Les Freelances Lyonnais : Interview d’Alex Carmona, Consultante en Communication Digitale et Éthique

Alexandre Favrot
Apr 2 · 9 min read

Contexte : Je fais ma première interview Skype avec la co-fondatrice des Freelances Lyonnais que l’on ne présente plus, Alex Carmona. Pourquoi Skype vous allez me dire ? Tout simplement car Alex est une digital nomade et à la date de l’interview (le 8 mars 2019) elle était en Thaïlande (dans le bar de l’hôtel sur la plage d’ailleurs, on peut trouver pire comme lieu d’interview).

• Qui es-tu Alex ?

Je suis Alex Carmona, Consultante en Communication Digitale et Éthique. J’accompagne les structures avec un impact social (association, ONG, structures de l’ESS — Économie Sociale et Solidaire, entrepreneurs sociaux…) sur leur stratégie de communication éthique.
Cela peut être des entreprises qui ont le label ESUS (entreprise solidaire d’utilité sociale) ou des structures qui ont un impact social, écologique, de l’économie circulaire, l’insertion professionnelle… Ce sont des structures qui ont des valeurs et qui oeuvrent pour faire un monde meilleur !

Et mon champ d’action couvre la communication et le webmarketing : de la stratégie, à la planification jusqu’à la réalisation du site internet.
Je donne également des cours dans des écoles de commerce à Lyon à des masters (Iseg, Epsi, Wis, Graine de Boss…).

Pour mon côté geek, j’ai aussi un blog “Éthique & Numérique” où je parle de l’impact social des nouvelles technologies (https://www.sollya.fr/blog-ethique-numerique/).

Puis bien sûr, j’ai monté le groupe Les Freelances Lyonnais où on a dépassé les 1000 membres !
À côté de cela, je suis une “digital nomad” et fervente adepte de slow business.

• Quel est ton parcours scolaire ?

J’ai fait 2 ans de licence à Annecy en Information-Communication option Multimédia (on faisait du code, du graphisme,…) en 2009. Ensuite j’ai fait une licence 3 professionnelle à Grenoble en Communication Visuelle (on faisait de la stratégie de communication et marketing). Et pour finir, j’ai eu mon master 2 à Lyon en 2013 en Communication multimédia.

• Quel est ton parcours professionnel ?

J’ai travaillé 6 ans en tant que responsable communication et marketing. Je suis restée salariée dans plusieurs entreprises jusqu’en 2017, où j’ai monté mon activité de freelance.

• Quelle est ta spécialisation ?

Je suis spécialisée de 3 manières :
- Je fais de la communication digitale principalement.
- Je travaille pour l’ESS (économie sociale et solidaire) et les structures à impact social.
- Et enfin, je ne fais que de la communication éthique (pour plus d’infos : https://www.sollya.fr/responsable-ess/ ).

Quelle est la structure juridique de ton activité ?

C’est une Micro entreprise.

Es-tu freelance à temps plein ?

Je suis plus-qu’à-temps-plein !

Est-ce que tu as des activités à côté ou des projets professionnels particuliers ?

J’ai les formations en ligne que je suis en train de faire ! Des courtes formations en vidéo pour aider les petites structures à faire leur communication sur internet…

Comme je t’en ai parlé, j’ai le blog “Éthique & Numérique” sur l’impact social des nouvelles technologies avec les interviews vidéos (https://www.sollya.fr/blog-ethique-numerique/).

À côté de cela, j’ai un projet autour du digital nomadisme avec un ami (on est en train d’y réfléchir).

Je suis aussi investie dans plusieurs associations, notamment la Cuisine du Web et la communauté WordPress… J’ai aussi créé la communauté Les Zèbres Lyonnais (groupe repris par un ami).

  • Travailles-tu de chez toi, en co-working… ?

Je suis chez le client quand je fais de la formation ou quand je fais du coaching. Le reste du temps, je suis en coworking ou chez moi.
Quand je nomade, je vais dans des coworkings (notamment les jours d’essai) ou surtout des cafés (et tu peux rester la journée selon les pays où tu te trouve).

  • Comment trouves-tu des clients ?

Ce sont eux qui me trouve ! C’est du réseau, du bouche à oreille, de la recommandation. Si tu fais du bon travail avec un client, derrière il va parler de toi. J’ai eu aussi quelques demandes grâce au SEO de mon site et au personal branding (le fait que tu te mettes en avant ton profil et ta personnalité pour attirer les clients à toi — par exemple en animant des réseaux, créant des communautés…).

Est-ce que cela a évolué depuis tes débuts ?

Non, pour l’instant cela n’a pas évolué… Mais je pense que pour la suite il faudra que cela évolue car au bout d’un moment, tu as fait le tour du réseau !

Pourquoi es-tu devenue freelance?

Parce que je ne suis pas faite pour la salariat traditionnel. J’ai besoin de liberté, de pouvoir avancer à mon rythme, d’apprendre pleins de choses et de tester pleins de choses à la fois, de choisir mes conditions de travail (horaire et lieu de travail), et aussi de pouvoir choisir mes clients !

Quelles sont selon toi les principales qualités nécessaires pour être freelance ?

Savoir se responsabiliser, être autonome, être sociable.
Il faut aussi avoir suffisamment de confiance en soi ou donner l’impression d’avoir confiance en soi pour ne pas se faire bouffer par les clients ou d’autres personnes.
Évidemment, il faut aussi bien travailler, être pro car si tu ne l’ai pas cela ne marchera pas.

Qu’est ce que tu aimes le plus en tant que freelance ?

Être libre de tout !

Qu’est ce que tu aimes le moins en tant que freelance ?

C’est la représentation qu’ont les freelances en France : un exécutant, en concurrence avec le moins cher, un statut pas stable, maltraité par rapport aux clients mais aussi aux banques etc…

Parle-nous d’un succès marquant ?

Je donnais une formation à des étudiants de Master sur une semaine (très intensif) et le dernier jour il nous restait beaucoup de choses à voir et peu de temps donc j’ai rushé, on a fini pile poil dans les temps et… ils se sont levés et ils ont applaudi pour me remercier du cours !

Parle-moi d’un échec qui t’as aidé dans ta trajectoire de freelance ?

Je pense à un client qui a mis fin à la relation. C’était pour la création d’un site internet. Il avait changé 3 fois le cahier des charges et il était encore en train de demander d’autres modifications non comprises dans le devis et le cahier des charges… Je lui avais fait un mail pour lui dire diplomatiquement que cela commençait à faire beaucoup de modifications surtout pour sa deadline. Il l’a très mal pris. Et il a mis fin à la relation et ne m’a toujours pas payé !
Cela m’a appris à mieux ficeler mes conditions générales de vente, à revoir mes devis, à retravailler mon process et à bien demander les acomptes !

Si c’était à refaire, qu’est-ce que tu aurais fait différemment dans ton expérience freelance ?

Je suis plutôt du genre à accepter les choses et refaire la même chose parce que c’est ce qui fait que j’en suis là maintenant. Après, j’ai fait un burn-out courant 2018 et donc je ferai attention à m’intéresser plus tôt au slow business (https://www.linkedin.com/pulse/quest-ce-que-le-slow-business-ou-des-pistes-pour-mieux-alex-carmona/ ) et savoir ralentir.

Donne-moi 2 conseils que doit appliquer selon toi une nouvelle freelance?

Ne pas se sous estimer et donc de ne pas se sous vendre évidemment.
Et surtout, ne pas se comparer en permanence (avec les gens autour ou les gens que l’on voit sur internet ou les réseaux sociaux). Car il y a ce que l’on dit et la réalité, qui sont différents et il ne faut pas comparer ce qui n’est pas comparable, chacun à son rythme !

• Donne-moi 2 erreurs qu’une nouvelle dans ton domaine ne doit pas faire ?

Dire oui à tout. Prendre le temps de se poser et réfléchir avant d’agir. Il ne faut pas vouloir toujours plus, il faut penser long terme.

• Peux-tu me donner une journée type ou semaine type ?

Je n’ai pas de routine, surtout en voyageant ! Le matin, je fais les tâches où je suis toute seule sur mon ordinateur et l’après midi et soir je fais mes tâches humaines (rendez-vous clients, échanges, prospection, communauté…).

Quand es-tu la plus productive ? Le matin !

Combien d’heures en moyenne travailles-tu par semaine ?

Cela dépend ! Au minimum 4h par jour et au maximum “tout le temps” (mais je sais qu’il ne faut pas et je ne le conseille pas).

• Si c’est pas indiscret, quel est ton TJM ?

J’ai différents tarifs, cela dépend du client et de la mission. En général, pour de la stratégie/formation/coaching, je suis autour des 700 euros par jour et pour ce qui est exécutant (création de site, travail sur ordinateur…), je suis à 450 euros par jour.

  • Quand prends-tu des vacances ?

Jamais réellement… Ce n’est pas parce que tu voyages que tu es en vacances ! Au contraire, il faut mettre les bouchée doubles pour montrer que tu peux garder le niveau. Le problème quand tu voyages c’est qu’il faut un temps d’adaptation (pour trouver ton rythme, pour trouver où travailler, trouver où cela capte internet…). Mais on travaille une journée normale de travail.

  • Tes astuces pour déstresser ?

Changer de lieu. Quitter la France. Voyager. Sinon, je lis et j’écris sur le développement personnel ou je joue aux jeux vidéos.

  • Tes astuces pour séparer vie pro/vie perso ?

J’essaie tous les jours d’appliquer les principes du Slow Business. Ma première étape était de ne pas mettre de notifications sur mon téléphone et enlever toutes notifications de mails pro.

  • Peux-tu donner un ou plusieurs outils qui te facilite la vie ?

Pour suivre le temps passé, j’ai Time tracker. Pour communiquer j’ai Slack et WhatsApp. Pour l’organisation j’ai Trello et AirTable. J’ai Drive aussi. Mailchimp pour la newsletter. Et les plus importants : Evernote et Todoist.

Donne-moi un livre / personne qui t’inspire dans ton domaine ou pour l’activité de freelance ?

Les personnes qui m’inspirent sont des personnes qui me sont proches, que je peux fréquenter au quotidien et que j’admire beaucoup.

Question livre, je lis beaucoup de choses en développement personnel et ça m’aide indirectement sur mon travail !

  • Quel est le principal enjeu actuel de ton domaine ?

Dans la communication digitale, il y a beaucoup de concurrence et c’est encore plus vrai dans l’ESS. Il y a beaucoup de gens qui font de la communication dans l’ESS et c’est un public qui n’a pas forcément les moyens.

  • Pourrais-tu redevenir salariée ?

Ne jamais dire jamais… Cela dépendrait des conditions de travail, de l’entreprise et de l’objectif social de l’entreprise !

  • Où te vois-tu dans 10 ans au niveau professionnel?

Pareil ? En freelance, en collaboration avec d’autres partenaires sur des projets plus importants.

  • Parle-moi de la création des Freelances Lyonnais.

J’ai fondé le groupe avec Pierre Ammeloot. Cela a commencé par un premier rendez-vous, puis le mouvement était lancé et j’ai créé le groupe Facebook des Freelances Lyonnais en 2017.

  • Que recherchais-tu en créant ce groupe Les Freelances Lyonnais ?

Rencontrer les freelances et partager sur les problématiques de l’on rencontre tous. Faire en sorte qu’on trouve des réponses aux question que chacun se posent. Donc créer des relations et un endroit d’entre-aide !

Merci Alex d’avoir répondu à cette interview. Vous pouvez retrouver Alex Carmona sur https://www.sollya.fr/ et évidemment lors de nos rendez-vous des Freelances Lyonnais (quand elle n’est pas à l’étranger).

Alexandre Favrot

Written by

Co-organisateur des “Les Freelances Lyonnais” (avec Pierre Ammeloot et Alex Carmona). Consultant Référencement Naturel SEO à Lyon. https://alexandrefavrot.fr/

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade