Le Front National ne connaît pas le fonctionnement des aides agricoles

Nous, agriculteurs en Marche, sommes atterrés par le communiqué de presse du Front National du 3 avril 2017.

Nous sommes surtout extrêmement inquiets de voir que ni Marine Le Pen, ni ceux qui prétendent gérer l’agriculture au Front National ne connaissent le fonctionnement basique des aides agricoles.

Ignorer le fonctionnement des aides agricoles c’est ignorer le premier budget de l’Europe, dont 44% des fonds sont dédiés au soutien de l’agriculture. Quel parti politique peut sérieusement faire campagne sur la sortie de l’Union Européenne sans comprendre la moitié des enjeux économiques que cela représente pour la France ?

Ce manque total de compétence sur les aides agricoles est désormais officiel. En effet, le Front National croit savoir que les aides à l’investissement (argent national qui s’articule avec des fonds de la PAC) font partie des aides de minimis (financées exclusivement sur de l’argent national). Ce n’est évidemment pas le cas !

Heureusement, les agriculteurs savent cela et comprennent parfaitement que le « plan Marshall » proposé par Emmanuel Macron de 5 milliards d’euros est tout à fait autorisé dans le cadre européen et qu’il permettra de prendre en charge jusqu’à 40% des investissements dans les exploitations par des fonds publics.

Sur 100.000 euros d’investissement, pour reprendre l’exemple mentionné par le Front National, 40.000 euros pourront être pris en charge par le plan d’investissement (fonds nationaux + fonds européens) — et ces fonds ne sont absolument pas pris en compte dans les aides minimis.

Mieux encore, dans le cas des jeunes agriculteurs ou des projets collectifs que nous souhaitons encourager, pour ce même projet de 100.000 euros, la prise en charge publique pourra aller jusqu’à 60.000 euros. Loin du saupoudrage évoqué par le Front National, ce « plan Marshall » est concret et essentiel pour investir dans certaines filières comme la volaille ou le porc dont les bâtiments ont une moyenne d’âge de plus de 20 ans. En modernisant ces installations nous pourrons conjuguer la compétitivité de notre agriculture et l’environnement avec des bâtiments plus économes en énergie, plus adaptés au bien-être animal.

Le plan Marshall proposé par Emmanuel Macron est un plan inédit avec un effet de levier budgétaire permettant de renforcer l’efficacité des programmes de développement rural dans le cadre de la PAC.

Un plus grand nombre de projets pourront être soutenus, et ils pourront être mieux soutenus pour une agriculture française innovante, durable et diversifiée.

Like what you read? Give AGRICULTEURS EN MARCHE a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.