L’été en remote ? Chez Zengularity on dit : OUI !

Généralement, la reprise rime avec pagaille dans les transports et tempête dans les bureaux. Chez Zengularity, on est quand même plus détendu, car les vacances se prennent toute l’année. Myriam, Talent Manager, nous en parle en quelques mots.

Q : Salut Myriam, c’est la rentrée des petits et surtout des grands, un grand rush… comment se passe-t-elle chez Zengularity ?

Myriam : Eh bien chez Zengularity nous le vivons plutôt comme un non-événement. Nous continuons à travailler avec nos clients tout au long de l’année, et la période estivale n’a pas vraiment d’impact sur notre organisation. Ceci s’explique par le fait que nos Zengulars (salariés de Zengularity) n’ont pas forcément envie de poser leurs vacances pendant l’été, et de ce fait, nous ne les imposons pas non plus à cette période. Nous avons aussi une culture du remote et il est tout à fait possible de travailler à distance depuis son lieu de vacances.

Q : Du coup, comment ça s’organise tout ça ?

Myriam : Alors, c’est assez aisé puisque administrativement les Zengulars peuvent mixer les congés payés avec le remote sans souci, à une seule condition … avoir une connexion internet (!) ou comme diraient nos Zengulars : “être capable de répondre en asynchrone réactif”.

Zenpéro tous les vendredis soir

Mais, blague à part, un Zengular peut travailler en remote à partir du moment où il a prouvé à son équipe qu’il est autonome, fiable, communicant et qu’il peut travailler seul de son côté. Ce système fonctionne depuis nos débuts, par exemple le premier salarié et associé de Zengularity a travaillé en mode remote jusqu’à ce qu’il en ait marre de vivre loin de Habib GUERGACHI, notre PDG. Cependant ce mode de fonctionnement ne conviendra pas forcément à tout le monde. Il nécessite une autodiscipline et restreint la dimension sociale et humaine d’un travail au bureau. Et puis en remote, impossible de faire une partie de baby-foot ou de ping pong avec ses collègues de bureau.

Q : Quels outils ont été mis en place pour faire la communication entre ceux qui sont en remote et ceux qui ne le sont pas?

Myriam : C’est assez simple au final : nous avons un compte Slack qui nous permet de débattre sur les actualités, d’échanger sur les projets et aussi de troller, du coup tous nos Zengulars ne ratent rien de la vie en communauté. En complément, nous utilisons Hangouts pour les visioconférences et Google Drive pour partager les documents de travail…. et une boîte mail bien sûr, mais cela va de soi !

Chez Zengularity, nous n’avons pas d’horaire de bureau puisque c’est parfaitement inutile. Nous avons pour adage de dire que :

Si un Zengular a été inspiré pour résoudre un problème complexe toute la nuit, il a déjà fait le boulot.

Dès lors, il nous paraît logique de ne nous baser que sur la notion d’objectif dans notre organisation du travail, ce qui induit une confiance mutuelle au quotidien dans les missions qui sont traitées. Une grande liberté est donnée à chacun pour organiser son temps mais également pour aborder la trajectoire de travail qui lui correspond — que ce soit des choix techniques ou méthodologiques — tant que le résultat est là.

Séance de HackDay chez Zengularity.

Q : Quels sont les impacts et bénéfices pour l’entreprise ?

Myriam : les Zengulars sont conscients que la confiance leur est accordée tant qu’ils font leur preuves, ils sont d’autant plus impliqués et jouent le jeu à fond. Du coup cela crée un environnement de travail sain qui incite à l’innovation avec un cadre plus propice à l’épanouissement et la créativité. Et enfin, il faut bien avouer que du point de vue de l’office HCC (Human Capital & Careers), ces pratiques sont très intéressantes car elles favorisent la fidélisation des collaborateurs, en particulier dans un secteur aussi concurrentiel que l’IT.

N : Le tableau est idyllique, mais j’imagine que tu as dû faire face à des échecs dans le passé ?

Myriam : oui, nous avons rencontré quelques cas de remotes qui ne se sont pas passés comme prévu. Par exemple, un de nos Zengulars avait tenté une longue période en remote mais s’est senti trop isolé pour pouvoir s’épanouir. Les membres de son équipe sont alors venus travailler avec lui à son domicile quelques jours. Un autre, lui, ne jouait clairement pas le jeu et n’atteignait pas ses objectifs, si bien que ses nombreux retards ont impacté toute son équipe. Le Zengular a, à ce moment-là, perdu son “badge remote”.

Ces déconvenues n’ont pas remis en question le remote, bien au contraire, nous avons appris de nos erreurs et avons pu ajuster le dispositif en conséquence. Pour améliorer la communication entre Zengulars, nous avons organisé des points d’échanges afin que les remotes partagent leurs expériences, mais aussi leurs doléances et leurs desiderata, nous avons développé de l’empathie, de la sensibilisation et surtout de l’accompagnement. Ces sessions sont tout de même plus bénéfiques qu’une série de slides explicatifs.

Aujourd’hui tout s’autogère dans une harmonie générale, mais notre communauté grandit vite et l’écoute des Zengulars est au coeur de notre réussite.
On refait le monde tous les jours
Show your support

Clapping shows how much you appreciated Zengularity’s story.