiennent également l’organisation de séances d’information, de sensibilisation, de plaidoyer et de mobilisation sociale à l’ intention des autorités politico-administratives et religieuses, des leaders communautaires, des responsables d’associations et d’organisations non-gouvernementales, des membres de la société civile, des parents et gardiens d’enfants, pour leur appropriation et implication personnelle dans la lutte contre la poliomyélite.

«La participation et l’engagement de la communauté constituent la clef pour gagner la lutte contre la poliomyélite » a déclaré Thierry Dentice, Chef de Bureau de l’UNICEF pour la Zone Est. « J’invite donc tous nos partenaires impliqués dans cette lutte à mettre la communauté au centre de leurs interventions afin que chaque enfant soit vacciné et que nous puissions mettre un terme à cette maladie évitable par la vaccination. » a-t-il ajouté.

La poliomyélite est une maladie très contagieuse, invalidante et mortelle dans certains cas. Un seul enfant atteint par la polio a la capacité de contaminer 200 autres autour de lui. La vaccination demeure le seul moyen de prévention. Faire vacciner les enfants plusieurs fois ne présente aucun danger. Ceci augmente plutôt les défenses de l’enfant et le protège dans une région où le virus continue de circuler.


Par Djaounsede Madjiangar

Spécialiste de la communication- UNICEF RDC, Bureau Zone Est (Goma)


Crédit photo: UNICEF RDC 2017 Madjiangar