Ethan Dags : de la quête initiatique à la reconquête de Lyon

Ethan Dags

Lorsque l’on s’est vus il y a quelques mois à Lyon, tu commençais à préparer ton projet de voyage en Amérique Latine…Quelques mois plus tard, je te retrouve à nouveau à Lyon, ressourcé et avec en tête un nouveau projet entrepreneurial.

Coucher de soleil sur le pacifique à Arica, Chili — Crédit photo : Ethan Dags

1- Comment et pourquoi t’es venue cette idée de partir en Amérique Latine ?

Medellin vue des télécabines, Colombie — Crédit Photo : Ethan Dags

“L’occasion s’est présentée à moi : un ami m’a proposé un tour du monde et je n’ai pas hésité une seconde.”

J’ai toujours eu envie d’entreprendre un long voyage, d’au moins quelques mois. L’occasion s’est présentée à moi : un ami m’a proposé un tour du monde et je n’ai pas hésité une seconde. Pour des raisons budgétaires, il n’était pas possible de faire un tour du monde. Nous avons donc décidé de faire un tour de continent. L’Amérique du Sud s’est très vite imposée à nous car c’est un des rares continents sur lequel je n’avais jamais mis les pieds ; tout était à découvrir, je ne connaissais rien de cette culture. De plus, en tant que citoyen européen, il m’est possible de voyager à travers tous les pays du continent (hors Venezuela) sans aucun visa, ce qui m’a permis une grande liberté et moins de travail de préparation en amont.

2- Avais-tu une idée précise de ce que tu recherchais dans ce voyage ?

Couvent au coeur de Arequipa, Pérou — Crédit photo : Ethan Dags

“Ce voyage et mes innombrables rencontres m’ont permis de prendre beaucoup de recul sur moi et sur la façon dont j’ai mené ma vie jusqu’à aujourd’hui.”

Mon but était principalement de me tester, de me retrouver dans un environnement étranger, avec une langue que j’ignorais totalement au début du voyage. Mais également de me couper de tout ; pas de téléphone, pas de Facebook et pas d’Instagram. Ce voyage et mes innombrables rencontres m’ont permis de prendre beaucoup de recul sur moi et sur la façon dont j’ai mené ma vie jusqu’à aujourd’hui.

Ce voyage m’a également donné l’occasion de traverser des paysages époustouflants et d’une grande variété, de relativiser sur les problèmes du quotidien, de voir une autre façon de vivre, d’appréhender les méfaits du capitalisme à outrance dans certains pays, de parler avec des personnes ayant vécu sous une dictature mais également de voir la générosité et la bienveillance de gens qui n’ont rien mais qui sont capable de donner beaucoup plus que les gens qui ont tout. C’est une vraie leçon de vie.

3 — Comment t’es-tu préparé, et avec quel budget ?

Coucher de soleil sur le pacifique à Arice, Chili — Crédit photo : Ethan Dags

La préparation a été très succincte. Probablement trop. Achat des billets d’avion principaux. Achat du matériel de camping et location de la voiture pour les 11 jours dans la partie nord du Chili. Il s’agissait d’un voyage de trois mois où l’on a traversé le Panama, la Colombie, le Pérou, le Chili, Ushuaia en Argentine et le Brésil. Je pense qu’il aurait été préférable de plus le préparer, de plus se renseigner sur la météo et les événements des différents pays et de réserver nos treks en avance. Mais je n’aime pas les voyages trop cadrés et finalement, pour un voyage très peu préparé, cela s’est très bien passé. Je pense avoir dépensé autour de 2500€ en amont et 6000€ durant le voyage.

4 — Es-tu parti seul ?

Enfant à l’aigle au canyon du Colca à Arequipa, Pérou — Crédit photo : Ethan Dags

“Je suis toujours partagé entre partir seul pour avoir une totale liberté ou partir accompagné car tout est plus savoureux quand on peut partager ses expériences avec quelqu’un”

Je suis parti avec un ami que je connaissais depuis deux ans. Nos visions du voyage et de la vie sont assez différentes ce qui a rendu les choses compliquées mais la gestion de ces différends m’a également appris beaucoup de choses sur moi, notamment sur mes limites et sur mes qualités. Je suis toujours partagé entre partir seul pour avoir une totale liberté ou partir accompagné car tout est plus savoureux quand on peut partager ses expériences avec quelqu’un. Cela dit, en voyage, nous ne sommes jamais seul !

5 — Pourrais-tu citer une chose que tu as appris au cours de ces trois mois ?

Geysers du Tatio, plus haut geyser du monde à San Pedro de Atacama, Chili — Crédit photo : Ethan Dags

“Vous êtes capable de bien plus que ce que vous ne pensez !”

J’ai appris qu’il ne fallait surtout pas se poser trop de questions et que les blocages qui nous empêchent de réaliser les choses sont avant tout dans nos têtes. Très souvent, nous pensons ne pas être capable et cela suffit à nous rendre incapable. Moins réfléchir et plus agir permet de limiter ces blocages et donc de réaliser beaucoup plus de choses. Le fait de se retrouver à l’autre bout du monde, de baigner dans une culture inconnue avec une langue inconnue, m’a obligé à faire des choses que je pensais impossibles pour moi. Il s’est avéré que je me suis particulièrement bien débrouillé et que j’étais tout à fait capable de faire ces choses. Conclusion : Mettez-vous en danger, arrêtez d’hésiter et foncez ! Vous êtes capable de bien plus que ce que vous ne pensez !

6 — Tu es maintenant de retour à Lyon et tu as un projet entrepreneurial. Peux-tu m’en dire quelques mots ?

Ethan Dags, pentes de la Croix-Rousse

“Mon projet est encore en construction et c’est un moment magique où tout est possible et où l’on peut tout imaginer”

Après trois 3 mois à visiter autant de pays, j’ai eu envie de prolonger ce voyage. J’ai fait le constat d’une absence d’offre touristique, en matière de visites guidées sur la ville de Lyon. Lyon accueille chaque année un nombre croissant de touristes et les visites existantes sont limitées et ne s’adresse pas à un public jeune. J’ai donc pour projet de créer des visites guidées journalières ou sur inscription, à prix libre, pour découvrir la Presqu’île, le Vieux-Lyon et les pentes de la Croix-Rousse dans un esprit jeune et dynamique. Mon projet est encore en construction et c’est un moment magique où tout est possible et où l’on peut tout imaginer (visites thématiques à la carte, visites en plusieurs langues, partenariat avec les commerces locaux…). C’est également l’occasion de redécouvrir la ville du point de vue d’un touriste ce qui est une réelle chance.

7 — Tu es parti sans idée de projet et tu reviens avec une énergie constructive. Tu as aujourd’hui 33 ans et tu te lances dans le secteur du tourisme qui t’étais jusque-là inconnu. Les voyages forment-ils uniquement la jeunesse ?

Enfant des iles Uros à Puno, Pérou — Crédit photo : Ethan Dags

“Il n’y a pas d’âge pour se remettre en cause, pour se lancer dans un projet.”

Je vais dire un truc de vieux mais la jeunesse c’est dans la tête ! Il n’y a pas d’âge pour se remettre en cause, pour se lancer dans un projet. Durant mon voyage, j’ai croisé des personnes de tout âge, de 19 à 40 ans, avec tous des projets plus fous les uns que les autres. S’ils sont entrepris avec une grande ouverture d’esprit et beaucoup de simplicité, les voyages sont la chose la plus formidable et la plus enrichissante au monde. On apprend tellement de choses sur soi et sur les autres. On comprend qu’il n’y a pas qu’une seule et unique façon de vivre. On apprend à se mettre en danger, à aller vers les autres, à se remettre en question. C’est une aventure qui apportera toujours beaucoup de positif et qui peut être entrepris à tout âge. Personnellement, je continuerais toujours à voyager régulièrement. Et quand je serai trop vieux pour marcher, il me restera toujours les croisières !

Pour suivre les projets et voyages d’Ethan Dags, abonnez-vous à son compte Instagram !

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.