REAL LIFE, la fiction

Extrait du chapitre 9, “Zonage”

Le rendez-vous avec M. Lévêque, responsable local du redressement industriel prioritaire, a lieu au foyer socioéducatif de la zone. Un endroit calme, idéal pour les réunions. Totalement désert, en fait.
Damien lui explique le concept de Slick et de ses canaux de dialogue autonomes mais coordonnés, les perspectives commerciales à l’échelle internationale, les compétences pluridisciplinaires de son équipe…
Sur ce dernier point, M. Lévêque veut en savoir plus: « Vous envisagez de créer combien d’emplois ?
 — J’ai déjà deux stagiaires commerciales, un designer. Et aussi un codeur, qui vit en province, il travaille à distance.
 — Intéressant, mon cher Damien, notre administration est fortement impliquée dans le développement du télétravail, dans le cadre de sa mission de désenclavement des territoires. Nous pourrions envisager la prise
en charge du salaire de votre employé jusqu’à 75 %. Mais j’espère que vous aurez aussi besoin de personnel sur place ?
 — Vous avez des pros de l’Internet sous la main ?
 — Bien entendu. Ici, tous les jeunes passent leurs journées sur les réseaux sociaux. Sur Skype aussi, pour parler avec leur famille, au bled.
 — Social media experts, excellent. J’en prends trois, ils fabriqueront du buzz positif pour Slick sur le Net, vous leur donnerez des smartphones avec une bonne caméra vidéo. J’aurai aussi besoin d’aide pour leurs salaires. Il paraît que vous avez des locaux disponibles ? À un coût raisonnable ?
 — Les anciens abattoirs de la ville ont été entièrement rénovés, pour accueillir des PME innovantes. C’est à deux minutes d’ici, suivez-moi,
je vous montre. »

Dès qu’il arrive dans le bâtiment qui sent la peinture fraîche, Damien repère un grand loft avec verrière panoramique, coin cuisine et poutrelles d’acier repeintes en mauve. M. Lévêque est fier : « Vous avez vu, au plafond ? J’ai insisté pour qu’ils laissent les crochets de boucher en place. Un témoignage éloquent du riche passé ouvrier de ce bâtiment historique.
 — Et les gens des autres startups, ils sont cool ? Ils travaillent sur quoi ?
 — Vous allez étrenner notre incubateur, mon cher Damien. Vous serez notre premier locataire. Je compte sur vous pour mettre un peu d’animation dans cette grande bâtisse. Dans un mois, une délégation d’élus locaux viendra faire une tournée d’inspection. Il y aura aussi des gens de la cour des
comptes régionale.
 — OK, dans ce cas, j’aurai besoin de meubles, d’ordinateurs, d’une connexion haut débit et d’ustensiles de cuisine. Pour lundi, c’est possible ? »

Dès sa sortie du rendez-vous avec M. Lévêque, Damien
appelle Émilie : « Ils veulent nous loger dans un abattoir. Il y a encore les instruments.
 — Anaïs va adorer.
 — Tu confonds avec Svetlana. Mais tu as raison, il faudra montrer les locaux à Anaïs, son avis est important. Elle est où, en ce moment ?
 — En séminaire de réflexion avec Ben, dans le Lubéron. En plus de Slick, elle va travailler pour lui à mi-temps, sur un budget marketing de HNN. Elle
démarre à 4 000 net.
 — Je savais que je pouvais compter sur Ben. Et Chloé ?
 — Elle bosse à fond, toute seule, gratos, comme une vraie stagiaire. Elle a établi le plan de travail des Brésiliens de Zlatan, elle a demandé à Toufik un premier rough de l’architecture de l’appli, et elle a lancé Clément sur le design du site.
 — Clément va mieux ?
 — Non.

Show your support

Clapping shows how much you appreciated yves eudes’s story.