L’UNICEF & le Ministère de la jeunesse, pour l’autonomisation des jeunes en Guinée

Le chef de l’État, Pr Alpha Conde, a présidé le lancement de U-Report en Guinée en mars 2016 ©UNICEF Guinée

Les jeunes de 15-24 ans représentent un sixième de la population mondiale. Ils sont victimes de nombreux maux de la société et vivent principalement dans les pays en voie de développement. Selon des statistiques mondiales, environ 50 millions d’enfants et jeunes ont été contraints de quitter leur logement pour fuir les conflits dans leur pays et plus de 60 millions de jeunes ne sont pas scolarisés, pour ne citer que quelques exemples.

En Guinée, la question des jeunes est une priorité du gouvernement. Cette orientation politique met l’accent sur les axes fondamentaux pour l’établissement d’une meilleure participation des jeunes à la définition de leurs besoins prioritaires ; et ce, à travers des stratégies novatrices de plaidoyer, de communication et de renforcement des capacités.

Un jeune U-reporter ©UNICEF Guinée

En appui au Ministère de la Jeunesse, l’UNICEF Guinée, œuvre principalement à l’autonomisation des jeunes

Dans le souci de pallier ces difficultés et d’aider la jeunesse à concevoir une société meilleure, en 2016 l’UNICEF a fourni à 11.7 millions d’enfants et de jeunes un enseignement primaire et leur a permis d’être les acteurs de leur propre éducation.

Dans la même dynamique, en appui au Ministère de la Jeunesse, l’UNICEF Guinée, œuvre principalement à l’autonomisation des jeunes y compris les jeunes filles les plus vulnérables, en leur donnant les capacités nécessaires pour devenir de véritables acteurs du changement social, et de comportements positifs et durables. Nous pouvons ici citer, la promotion de la participation des jeunes à travers le lancement de l’initiative U-report qui vise à donner de la voix aux jeunes et leur permettre de donner leurs avis sur les sujets qui les concernent. À ce jour, U-report compte plus de 11 295 U-reporters sur l’étendue du territoire. Parmi eux, 6 742 ambassadeurs ont été identifiés pour véhiculer l’importance de la plateforme et faire adhérer le plus de jeune dans le pays au concept, tout en leur faisant comprendre qu’ils sont au cœur des préoccupations de la nation.

Une maison de Jeune ©UNICEF Guinée

De plus, des maisons de jeunes et espaces virtuels ont été aménagés et équipés en divers matériels. 27 hotspots ont été installés, dans les communes de Conakry et à l’intérieur du pays. C’est ainsi que de nombreuses formations ont été organisées sur le fonctionnement et la gestion des hotspots, mais aussi sur le mandat, le cycle de programmation et les interventions communautaires de l’UNICEF. Cet exercice avait pour but de renforcer les capacités des jeunes pour leur participation au dialogue social, à la gouvernance et à l’accompagnement des interventions communautaires de l’Etat et des partenaires au développement.

Par ailleurs, l’engagement des jeunes pour le changement social et de comportement se traduit également à travers leur implication dans les actions de promotion des pratiques familiales essentielles, à savoir, la scolarisation des enfants, l’hygiène et l’assainissement, la santé sexuelle et reproductive, et la prévention des mutilations génitales féminines. Nous pouvons citer l’exemple des jeunes de la sous-préfecture de Hafia dans la région de Labé, qui ont rénové le poste de santé de Sempeten en vue de contribuer à la promotion de la santé communautaire générale et la vaccination en particulier.

Lancement de U-report en Guinée ©UNICEF Guinée

Des efforts à consolider

Si la journée internationale de la jeunesse est l’occasion de conscientiser sur de l’apport important de la jeunesse dans le développement des sociétés, elle est aussi le moment de se projeter dans le futur et d’évoquer les objectifs en prévision. En Guinée, avec le Ministere de la Jeunesse, une augmentation des U-reporters à hauteur de 50.000 est envisagée d’ici fin 2017, il s’agira aussi d’autonomiser les maisons et foyers de jeunes et de faire fonctionner de manière efficace le comité jeune déjà en place et constitué des représentants de plusieurs ministères. Et enfin, conduire les jeunes à prendre la parole afin d’être davantage des acteurs, car la jeunesse d’aujourd’hui est le futur de demain, tout en mettant l’accent sur l’éducation, et les questions primordiales sociétales, afin d’armer et de préparer cette jeunesse à conquérir un monde semé d’embûches dans lequel ils devront laisser leurs empreintes sur les sables du temps.

La journée internationale de la jeunesse célébrée les 12 août de chaque année, a été instaurée suite à la conférence mondiale des ministres de la jeunesse, qui s’est tenue à Lisbonne le 12 août 1998. Au cours de cette rencontre, les ministres avaient exprimé le désir de mettre en place des programmes gouvernementaux en faveur de la jeunesse. Cette requête, fut approuvée par l’assemblée générale des Nations unies en date du 17 décembre 1999, et entérinée dans sa résolution A/RES/54/120. Depuis, une journée au profit des jeunes est célébrée chaque année dans le monde pour mettre en avant et valoriser leurs réalisations tout en encourageant leur engagement dans le développement des nations. Tous les ans, cette journée s’articule autour d’un thème, celui choisi pour 2017 est : « Les jeunes, bâtisseurs de la paix ».

Djontan Diarra, UNICEF Guinée

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.