Lettre ouverte à Madame Hidalgo : pour un protectionnisme parisien !

Madame Hidalgo,

L’arrivée récente de Trump à la tête des Etats-Unis doit rappeler à l’intégralité de la classe politique la nécessité de se défendre face à une mondialisation sauvage qui ruine la société toute entière. Le salon du Made In France est d’ailleurs l’occasion d’affirmer que le protectionnisme devrait être l’angle de bataille du gouvernement actuel. Paraît-il qu’une telle politique publique permettrait de sauver les emplois nationaux, et lutter contre la méchante concurrence des chinois…

Madame Hidalgo, face à cette situation, permettez donc que je mette sur la table une proposition révolutionnaire ! En effet, lorsque monsieur Philippot, ou monsieur Montebourg nous assurent qu’il faut mettre en place des tarifs douaniers sur tout produit n’ayant pas l’étiquette Made In France, il faut le dire, cela manque d’audace… Donc, il est logique d’essayer d’aller plus loin.

Je tiens à vous raconter une histoire ! Celle d’une ville polluée, aux habitants peu agréables par leur sourire, qui doivent tous les jours faire face aux excellents services de transports publics de transports afin de se déplacer. Je parle bien de notre si belle capitale: Paris ! Face à une crise économique sans précédent dans notre pays, la ville de Paris faisait face en 2012 à un taux de chômage de 11,7%. Que faire pour sauver la grande capitale de la 5ème puissance mondiale du chômage de masse touchant sa population ?

Et bien quelle autre solution, si ce n’est le protectionnisme ? Absurde, me direz-vous ? Laissez-moi terminer mon histoire.

La ville de Paris, en bonne capitale mondiale, accueille en son sein des entreprises et des salariés, locaux, ou étrangers… Et notamment, des travailleurs lillois ! Au moyen de trains SNCF, dont la ponctualité n’est plus à prouver, ils envahissent la capitale de leur main d’oeuvre.

Ainsi, pourrait-on se réjouir que des individus, peut-être en situation de précarité, puissent trouver un travail et avoir les ressources nécessaires pour assurer leur vie de famille ?

Mais quelle audace de défendre les lillois ! Ne voyez-vous pas ce qu’il arrive sous nos yeux ? Des étrangers à la capitale viennent voler les emplois locaux. Et le plus grave dans cette affaire, c’est que le coût de la vie à Lille étant bien inférieur à celui de Paris, cette main d’oeuvre étrangère peut prétendre à des salaires moins élevés ! Par conséquent, les lillois font baisser les salaires des locaux, ceux qui devraient bénéficier des emplois propres à la capitale !

Au regard de cette situation, je propose,madame Hidalgo, que la ville s’empare immédiatement de cette problématique. Je souhaite que vous proposiez au Conseil Municipal, une limitation de l’immigration lilloise, ainsi qu’une taxe pour tous ceux ayant la témérité d’employer l’un d’entre eux dans son entreprise.

Vous comprendrez bien que la gravité de la situation oblige à prendre des mesures symboliques ! Nous ne pouvons accepter que le bilan s’aggrave encore. Une telle proposition permettrait de libérer l’emploi local, et de permettre à tous nos concitoyens de la capitale d’avoir du travail. Et enfin serions-nous débarassés de tous ces vendeurs à la sauvette avec leur Tour Eiffel à 2 francs…

Enfin, en tant que Maire de notre si belle capitale, vous devez impérativement prendre le leadership quant à l’organisation d’une réunion nationale de tous les Maires de France dont l’objectif doit être de fixer des barrières douanières entre toutes les villes. Quelle meilleure proposition pour favoriser l’emploi local, le dynamisme des régions, et la valorisation du patrimoine des villes ?

Au diable tous les discours des tenants du néolibéralisme sur les prix bas et la concurrence, il faut du travail pour tout le monde ! Sans quoi, je peux vous l’assurer, le Front National sera élu.

Je tiens à assurer ma confiance en votre personne pour comprendre le sérieux que représente le défi du protectionnisme parisien.

Respectueusement,

Rafaël Amselem

P.S : J’espère que cette lettre vous aura prouvé, très concrètement, l’absurdité que représente le protectionnisme…

Une telle politique ferrait augmenter les prix, et ainsi détruire le pouvoir d’achat, d’une part, mais détruirait des emplois. Monsieur Philippot aime beaucoup citer l’exemple des pneumatiques américains que Barack Obama qui ont été protégés de la concurrence chinoise. Soi-disant 1200 emplois auraient été sauvés : la réalité, c’est une destruction de 3000 emplois. Puisque les prix ont augmenté (1 milliard de dollars), la consommation a diminué, d’autres entreprises ont licencié en conséquence. Et sauver 1200 emplois pour 1 milliard d’euros de hausse des prix (donc 900 000 dollars par emplois sauvés…), il faut le dire : n’y-a-t-il pas un moyen moins coûteux pour le consommateur de sauver des emplois ? (source : https://www.youtube.com/watch?v=y1wQGT78ZYI )