Le meilleur livre sur le développement personnel est celui que vous écrirez.

Alexandre Castaing
Nov 12, 2017 · 6 min read

Dimanche soir. Vous faites le bilan de cette semaine, voire de cette dernière année. Vous vous sentez peut-être comme une version sommaire de vous-même, triant dans votre esprit les choses à éliminer de votre vie, en les remplaçant par d’autres bien plus gratifiantes. S’améliorer au quotidien est un vrai casse-tête, tant les sujets à « fixer », comme disent les anglophones, s’entremêlent dans une série inextricable de causes à effets. Nos chers maîtres bouddhistes font de leur mieux pour nous diffuser leur vénérable enseignement, mais leur parole manque souvent de piquant ou de concret quand la plupart d’entre nous sont à l’affût de méthodes miracles et express.

Pour s’extraire de cette torpeur bassement humaine, il existe un certain nombre d’ouvrages, que l’on classe dans la catégorie amélioration du potentiel, ou développement personnel, qui offrent des solutions simples et ordonnées.

En tant qu’individus naviguant sans originalité entre burn-out et bore-out, la première fois que nous entamons un livre sur l’amélioration du potentiel, le sentiment est plutôt grisant. Nous nous endormons avec la certitude d’avoir déniché le moyen ultime de relever notre existence à un niveau supérieur, et que chaque prochain jour sera synonyme d’une énergie et d’une volonté implacable.

Il faut dire que la promesse est forte : quitter notre vie pesante, voire pénible et accéder à la plénitude de chaque instant. Tous ces ouvrages commencent inlassablement de la même façon : un chapitre alléchant sur la manière dont la vie de l’auteur a été bouleversée après avoir changé souvent une simple habitude dans son quotidien.

La méthode est souvent basique et surtout monomaniaque : méditer chaque jour, changer ses habitudes alimentaires avec plus ou moins d’exotisme (ou d’inconscience), se lever à 5 heures du matin afin d’exécuter consciencieusement une brochette d’activités intellectuelles, réussir à lire en un an plus de livres que dans toute sa vie passée, ou encore organiser son logis de sorte à faire pâlir d’envie un maître zen japonais. Ce n’est là qu’un best of des solutions qui garantissent de transformer nos vies. Pour certains, mieux trier notre boîte mail pourrait avoir un effet incroyable sur l’existence.

S’il est facile de se prendre au jeu, un minimum de recul permet d’en tirer quelques enseignements. Voici une première information essentielle sur la teneur de ces ouvrages : en règle générale vous pouvez vous arrêter à ce premier chapitre, ou du moins la première partie du livre. C’est de loin le plus motivant, le plus recherché, abouti, celui où l’auteur vous révèle son unique secret et tous les bénéfices dont il jouit aujourd’hui. Si vous êtes convaincu par son approche, vous aurez la plupart du temps toutes les clés en main pour l’imiter. Le reste de l’ouvrage se résume à détailler des situations de long en large, révélant une vie ordonnée, qui n’a d’intéressant que l’état transcendantal de l’auteur. Quoi qu’il en soit, la finalité est très alléchante et varie assez peu d’un ouvrage à l’autre : des relations plus épanouies, plus de revenus, de temps, de réussite et de bien-être. Alors faut-il imiter stoïquement cet auteur, élu de la société moderne, ayant déniché le mode d’emploi de la plénitude ?

La réponse est non.

Cette personne est comme chaque être humain : unique, et donc probablement très différente de vous. Ce qui induit en tout logique que sa recette miracle à peu de chances de fonctionner sur votre personne. Elle s’est construite avec sa somme d’échecs et de découvertes. Comme souvent, l’auteur a d’abord vécu une période laborieuse, voire difficile. Car pour mettre au point une méthode aussi extrême, il faut avoir une forte volonté de se sortir du trou et d’y travailler chaque jour. La volonté de changer appelle à un effort redondant qui s’accompli pas à pas. Ainsi va le cycle de l’ascension vers la plénitude. Nous ne parlons pas forcément de mal-être profond, ou de dépression, mais d’une constante insatisfaction à n’être « que » soit. C’est ce qui fait progresser chacun de nous dans des directions différentes. Sur ce point nous ne pouvons que reconnaitre le courage et la volonté de ces combattants de la médiocrité.

Vous pensez peut-être que ces auteurs ne vivent que dans la ferveur de leur astreinte. Même s’ils partagent une démarche altruiste, rappelez-vous que ces auteurs doivent aussi vendre des livres et développer un business. Les auteurs d’ouvrage sur l’amélioration du potentiel doivent être capables de convaincre un éditeur, puis des lecteurs. Ces derniers ont peut-être déjà essayé douze autres méthodes. Celle-ci doit être la bonne !

Sachez qu’ils ont tout intérêt à forcer le trait en permanence, à insinuer que leur méthode est sans faille, ou qu’il faudrait l’enrichir d’autres approches. Pourtant ils ne sont probablement pas aussi binaires et lisses qu’ils le prétendent dans leur livre. La vérité n’est pas aussi extrême, ou bien seraient-il à plaindre. Seulement, s’ils ne présentaient pas les faits selon leur unique dogme, alors le livre perdrait ses chances de devenir un best-seller. Il leur faut produire du sensationnel, du différentiant pour vendre. C’est blanc contre noir. Il leur faut donc modeler un paradigme simpliste et assimilable en quelques heures, voire en quelques minutes. Prétendre pouvoir transformer la vie des gens en un livre est une méthode de marketing, pas du bonheur. Ces approches vont au-delà de leur créateur. De la même manière que la télévision rend beau et intelligent, ces ouvrages leur confèrent une aura et une rigueur inatteignable par les simples mortels que nous sommes. De ce fait, vous pouvez d’ores et déjà dédramatiser le fait de ne pouvoir en accomplir autant.

Pour progresser sereinement, oubliez les singeries. L’exploration des possibilités qui s’offrent à vous est un chemin se révélant pas à pas. Un enseignement fertile se base sur une grande variété de savoirs, et pas sur un dogme monolithique.

Comment intégrer alors ces ouvrages qui voudraient vous imposer un changement radical ? Laissez-vous simplement guider par votre intuition. Elle traduit généralement un désir enfoui. Si l’idée abordée par le livre vous séduit, lisez-le. Et faites l’essai… Mais gardez bien en tête d’abandonner rapidement la version extrême du mode opératoire proposé. Parfois vous lâcherez même au cours de la lecture, comme dans le passage où Hal Erold, l’auteur de “Miracle Morning” qui se lève tous les jours à 5 heures du matin, classe en pourcentage les gens par leur niveau de réussite à l’âge de la retraite. Avec tout en haut les millionnaires et en bas de l’échelle le reste de la population, dont les chômeurs et les morts. Oui. Pour Hal, mourir est un truc de looser. Ou plutôt nommons les comme lui : le club des 95% (comprendre le pourcentage de la population qui foire sa vie).

Pourtant, si vous ne refermez pas le bouquin sur le champ, vous observerez que cet homme détient une vérité : Il est plus efficace d’exercer son cerveau, à la fraiche, deux heures le matin, plutôt que de le fumer dans une série d’afterworks intensifs. Mais faut-il tuer le rock’n roll pour autant? Faut-il enterrer tous vos plaisirs coupables qui forgent votre identité sociale ? Si vous désirez renverser la vapeur et remplir votre cercle de vertus, ne cherchez pas la lourde pierre qui va écraser votre ancienne vie. Collectionnez plutôt les petits cailloux.

Il est certes plus motivant de vous dire que vous allez tout balayer pour changer du tout au tout du jour au lendemain, mais il est peu probable que vous y parveniez. Malgré vos lubies, ou votre lecture de la veille, votre karma reprendra plus ou moins la forme d’un ensemble plus large d’expériences : les vôtres. Un peu comme le corps a besoin d’une nourriture équilibrée et non pas d’un régime de smoothies aux épinards, faites votre marché dans les bonnes idées (celles qui vous plaisent). Ne prenez pas pour argent comptant une seule et même méthode abrutissante qui ne résultera qu’à stériliser votre existence. Ecrivez chaque jour votre propre livre de développement personnel. Il est fort probable qu’il n’intéresse que vous mais c’est bien là toute sa subtilité.

Merci à Hélène pour sa précieuse relecture. N’hésitez pas à me donner votre avis sur le sujet dans les commentaires ou directement par mail.
Vous pouvez me retrouver sur twitter @acastaing
Je suis également co-fondateur et directeur de création de l’agence de communication digitale Sweet Punk : alexandrecastaing@sweetpunk.com

Alexandre Castaing

Fondateur et directeur de création de l’agence de communication Sweet Punk à Paris. @acastaing

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade