Je vais écrire un article sur le féminisme


Bonjour. D’ici quelques semaines je vais publier un article sur le féminisme sur le blog briochin (de Saint-Brieuc) Alchimy . Si j’écris cette publication aujourd’hui, c’est pour vous faire part de mon état d’esprit avant la rédaction de cet article afin de permettre aux futurs lecteurs de le contextualiser plus facilement.

De plus cette note pré-publication en entraînera une autre qui sera une note post-publication, dans laquelle je pourrais répondre aux commentaires. Il y aura donc une logique autour de ce billet qui sera Avant-Pendant-Après pour faire simple.

Pourquoi le féminisme ?

Cela fait à peu près 2 ans que je m’intéresse à cette thématique. Certes, je ne suis pas touché directement mais je suis capable d’en ressentir les effets (c’est vraiment chouette l’empathie). Pour me mettre en jambe j’ai commencé par écouter ça :

Bon l’émission dure presque 5 heures donc il faut avoir un peu de temps devant soi. Les échanges sont vraiment intéressants et permettent de confronter plusieurs approches, avis, sans être obligé de prendre position.

Après j’ai beaucoup écouté le podcast de Madmoizelle.com, et j’ai commencé a prêter attention au détails plus ou moins misogynes de ma vie quotidienne (Médias, clichés, blagues …)

D’ailleurs je ne me suis pas tout de suite dit : “Eh, mais c’est ça je suis féministe”. Assumer cette position a mit un peu de temps. En fait c’était surtout dût à la connotation négative du mot “féminisme” qu’on va rencontrer régulièrement. Parlez de féminisme à une personne néophyte, elle va sans doutes vite faire le raccourci avec Femen. D’ailleurs, que l’on soit d’accord ou pas avec les méthodes du groupe, elles font ce qu’elles veulent en définitive. C’était difficile à assumer aussi parce que je suis un homme et que par conséquent, n’étant pas dans la position d’oppressé mais d’oppresseur, je difficilement m’insurger contre les conséquences des actions de mes semblables masculins au cours des décennies.

Ces éléments étaient des obstacles facilement identifiables que j’ai mis du temps à remettre en question (l’éducation, les normes tout ça…). Et puis finalement je me suis dit que comme j’étais égalitariste/humaniste/adjectif tolérant je pouvais dire que j’étais féministe.

Je vais rapidement faire le parallèle avec le racisme. Si on souhaite que, peu importe l’origine d’une personne, elle ait les mêmes chances dans la vie qu’une autre. On est humaniste certes. Mais si cette personne est désavantagée par son origine éthnique, on se place de son côté pour rééquilibrer la balance. On est donc plus antiraciste qu’égalitariste/humaniste etc. C’est une question de position oppresseur/oppressé que je détaillerai sans doutes dans l’article.

D’ailleurs pour l’instant mon article en est à peu près là :

Les risques

Clairement je m’expose en ayant choisit cette thématique. Si j’avais fait un top des chats les plus cute de tout l’internet, tout ce qu’on aurait pu me répondre c’est “Celui-là est mieux !”. Dans le cas du féminisme c’est plus compliqué (Vous remarquerez que mon analyse de la comparaison chats mignons & féminisme est relativement pointue). Certains, lorsqu’ils étudient le féminisme doivent remettre en question une grande partie de leur éducation, d’autres pas du tout. C’est une gymnastique intellectuelle qui n’est pas si simple. Renier les fondements de ce qui fait ce qu’on est, c’est pas comme liker une publication Facebook.

Alors forcément mon analyse (qui ne sera en aucun cas parole d’évangile) pourrai blesser ou heurter certains lecteurs/trices. D’autres pourront au contraire dire que je ne suis pas allé assez loin dans l’analyse, dans la compréhension du phénomène. Et d’autres encore pourrait simplement remettre en question l’article dans sa globalité par ce que je ne suis pas légitime à leurs yeux pour l’écrire (parce que je suis un homme, que je ne suis pas un activiste ou que je ne suis juste pas légitime dans un groupe précis).

Je préfère éclaircir ce point. Je ne l’écris pas pour faire du clic et du trafic. Le féminisme est une thématique qui suscite le débat, donc l’engagement et le clic. Je le ferai uniquement parce que la thématique me semble vraiment importante aujourd’hui. (En plus, je ne ferai peut-être que 31 visites au total alors pas de quoi s’affoler !)

Alors comment on fait ?

Déjà on écrit “Comment fait-on ?”, mais ce n’est pas la question. Je pense écrire cet article en explicitant bien ma situation et ma démarche. Je suis un homme qui parle de féminisme vu et vécu par un homme. Je ne me placerai en aucuns cas dans la position d’une femme. Je ne vais pas non plus dire quoi faire parce que, chacun est assez grand pour réfléchir tout seul peut importe le sexe. Et que donner des directives dans un article sur le féminisme pour un homme, ça ré-assoit un peu la société patriarcale et mon rôle d’homme dans celle-ci.

L’idée est donc de me détacher rapidement de l’article et d’adopter une position extérieure, de ne pas genrer ma narration etc.

Bon voilà j’ai sans doutes oublié des trucs mais le principal est dans ce billet. On se revoit sur Alchimy quand j’aurai posté ma bombe à retardement.

Bisous