L’avenir de l’agriculture est “intelligent”

De l’analyse du sol à l’étude des données climatiques, du contrôle qualité à l’optimisation de la distribution : l’Internet des Objets va révolutionner le monde de l’agriculture et de l’élevage.

L’ “ agriculture intelligente ” vise à nourrir la Terre. Notre planète, à l’avenir, aura de plus en plus faim. Selon la FAO, en effet, la population mondiale atteindra 9,6 milliards d’ici l’an 2050 et la production agricole, pour faire face à la demande accrue de nourriture, devra être augmentée de 70%. C’est un objectif difficile mais non impossible. Les experts pensent que c’est l’ agriculture intelligentequi facilitera le parcours, c’est-à-dire l’application des nouvelles technologies (surtout de celles concernant l’Internet des Objets, l’agriculture et l’élevage). C’est une combinaison apparemment improbable mais qui dans de nombreux cas c’est une réalité, et dont on parlera amplement à Milan, pendant l’Expo 2015. Services GPS, capteurs, analyse des données importantes, robotique : ce sont beaucoup les opportunités que l’IdO offre aux cultivateurs à tous les stades de leurs activités, du semis à la surveillance, de la récolte à la distribution. Il s’agit d’instruments qui peuvent aider à rendre l’agriculture plus efficace, soutenable et de qualité supérieure, comme explique aussi une recherche publiée récemment par l’ “Observatoire Internet des Objets” de la “School of Management” du Polytechnique de Milan.

“L’Agriculture Intelligente permet de réduire de 30–40% l’utilisation de ressources en eau et de 40% le nombre de traitements phytosanitaires ”, soutient Angela Tumino, une des responsables de l’étude.

Les TIC révolutionnent l’agriculture. D’un point de vue pratique, les applications technologiques dans le domaine agricole peuvent être nombreuses. Les systèmes de collecte et d’analyse des données jouent un rôle clé. La gestion ordonnée de grandes bases de données, en effet, peut renforcer toutes les activités liées à la surveillance des cultures en temps réel, aux études climatiques, à l’optimisation de la distribution. Très importantes sont aussi les retombées en termes de contrôle qualité, avec les nouvelles technologies qui peuvent soutenir les opérateurs dans le secteur agricole aussi bien dans la phase avant les cultures, en améliorant les techniques d’évaluation des sols et de l’état des animaux, que dans la phase suivante, en permettant un suivi détaillé de la filière de distribution jusqu’au consommateur.

En théorie, les avantages sont donc évidents, ce qui est confirmé par les premières expériences de l’ “agriculture intelligente”. Pour permettre un développement plus fort, cependant, il faut briser deux barrières : celle des coûts, qui sont encore trop élevés, et celle culturelle, qui pousse beaucoup d’agriculteurs à être méfiants envers la révolution numérique.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated VueTel Italia’s story.