T’es une femme, tu gagneras moins que si t’étais un homme.

Pourquoi ? C’est comme ça, un point c’est tout.

Donnons un coup de poing aux inégalités entre hommes et femmes !

Un constat triste mais pourtant bien réel qui fait partie de la conscience collective. Mais si tout le monde est bien informé de ce problème, il faut bien se le dire, peu agissent concrètement pour le détruire. Et pourtant, on le sait bien, l’égalité homme/femme est un principe fondamental. Un devoir. Une obligation. Comment expliquer qu’il n’est toujours pas respecté ?

La France se place en 17ème position sur 144 pays en termes d’égalité professionnelle entre hommes et femmes. Une place plutôt honorable mais loin de l’excellence quand même. Comment justifier qu’aujourd’hui encore, les femmes sont moins payées que les hommes pour des fonctions identiques ?

Les femmes sont moins qualifiées

Cette inégalité a longtemps été expliquée par un niveau de formation plus faible chez les femmes. Et c’est vrai, ça aurait pu justifier la chose. Payer moins une femme car elle a moins de diplôme qu’un homme. Pourquoi pas.

Mais aujourd’hui on nage toujours en plein cliché : “La femme, ménagère, s’occupe des enfants, du ménage, du repassage et de la nourriture pendant que l’homme travaille et ramène l’argent pour subvenir aux besoins de sa famille”. Une histoire digne d’un mauvais téléfilm. Mais encore bien ancrée dans les moeurs.

Et oui, parce que si le niveau d’éducation des femmes a longtemps été plus bas que celui des hommes, il est aujourd’hui identique voire même supérieur.

Ce qui est donc l’argument le plus plausible de cette inégalité n’est qu’une excuse bidon pour justifier l’injustifiable. Le résultat ? Des inégalités qui persistent sans qu’on soit capable d’en trouver une cause acceptable.

Aucunes mesures mises en place pour lutter contre cette inégalité

Qu’est ce qui a concrètement été mis en place pour faire disparaître cette inégalité ? On peut se poser la question puisqu’on ne voit aucune amélioration. Si des actions étaient mises en oeuvre, on verrait une différence non ? Pourtant, des mesures ont été prises pour tenter de réduire cet écart de salaires. Parmi la quantité de lois/décrets visant l’égalité, on retiendra les trois suivantes :

Des mesures, ce n’est pas ce qu’il manque. En revanche, comme vous avez pu le remarquer, c’est l’application de ces mesures qui n’est pas efficiente. On dira que ce n’est pas la priorité actuelle en France. Les femmes peuvent travailler. Certes, leur salaire est moins élevé, mais elles ne vont pas se plaindre, c’est mieux que rien.

Seulement, tout pourrait être si simple. Il suffirait d’appliquer ces mesures. Et voilà, problème réglé. Ce n’est pas les solutions qui manquent c’est véritablement la volonté de les appliquer.

Mais ça vous le savez déjà.

Les femmes s’absentent plus souvent du travail

Nombreux sont ceux qui évoquent comme justification à l’inégalité salariale, le fait que la femme est plus souvent amenée à s’absenter de l’entreprise.

Evidemment, c’est la femme qui tombe enceinte pas l’homme. On entend encore aujourd’hui dans certains couloirs que les femmes doivent quitter leur travail plus tôt pour récupérer leurs enfants, elles sont indisposées une fois par mois, elles sont plus fragiles qu’un homme… donc normal qu’elles soient moins payées, non ? Fort heureusement, ces cas sont de plus en plus rares.

Tout ça pour dire que notre culture nous a imposé ce genre d’idées. Les choses ont évolué. Et même si on progresse et on arrive de plus en plus à s’en détacher, le travail est loin d’être achevé.

Pourquoi ne pas changer tout ça ? Certains pays l’ont fait et ça change la donne.

Prenons exemple sur nos amis islandais !

Depuis près de 10 ans, l’Islande est déjà le pays qui compte le moins d’inégalités entre hommes et femmes. Il y a un mois, le pays a passé un nouveau cap en devenant le premier pays à imposer l’égalité de salaires entre hommes et femmes. C’est là un très bel exemple à suivre pour la France.

Le congé parental remplace le congé maternité

Avant d’évoquer la solution “miracle” (ou pas) qui va permettre à l’Islande de devenir le premier pays sans inégalité de salaires entre femmes et hommes. Il semble important de parler du congé parental appliqué en Islande.

Au lieu d’imposer un congé plus important pour la mère et faible pour le père. L’Islande a réorganisé le congé parental : 3 mois pour la mère, 3 mois pour le père, et 3 mois à se partager.

Avec cette nouvelle donne, l’Islande veille a mettre les femmes et les hommes sur un pied d’égalité à la fois au travail (il n’y a plus aucune excuse pour les employeurs à embaucher un homme plutôt qu’une femme) mais également sur le plan familial (le père peut s’investir d’autant plus à la naissance de son enfant). On se base sur une parité à tous les niveaux.

La solution miracle de l’Islande ?

L’Islande a bien compris l’intérêt d’imposer cette égalité aux entreprises. Le pays ne leur laisse plus d’autre choix.

Ce n’est pourtant pas une mesure tombée du ciel que nous propose l’Islande. C’est tout simplement, l’obligation, pour les entreprises de 25 salariés ou plus, de prouver qu’il n’y a pas d’inégalités salariales entre les hommes et les femmes ou à défaut, la mise en place par l’entreprise de mesures pour lutter contre ces inégalités. Si elles ne sont pas en mesure de fournir des certificats lors des contrôles, elles devront s’acquitter d’une amende.

La différence avec les mesures prises en France ? Il n’y a aucun recours possible. La mesure est imposée et les contrôles renforcés pour éviter tout contournement de cette mesure. Et même si on peut se dire que les grosses entreprises pourront toujours payer les amendes puis oublier, ça risque de devenir à termes néfaste pour elles.

Avec l’imposition de cette mesure, l’Islande a pour objectif de mettre fin à ces inégalités d’ici 2022. Le gouvernement islandais a fait de ce problème qui persiste depuis toujours une priorité. C’est la grande différence avec la France.

Une affaire à suivre donc. Mais si d’ici 5 ans, les inégalités n’existent plus en Islande, nous aurons une preuve de plus que l’égalité salariale entre hommes et femmes n’est pas une utopie. Et surtout, que tous les pays sont capables de résoudre le problème.


Si aujourd’hui, les inégalités sont toujours aussi présentes, c’est tout simplement parce qu’on n’a pas de réelles volontés à les résoudre. Toutes les cartes sont entre les mains du gouvernement mais personne n’en fait une priorité (affaire à suivre avec le “Name and Shame” abordé dans le programme d’Emmanuel Macron).

On est finalement ancré dans une sorte de culture où la femme a toujours gagné moins que l’homme. La femme a tout simplement moins de chances parce que par définition c’est une femme. Sauf que les temps évoluent et il est indispensable d’évoluer avec.

By Helline Desnoyers, Community Manager chez Uprigs