La réalité augmentée en 3D : l’avenir du social content ?

Just a Line, la nouvelle expérience de Google

Lundi dernier, après une (longue) journée de travail, je m’attaque à ma petite session hebdomadaire de veille sur Techcrunch.

Scroll
Scroll
Scroll
Scroll
Scroll
Scroll

Tiens ! Une annonce de lancement d’un side project de Google !

La claque.

Bon, remettons les choses dans leur contexte : ça fait longtemps que je suis familier avec les applications de réalité augmenté, ce n’est clairement pas nouveau et l’app en elle même est très limité (on en parle un peu plus bas), mais le constat est là : je me suis pris une grosse claque. Non rationnelle. Mais je l’ai prise. Et j’ai téléchargé l’app. C’est la puissance du marketing couplé à mon côté consumériste impatient d’Homo Economicus, j’imagine.


Pour ceux qui ne suivent pas, au fond, revenons un peu aux bases :

La réalité virtuelle et la réalité augmentée : concepts & différences 📄

Les concepts de réalité virtuelle et de réalité augmentée ont beau bénéficier d’une popularité relativement récente, leur origine ne date pas d’hier. Pour la réalité virtuelle, il faut remonter jusqu’en 1962 pour en trouver l’apparition, avec la création de Sensorama par Morton Heilig. Plus tard, dans les années 80, Steve Mann invente le EyeTap, un casque permettant d’afficher des informations virtuelles devant les yeux de son utilisateur, ce qu’on peut qualifier comme le premier exemple de réalité augmentée. Quant à la réalité mixte, il faudra attendre quelques années, en 1994, pour la voir se développer. Aucune de ces technologies n’est donc véritablement une nouveauté, pourtant elles commencent à peine à se démocratiser auprès du grand public.

La réalité virtuelle (ou RV), transport direct vers un autre monde

Si vous voulez passer pour une personne pas trop larguée, dites VR (pour Virtual Reality en anglais) #MiniTip

C’est sûrement la technologie du moment, celle qui est sur toutes les lèvres en raison des casques Oculus Rift, PlayStation VR et HTC Vive (par HTC et Valve). La réalité virtuelle plonge l’utilisateur dans un monde virtuel modélisé en trois dimensions, dans lequel il est possible de se déplacer et d’interagir.

Toute l’idée d’un casque de réalité virtuelle est de créer une simulation se rapprochant le plus possible de la réalité. Pour ce faire, les principaux dispositifs se basent également sur une technologie dite de spatialisation sonore. Traduction : il est possible d’entendre des sons “en 3D”, de pouvoir les localiser devant, derrière ou à côté de soi et d’avoir l’impression d’une certaine distance.

Seul bémol : il est possible d’expérimenter des nausées, vertiges ou maux de tête suivant les personnes ou les expériences. Cela est dû à la latence entre le moment où le joueur bouge la tête et celui où l’écran affiche le mouvement. Ce délais était particulièrement important il y a quelques années, rendant l’expérience peu agréable, mais cette latence s’est nettement améliorée ces derniers temps et est aujourd’hui quasiment nulle.

La réalité augmentée ou RA, l’utilisation du réel

De même, vous pouvez aussi dire VR (pour Virtual Reality en anglais) #MiniTip

La réalité augmentée utilise le monde réel pour y afficher des informations (en 2D ou 3D), avec lesquelles l’utilisateur va pouvoir interagir. Ces données apparaissent par le biais d’un appareil spécifique, pouvant aller du casque (ou des lunettes) à un smartphone, tablette ou ordinateur. Il s’agit donc d’une technologie superposant des éléments virtuels (des nombres, des images, des textes) à notre vision du monde réel. La réalité perçue est ainsi augmentée d’informations digitales permettant d’apporter plus de précisions sur son environnement.


La réalité virtuelle et le social content 🤜 🤛

Cette belle histoire d’amour commence par un coup de foudre instantanée : les lens de réalité virtuelle de Snapchat — très vite copiés par Instagram. Ce n’est pas une application pionnière en terme de facial mapping, mais la première qui porte cette technologie à une très grande échelle : grâce à sa base de donnée utilisateur déjà gigantesque, et à la précision de ses algorithmes de reconnaissance faciale, la feature fait carton plein.

Aujourd’hui, on voit l’apparition de solutions utilisant la spatialisation, avec une reconnaissance accrue de la profondeur, grâce à l’amélioration des smartphones sur le marché.

Des jeux, comme Pokémon Go. Des applications pour l’éducation, comme Complete Anatomy ou JigSpace. De l’indoor mapping ou du GPS, comme la nouvelle feature sur l’app d’American Airlines pour se repérer au sein d’un aéroport.

Mais à part les filtres faciaux, nous n’avons pas grand chose à se mettre sous la dent en terme de social content.

Just a line, la simplicité au service de la créativité 💡

On est pas tous des artistes hein.

Just a line est un projet annexe créé par des ingénieurs de Google, se présentant sous la forme d’une application mobile permettant de “dessiner” en 3D grâce à son smartphone. Les fonctionnalités sont minimalistes : 3 tailles de pinceau, une seule couleur (le blanc, mais une palette de choix de couleur arrive prochainement).

L’angle choisi, le contenu social, est particulièrement intéressant car il permet de laisser la créativité de chacun s’exprimer pour tester nombre d’application possible du dessin en AR.

Il faut avouer qu’ils sont doués pour donner envie. L’impression de coolitude est instantanée, est l’application est gratuite.

Du coup, j’ai foncé.

Ma réaction après 45 sec

Bon, autant vous avouer tout de suite, au début j’ai été super déçu 🙁

Déjà, si vous vous sentez l’âme d’un artiste et que vous voulez faire des choses qui nécessitent plus de 6 ou 7 traits, oubliez tout de suite.

La spatialisation est encore un peu balbutiante. Du coup, quand vous bougez beaucoup l’app a tendance à “déformer” la structure.

On se lasse vite des 3 tailles de pinceau, et la couleur blanche limite l’incrustation de détails ou de nuances.

En fait, après les 10 premières minutes, on ne sait plus trop quoi faire, on est un peu dérouté.

Mais c’est gratuit. Et c’est marrant.

Précisons également que le code est Open Source, en libre accès : c’est très cool de la part de Google, et s’ils arrivent à agréger une communauté, il est possible que les performances de l’application augmentent sensiblement.

Je pense qu’il s’agit d’un essai, qu’ils tentent des choses, qu’ils cherchent à comprendre le futur de nos interactions avec cette technologie encore très récente qu’est la réalité augmenté. Cette application fait partie des expériences annoncées par Google avec ARCore, sa suite d’outils destinée à la réalité augmentée sur Android. C’est pour cela qu’elle n’est pas disponible sur iOS (ils ne sont pas complètement fous non plus).

Il ne faut pas donc prendre cette app comme un produit fini, mais comme un test utilisateur. Pas de déception donc. Téléchargez-la, c’est gratuit. Amusez vous et supprimez-la quand vous serez lassé.

Cela reste une expérience intéressante.

Et certaines personnes arrivent à faire des choses assez incroyables avec :

Tu as téléchargé Just a Line ? N’hésite pas à me donner ton avis en commentaire ! 👇