Les crèches interentreprises : quel intérêt pour l’employeur ?

Malgré un chômage croissant et un marché du travail de plus en plus concurrentiel, certaines entreprises cherchent à se moderniser et se distinguer dans le but d’attirer les talents de demain. Limitation des retards et de l’absentéisme au travail, augmentation de la productivité des salariés, diminution du stress pour les parents : les crèches interentreprises représentent donc LA solution RH comme vecteur d’embauche et de motivation au travail.

L’entreprise y trouve-t-elle vraiment un intérêt ?

Tout d’abord, cela permet de recruter plus facilement en mettant en avant des avantages et non pas un salaire : de nos jours, les entrants sur le marché du travail recherchent davantage une meilleure ambiance et des avantages en nature afin de contribuer à un meilleur équilibre au travail. En termes de coût, cela est moindre pour l’entreprise, comparé à une augmentation des salaires, du fait de la mise en place d’un crédit d’impôt (taux de 50%) réservé à cette dépense.

Et les salariés ?

D’un point de vue du salarié, on constate donc une tendance à établir une certaine égalité homme/femme en incluant un service pour lequel le second genre sera plus réceptif. En effet, le fait d’instaurer un service permettant un retour au travail plus prompt, ainsi que la proposition d’une solution pérenne permet de garantir une certaine sécurité au niveau de l’emploi. De plus en plus d’employeurs décident de réserver des places de crèches pour leurs salariés à proximité du lieu de travail et ce pour deux raisons majeures : la diminution du stress concernant les retards ainsi que le fait de pouvoir offrir la possibilité de rendre visite à son enfant au cours de la journée.

Du pur altruisme ?

Évidemment, comme toute réflexion concernant les dépenses d’une entreprise ainsi que les choix faits en termes d’organisation interne, tout cela est bien réfléchi. D’une part, l’entreprise bénéficie de crédit d’impôt et de déduction fiscale conséquente rendant la mise à disposition de ce service très peu onéreuse. D’autre part, cela renforce le caractère éthique de l’entreprise et permet donc de communiquer et de lui rendre son côté « humain ».

Et vous, déjà parent(s) et convaincu(s) de cette démarche ?

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.