Fake news et mauvais journalisme : retour sur la «Ligue du LOL»

Alexandre Hervaud
May 9 · 7 min read

[Mise à jour, 27/05/2019 : Initialement, l’article ci-dessous compilait les tweets d’un thread publié sur Twitter le 09/05/2019. Compte tenu du nombre de mises à jour et de précisions apportées depuis, voici une version relativement différente. Le thread original, bien que raté à mes yeux, est toujours en ligne sur Twitter.]

Jusqu’au mardi 7 mai 2019, j’étais encore salarié de Libération. N’ayant pas été licencié pour faute grave ou lourde, malgré la gravité des accusations hallucinantes proférées dans la foulée de l’affaire dite de la Ligue du LOL, j’ai eu 2 mois de préavis après l’annonce de mon licenciement, dont je conteste le motif.

Comme l’a dit la direction à mes ex-collègues en assemblée générale, «l’enquête interne» sur l’affaire n’a rien révélé justifiant mon licenciement, décidé pour raison de communication, d’«image»; une image de coupable par association façonnée par une couverture médiatique aussi affligeante qu’à charge.

J’ai eu l’occasion d’évoquer, en détails, le cas d’un infâme article mensonger et dévastateur publié par Têtu.com, en évoquant au passage la grave méconnaissance de nombreux journalistes de ce que fut Twitter en France durant le quinquennat Sarkozy, période mise en lumière par l’affaire Ligue du LOL.

J’ai également démontré par A+B que Slate.fr avait publié un témoignage incorrect qui m’accusait nominativement de harcèlement — mon nom a depuis été effacé du texte, au grand dam de son auteure, une journaliste par ailleurs présidente d’une association (Prenons la une) ayant largement exploité l’affaire pour amplifier son influence.

Parmi les importantes erreurs factuelles qui ont inondé la presse, il y en a une qui, une fois révélée et admise, en invalide le storytelling mensonger, à savoir la fable d’un groupe Facebook privé qui aurait coordonné des campagnes de cyberharcèlement. Dans son mea culpa explicatif du 10 février largement repris dans la presse, Vincent Glad avait déclaré avoir créé ce fameux groupe Facebook privé en 2009. Problème : c’est faux, Vincent s’est trompé. C’est en octobre 2010 qu’il a créé ce groupe Facebook privé afin de tester une fonctionnalité lancée ce mois-ci par le réseau social.

C’est d’ailleurs la lecture, par hasard, d’une vieille chronique signée Glad lui-même pour GQ France en 2015 (cf article ci-dessous) qui me l’a rappelé : Facebook lance les Groupes en octobre 2010. Attention, la possibilité de créer des groupes privés existait déjà sur le réseau social avant ce lancement, contrairement à ce que mon maladroit thread initial pouvait laisser croire. Mais c’est bel et bien le 6 octobre 2010 qu’une nouvelle version est annoncée et mise en place, en proposant un tout nouveau produit, comme l’expliquait à l’époque le site Mashable : «Facebook has just revealed a new version of Groups at its live press conference in Palo Alto, California. Facebook Groups are a shared space where members can participate in communal activities like group chat, e-mail lists, document sharing and group photo-tagging. The new Groups product was built from the ground up; Facebook Founder and CEO Mark Zuckerberg says Groups is an entirely new product that only shares the name in common with the old Groups functionality. The old Groups will continue to remain in place, but moving forward members will only be able to create new Groups»]

Quelques jours après le lancement de cette fonctionnalité, le journaliste américain Farhad Manjoo écrivait même dans un article publié le 19/10/2010 par Slate.fr sous le titre Avec les «Groups», Facebook règle son plus gros problème que «diviser son réseau social en sous-réseaux (amis, collègues, chefs, famille, famille qu’on n’aime pas…) va devenir simple comme un tag».

Peu après la publication de mes tweets, Vincent Glad avait confirmé ce que j’avance dans un article publié par Arrêt sur Images le 11/05/2019, déclarant : «effectivement je me suis trompé dans ma lettre d’excuses, ça a été créé en octobre 2010». Cf la capture d’écran ci-dessous d’une invitation à rejoindre le groupe, datée du 23 octobre 2010, avec anonymisation de l’adresse mail du destinataire qui comptait parmi les premiers membres de l’espace privé en question.

Cette date de création en octobre 2010 a depuis été corroborée par toutes les premières traces du groupe (via mail, Gtalk, etc…) retrouvées par d’ex-membres depuis. Notons également que la première mention publique de la Ligue du LOL sur Twitter, par le producteur @megaconnard (qui n’en a jamais fait partie), date du 27/12/2010 (nb : il y en a peut-être eu d’autres, effacées depuis).

Oui, c’est deux mois après la création du groupe «secret», bonjour la discrétion. D’où vient l’erreur de Glad ? Aucune idée, mais 48 heures après la publication du Checknews infamant, la violence du bad buzz avait de quoi lui faire perdre le fil.

Il ne s’agit pas ici de nier des abus inacceptables subis par plusieurs internautes, encore moins de trouver des excuses à leurs auteurs. Il s’agit de faire comprendre que l’angle médiatique du «groupe Facebook privé, centre névralgique de harcèlements» est totalement nul et non avenu. Et ce n’est pas un détail, car c’est la fuite -incomplète et avec des erreurs- de noms de membres supposés du groupe Facebook, balancée sur la plateforme Pastebin façon lettre anonyme en 1942, qui a déclenché la frénésie médiatique quand y sont apparus, en plus de celles de Libé, des plumes de Slate, Les Inrocks, Télérama, etc.

Et c’est uniquement par leur présence sur ladite liste que plusieurs personnes, à qui rien n’a jamais été reproché, ont perdu leur emploi, au mépris total du droit du travail ; je pense notamment à mon camarade Guillaume Ledit, journaliste reconnu passé par Owni, Le Mouv’ et L’Express, qui a été violemment écarté du magazine Usbek & Rica uniquement car son nom apparaissait sur cette liste ! — et il n’est pas le seul. Rappelons que plusieurs médias, comme FranceTVinfo ou Mediapart, avaient initialement et de manière totalement irresponsable publié des liens hypertextes renvoyant vers ladite liste PasteBin dans leurs articles (pour mémoire, sur cette liste apparaissaient les “vrais” noms et employeurs de nombreuses personnes, hommes comme femmes, dont certains n’avaient jamais été membres dudit groupe).

L’erreur de date a entraîné de graves confusions

On peut toutefois comprendre pourquoi l’erreur de Glad a bien arrangé tant les accusateurs que les journalistes avides de témoignages. 2009, c’est l’année de création de comptes Twitter anonymes collectifs trollesques -auxquels je n’ai JAMAIS participés- comme twittpoubelle ou tweet_clash. L’affaire de #LaLettre, exhumée comme preuve indiscutable des agissements d’un groupe constitué, remonte au mois d’août 2010. Oui, tout ceci date concrètement bien d’avant la création de cette fameuse «Ligue du LOL», dont la majorité des membres ne se connaissaient ni d’Eve ni d’Adam avant d’être réunis, au fil des ans, dans cette Cour des miracles 2.0. initiée en octobre 2010.

Un titre comme celui de l’article de l’Express «La “ligue du LOL” avait créé un profil anonyme pour harceler» pour évoquer le compte Twitter ultra-trash @foutlamerde, créé en mai 2010, est donc faux et diffamatoire.

L’erreur de datation du groupe a permis à des médias avides de sensationnalisme de publier des témoignages n’ayant strictement rien à voir avec ce groupe Facebook privé, à l’image de ces articles de Mediapart, du Monde, de FranceTVinfo, ou de 20 Minutes pour ne citer qu’eux :

Encore une fois, il ne s’agit pas de minimiser quoi que ce soit des comportements inacceptables d’une poignée de (supposés) membres vis-à-vis d’autres internautes. L’unique leçon à tirer de ceci est que le récit médiatique d’un banal groupe Facebook privé caricaturé en «club de harceleurs coordonnés» est faux. A ce sujet, je maintiens à 200% mes propos initiaux à Checknews: «On y faisait des blagues, un travail de veille, c’est d’un commun absolu, il n’y a jamais eu, à l’intérieur de ce groupe, d’obsession antiféministe. On se moquait de tout, et tout le monde».

Fantasmes infondés et délires complotistes

C’est le nom du groupe Facebook, simple vanne footeuse (ligue 1, etc.) hélas prise au premier degré qui donne son nom à l’affaire ; «ligue» étant très connoté, certains ont fantasmé une société secrète, des Illuminatis 2.0., une loge maçonnique… Si le groupe s’était appelé «Les Chatons du Web», il n’y aurait jamais eu de tels fantasmes infondés ni de tels délires complotistes accumulés au fil des années.

Contrairement à l’affaire Pitié-Salpêtrière, où la fake news de Castaner avait pu être vite démontée grâce aux vidéos, l’affaire LigueduLOL n’a pas pu être «fact-checkée» car aucun matériel à exploiter n’existe : rien n’a filtré de ce fameux groupe privé disparu, pas un échange. Quand on y réfléchit, c’est d’ailleurs ahurissant : imaginez qu’après un crash d’avion, de pseudo experts aéronautiques expliquent ad nauseam ce qui a causé le drame…mais sans connaître le contenu de la boîte noire ni même savoir qui avait embarqué dans l’appareil ! C’est exactement ce qu’il s’est passé avec le traitement médiatique de l’affaire Ligue du LOL.

Les médias se sont contentés d’actions individuelles hors groupe (tweets, blogs, photomontages…) exhumées hors contexte. Tout le reste n’est que fantasmes, suppositions, calomnies. Loin de moi l’idée de provoquer qui que ce soit en écrivant ceci mais juste d’affirmer une évidence, à savoir que ce banal groupe privé Facebook n’a JAMAIS harcelé personne ;une minorité de ses membres, sans doute, et ce déjà bien avant sa création.

En mars dernier, Le Monde revenait sur l’emballement de la presse autour du phénomène viral Momo Challenge, titrant sur une «invention médiatique qui n’a jamais vraiment existé». A quand le même recul honnête, le même type de contre-enquête, sur la «panique morale» autour de la Ligue Du LOL ?

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade