Une ville qui accueille ?

source photo : http://www.lequotidien.lu/

Depuis 2012, le nombre de migrants qui s’installent à Metz a augmenté considérablement. Pourtant, semble t-il, la ville n’arrive pas à y faire face.

L’été dernier, le camp de migrants de Metz-Blida a été déplacé et les migrants conduits dans des centres de relogement, mais de nombreux demandeurs d’asile y sont toujours entassés dans des conditions insalubres malgré le démantèlement. En Moselle, les 4200 places d’hébergement disponibles sont toutes occupées. Pourtant, après le démantèlement de la jungle de Calais, la Moselle a accueilli plus d’une centaine de migrants. Plus de structures ont été mises en places (des foyers, des hôtels, des hébergements bénévoles par le biais d’associations). Cependant, il va de soi de constater que la ville n’arrive pas à gérer la situation.

Récemment, des installations de tentes ont été remarquées notamment près du parc de la Seille. La préfecture en a été averti il y a quelques temps, et les riverains ont reçu ce jour même dans leurs boites aux lettres un article de Mme. Marie-Jo Zimmermann, députée de Moselle, qui atteste que cette situation ne peut plus durer (nous sommes d’accord), mais que la présence des migrants au Parc de la Seille était inadmissible compte tenu du fait qu’ils viennent de pays Balkans et non de pays à situation critique. Elle propose “un contrôle strict et surtout de réagir en démantelant et en poursuivant les organisations de passeurs”. Le fait est que la migration de populations balkaniques ne datent pas d’aujourd’hui, cela fait des mois qu’ils choisissent Metz comme ville “d’accueil”. Ils sont approximativement 70% à provenir des Balkans. Ils ont de maigres chances d’accéder à une obtention d’asile, car leurs pays d’origine sont dit “sûrs”.

N’y a t-il pas une autre solution que le renvoi définitif de ces personnes dans leur pays d’origine ? Pourquoi la ville s’engage à accueillir des migrants alors qu’il manque de place dans les structures ? Suite à l’article de Mme. Zimmermann, la préfecture va t-elle enfin trouver une solution convenable ?

Quelques associations s’engagent à aider ces migrants (venant de pays à situation critique ou non) comme Welcome Metz, qui propose aux habitants messins d’accueillir chez eux des demandeurs d’asile pour une durée déterminée.

Like what you read? Give Vic Kino a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.