Comment générer un revenu en développant seul son produit

Indie hacker français, Jérôme Gangneux nous raconte comment il a développé et monétisé son produit “Thread Reader” en quelques semaines.

Jérôme Gangneux, développeur français de Thread Reader, actuellement au Canada
Salut Jérôme ! Tu veux bien te présenter ?

Salut, je m’appelle Jérôme, j’ai 32 ans et je vis actuellement à Vancouver au Canada.

Dans la vie, j’aime créer et expérimenter tout un tas de choses. Comme je suis développeur de formation, c’est avec le code que je m’exprime et que je construis plein de projets qui touchent à tout. De l’outil utilitaire qui résout un vrai problème aux pérégrinations artistiques avec l’art génératif.

Tu as lancé Thread Reader il y a quelques mois, en solo. Peux-tu nous en dire plus sur ce produit ?

Thread Reader est un service qui permet de lire et découvrir des Threads Twitter (un thread, dans notre cas, c’est une suite de Tweets liés entre eux qui parfois raconte une histoire).

Ce service est principalement axé autour d’un bot Twitter avec lequel les utilisateurs peuvent interagir en lui demandant de grouper ces tweets sur une jolie page dédiée. Le but est de faciliter la lecture et le partage de ces threads.

Qu’est-ce qui t’a amené à créer ton propre produit ?

En réalité, avec Thread Reader, je voulais créer une série de vidéos et articles didactiques pour montrer par l’exemple au plus grand nombre qu’il est facile de lancer un projet numérique aujourd’hui. Thread Reader est en fait l’exemple concret que j’ai utilisé pour ces vidéos.

Le projet a rapidement dépassé le cadre du simple exemple quand j’ai vu l’intérêt qu’il suscitait.

Vidéos dans lesquelles Jérôme montre le développement de Thread Reader en guise d’exemple

Pourquoi as-tu décidé de le développer seul ? Quelles ont été tes influences ?

Historiquement, j’ai toujours voulu monter une startup, puis je me suis aperçu qu’en fait non, ce n’était pas vraiment ce que je voulais. Je veux simplement pouvoir travailler sur mes propres projets et résoudre par la même mes propres problèmes — tout relatifs.

Actuellement, il existe une scène de ce qu’on peut appeler les solo-makers. Parmi ces personnes il y a notamment @levelsio qui est une figure emblématique (et source d’inspiration personnelle comme pour beaucoup, je crois)

Ce que j’aime dans cette nouvelle mouvance c’est que les gens font du très bon travail sans se prendre trop au sérieux. L’ensemble fonctionne aussi grâce à un autre aspect plus dur à maîtriser pour les non anglos saxon : le no bullshit.

Je crois que la nouvelle génération dont je tente de faire partie est bien plus bienveillante que les environnements de travail variés que j’ai pu connaître en France.

À noter qu’ici au Canada, et de ma maigre expérience, les environnements de travail me semblent plus sains de base.

Où en est Thread Reader, aujourd’hui ? As-tu quelques chiffres à partager avec nous ?

Thread Reader se porte bien, la croissance est là, mais n’est pas folle. Je crois que c’est tant mieux, je reste sur une échelle humaine que je peux gérer petit à petit.

Je tente de publier le plus de metrics possible : tous les mois je tiens les comptes en terme de visite sur mon Patreon. Pour Mars on a donc : 1,5 millions de pages vues et presque 700.000 utilisateurs.

En termes de revenu, il y a trois sources assez complémentaires.

Les donations, ce avec quoi j’ai historiquement commencé : compte pour 40% des revenus.

Les membres premium pour 40% des revenus et le reste est de la publicité classique et non intrusive : 20% des revenus.

L’ensemble est très variable selon les mois, selon les buzz du moment. Pour mars le total est d’environ 2500 €.

EDIT: Pour plus d’informations sur le développement et les métriques obtenues, consulter les articles suivants publiés par Jérôme:

Bien joué ! Dirais-tu que c’était difficile ou pénible d’atteindre un tel succès ?

Pour le coup, tout s’est bien passé. C’est vrai que je n’avais pas pour but d’en arriver là, donc pas de déception. Et puis surtout c’est l’ensemble de mes précédents projets, une série assez conséquente d’échecs ou de tentatives plus ou moins abouties qui m’ont amené à ce résultat aujourd’hui. Sans cet historique, j’imagine que les choses auraient étés bien plus compliquées.

Ce qui a été important aussi, c’est le support moral inconditionnel et la grande compréhension de la personne avec qui je partage ma vie. La pression sociale peut souvent vous faire douter, et dans mon cas, grâce à son soutien, j’ai pu y échapper en grande partie.

Malheureusement il y aura toujours quelqu’un de l’ancien monde pour vous juger, il ne faut pas se laisser avoir.

Qu’est-ce que tu as trouvé le plus excitant dans cette expérience ?

C’était prévu avant Thread Reader mais j’ai quitté mon job de développeur à plein temps pour me lancer en solo. Vivre de son propre travail et expérimenter ses propres idées c’était un objectif personnel. De plus, sur un projet solo maîtrisé de bout en bout, il y a des retours rapides de la part des utilisateurs, et la faculté d’agir vite.

Grâce à cette vitesse d’exécution, on peut être (ou non) récompensé en quasi temps réel (via le nombre de visiteurs ou même en terme d’entrés d’argent), ce qui reconnecte le travail et la réalité. C’est une expérience très intéressante, difficile à reproduire dans un environnement salarié.

Évidemment, ça a aussi son côté négatif. On fait des erreurs qu’on peut payer cher et jamais à l’abris de coups de blues quand quelque choses ne marche pas.

Quels enseignements retires-tu de cette expérience de création en solo ?

En terme d’enseignement, je crois que Thread Reader est la preuve du message que je voulais faire passer avec mes vidéos : lancez-vous. Faites des choses.

Et si vous ne savez pas comment vous y prendre : utilisez votre moteur de recherche favoris !

Pour les aspects plus pratiques, je suis adepte de la méthode KISS (keep it simple stupid).

Quel conseil donnerais-tu à ceux qui réfléchiraient à se lancer à leur tour ?

Le mythe à briser, c’est clairement la culture du secret. Personne ne vous volera votre idée, alors plutôt que de tenter de tout faire en sous-marin, exposez tout sur la place publique.

Vous aurez des retours rapidement, vous trouverez même sans doute une communauté prête à vous aider.

En tant que personne introvertie (profil “INTJ”, comme moi !), quelle nuances apporterais-tu aux retours d’expériences et conseils qu’on peut lire sur indiehackers.com et autres ?

J’ai lu dix mille fois que le marketing et la communication étaient super importants, et je ne pouvais qu’être d’accord avec ça. Clairement, mon point faible en tant que personne introvertie. Mais aujourd’hui, grâce à cette mouvance solo maker et no bullshit, j’ai pas besoin de me créer un personnage extraverti. Je communique comme je suis, j’utilise des canaux de communication plus intimistes, du one-one aussi.

Quelles qualités liées à ta personnalité as-tu bien exploité ?

En terme de qualité, je dirais sans doute la persévérance. Pas spécifiquement pour ce projet, mais pour l’ensemble des échecs précédents.

Quels sont tes objectifs et envies pour l’avenir de Thread Reader ?

Le but aujourd’hui avec Thread Reader est de pérenniser un peu les revenus. Aujourd’hui tout est trop dépendant du buzz du moment. La plupart des aspects du service sont automatisés. Je n’ai qu’à faire le support client, corriger des bugs.

Ensuite il sera temps de passer au prochain projet car rien n’est éternel, ni Thread Reader, ni ma motivation.

Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter de beau pour la suite ?

Je travaille sur un jeu vidéo pour mobile, c’est un hobby mais souhaitons-moi au moins de le rentabiliser :)

Sinon, je vais continuer à aider les gens qui veulent se lancer, tranquillement à ma petite échelle. Sans doute via des articles de blog et de tutoriaux amateurs. Si un jour quelqu’un me contacte pour me dire que je l’ai aidé alors je crois que ma mission sera accomplie.

Merci encore d’avoir partagé ce retour d’expérience avec nous, Jérôme !

Excellente continuation à toi ! 🏋

PS: et merci à ma chérie, Camille Betinyani Chacur, pour sa relecture !