“Jeune entrepreneur avec une idée recherche un associé technique, n’hésitez-pas à me contacter”

Je suis étudiant dans une grande école d’ingénieur. Durant les 7 derniers jours, j’ai reçu comme l’ensemble des 500 étudiants de mon école plus de 10 mini-pitchs d’étudiants, en école de commerce généralement, dont le message se résume généralement à ça :

Salut, moi c’est Jérôme ! Avec Xavier on a une super idée de réseau social géolocalisé. On prépare le business plan actuellement et on aurait besoin d’un dev full stack idéalement pour coder le site web et l’application. Hésitez pas à nous contacter à noussommeslesroisdupetrole at tesmignonsitureponds dot com !

Le problème ? C’est que pour un nombre non négligeable d’entre eux, les porteurs de projets sont bons, ont une expérience solide, savent de quoi ils parlent, ont un vrai sens business. Et l’aventure entrepreneuriale qu’ils proposent est probablement très riche.

Solution pour ces porteurs de projets ?

  • Le coût de ce canal de communication est nul (post facebook, mail de promo, personne ne leur fait payer quoi que ce soit, c’est simplement de l’activation de réseau)
  • Ils recherchent souvent 1 à 2 personnes maximum. Donc en atteignant une masse critique de cibles potentielles ils finiront par avoir quelques réponses.
  • Ce canal est loin d’être le seul pour les porteurs de projets en école de commerce. Et en fonction de leur business, de leurs compétences techniques, de leur intelligence entrepreneuriale, ils ne sont d’ailleurs pas forcément dans une quête effrénée d’un vrai associé technique à ce stade de développement. Et si ils le sont, pleins d’événements, de places de marché, de forums permettent de faire rencontrer ces 2 profils.

BREF. FAUX PROBLÈME.

Le vrai problème ? C’est l’énorme potentiel gâché.

Et de formidables opportunités qui ne font même pas semblant de naître. Il y a un potentiel “d’associés techniques” sur ce type de projet très très early stage, très important et inexploité. 2 raisons principales :

  1. La part d’étudiants d’école d’ingé qui constituerait la bonne cible manque de culture entrepreneurial :
    La majorité comprend le message de manière caricaturale car ils ne font pas de différence entre le “développement d’une application mobile” et “l’exécution” dans une startup. Ils ne voient pas le nouveau champ de jeu incroyable qui s’offre à eux. Ils ne comprennent pas que même un échec probable du début de startup qui peut se créer est une porte ouverte sur des aventures futures beaucoup plus riches.
  2. Les porteurs de projets ne savent pas comment décrire à des étudiants d’école d’ingé ce qu’ils recherchent et quand bien même ils y parviendraient, l’apriori est tellement négatif qu’ils prêchent dans le vide.

Il y a une vrai relation de confiance à construire et un besoin de pédagogie des 2 côtés.

  1. Faire le tri dans les projets étudiants : ne sélectionner que des profils avec de l’expérience qui auront de la valeur ajoutée dans les projets.
  2. Atteindre, convaincre et sélectionner les bons profils techs qui manquent de culture entrepreneuriale, qui ne comprennent pas ce qu’on attend d’eux et qui se disqualifient souvent d’eux-même
  3. Construire le framework d’une relation associé technique / associé business à ce niveau pré-early stage, pour transformer les contacts qu’on aura réussi à créer en vrai association.