Au Brésil, MC BEN LADEN enflamme le web:

Essayer de dire à un brésilien « tà traquilo », vous avez 9 chances sur 10 qu’il vous réponde: « tà favorel »…
Cette chanson « està tranquilo, està favorel » est le hit du moment au pays de la samba.

Même le très évangélique Neymar a adopté la danse après un but de son club Barcelone contre le Celtic de Vigo.

Derrière ce son au rythme tout droit sorti des favelas de Sao Paulo, un rappeur au nom iconique: MC BEN LADEN.

Inconnu au bataillon des grandes maisons de disques ou sur des chaînes de TV qui, dans le pays font et défont la réputation des artistes, Jefferson Cristian dos Santos de Lima, de son vrai nom est ce qu’on pourrait appeler, un phénomène de l’internet.

En 2 mois, le clip de « ta tranquilo, ta favoravel » a réuni plus de 20 millions de vues sur youtube et la chanson a même reçu le titre de « musique du carnaval 2016», l’équivalent brésilien de nos tubes de l’été.

Depuis quelques années, affublé de ses danseurs qu’il surnomme « les Irakiens », le rappeur de Sao Paulo organise des concerts appelé « le grand Afghanistan ». Dans les “bailes funk” de la capitale économique du pays, MC BEN LADEN avait déjà sa petite réputation. Mais il a fallu un clip déjanté où 5 de ses acolytes inventent une danse ridicule autour du fameux MC torse nu, baladant ses 120 kilos devant la caméra, pour que MC BEN LADEN devienne une véritable star.

Bien que quelque peu douteux, l’univers du rappeur ne semble ici pas poser de questions « il y a eu le Ben Laden du mal, je serai le Ben Laden du bien » explique Jefferson dans un entretien à la Globo.

Décidé à se passer des moyens traditionnels de communication, MC BEN LADEN veut surfer sur la vague du succès. En 2016 il envisage de créer une “académie du funk” sur le net pour trouver de nouvelles recrues.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.