7 techniques créatives pour trouver de bonnes idées de produit

Créer un produit que vous achèteriez est une chose ; mais créer un produit que vous pourriez effectivement vendre en est une autre. Un nombre considérable d’industriels ont dû avorter ou réorienter certains projets, voire retirer leurs produits de la vente.

Un exemple d’échec à l’innovation probant est celui du groupe BIC, mondialement connu pour la commercialisation de stylos à bille, de briquets et de rasoirs. En 1988, l’entreprise décide de se lancer sur le marché de la parfumerie, en distribuant des parfums sous la marque BIC et ce, exclusivement dans les débits de tabac. Toutefois, ces mignonettes de parfum à la fois stylées, pratiques et bon marché constitueront un véritable flop !

Le parfum étant considéré comme un produit de luxe et de séduction, le parfum BIC n’a pas su séduire son public, ce qui amena le groupe à retirer les produits de la vente en 1991, après trois années d’échec monumental et de pertes financières. Alors, comment s’assurer de développer les « bons » produits dès le départ ? Découvrez 7 techniques créatives pour trouver de bonnes idées.

  • L’Assortissante

Pensez au génie qui eut l’idée brillante d’intégrer la fonction d’appareil photo au téléphone, mais également à la machine à café qui vous prépare aussi du chocolat chaud, au couteau-suisse qui ne vous laisse jamais tomber ou encore, au robot ménager multifonction toutefois complexe à nettoyer.

Cette technique consiste tout simplement à réunir ensemble au minimum deux produits déjà existants (l’un étant de préférence dynamique sur son marché), de « jouer » avec et d’imaginer comment ils pourraient s’intégrer ensemble afin de développer un tiers produit innovant. Avant tout, il s’agit de créer un effet WOW que la concurrence n’offre pas à ses clients.

  • La technique « Et si ? »

Et si un produit pouvait être conçu autrement en termes de matériau ou d’esthétique (moins cher à fabriquer, plus pratique à emballer, plus esthétique, ergonomique ou écologique, en consommant moins d’énergie etc.) ? Et si un produit pouvait être utilisé différemment, pour répondre à un autre besoin — et comment l’adapter à ce nouvel usage ou design ?

Et si un produit pouvait être destiné à une autre catégorie de consommateurs ou à un autre marché auxquels les industriels n’auraient pas encore pensé ? Et si un produit pouvait être plus efficace ou rentable ? Et si vous pouviez permettre à des consommateurs d’économiser de l’argent comparé à l’achat ou à l’usage de produits existants ? Voici un très bon avantage comparatif à considérer !

  • La Solutionnante

Trouvez un problème à un produit existant et résolvez-le ; toutefois, restez bien concentré sur le problème, tout en vous montrant flexible quant à la solution. Un exemple de résolution de problème est celui de l’inventeur anglais Percy Shaw.

En 1933, alors qu’il conduisait la nuit, Percy Shaw aperçut un chat sur le bas-côté de la route. Grâce à ses yeux brillants et réfléchissants, non seulement le chat lui évita de tomber dans un ravin, mais il lui donna également une idée de génie : Percy Shaw inventa alors les « Cat’s Eye », un dispositif réfléchissant utilisé mondialement depuis. Et si un produit pouvait ne pas être utilisable par une catégorie de consommateurs pour certaines raisons auxquelles vous pourriez apporter LA solution ?

  • La Sophisticante

Il y a de nombreux produits existants sur le marché n’ayant pas été modifiés ou améliorés depuis des années, voire des décennies. Choisissez-en un et cherchez comment vous pourriez l’améliorer ou le rendre plus sophistiqué afin de faire la différence par rapport à la concurrence.

  • L’Opposante

Prenez un produit dynamique sur le marché et voyez comment vous pourriez l’utiliser dans des conditions opposées, telles que le jour VS la nuit, adultes VS enfants, plastique VS bois, mégalopoles américaines VS contrées isolées, hommes VS femmes, cher VS pas cher, batterie VS autonomie, ronds VS cubiques, droits VS inclinés etc.

  • L’Opportuniste

Il s’agit de développement de produit lié à une opportunité contextuelle (exemple : les poignées anticontaminations permettant d’ouvrir les portes de l’avant-bras, inventées durant la crise sanitaire du H1N1 et installées dans certains hôpitaux, laboratoires, établissements publics…)

  • La Statisticienne

Il s’agit d’étudier les statistiques dans un enchaînement logique, comme par exemple de déterminer un échantillon représentatif de personnes handicapées en France, puis de se demander de quels types d’incapacités physiques ces personnes souffrent, de les lister afin de choisir une catégorie majoritaire.

Enfin, il s’agit de se demander quels types de problèmes cette catégorie peut avoir à utiliser certains produits dynamiques sur le marché. Ainsi, vous contribuerez également à l’amélioration de la qualité de vie des personnes handicapées, donnant alors un enjeu plus humain, social et motivant à votre projet pour lequel vous pourriez obtenir des subventions de la part d’organismes spécialisés. Une idée gagnante sur tous les fronts !

Diplômée de l’ICD Business School Groupe IGS (Paris 10ème), j’ai exercé, entre autres, en tant que business consultante à Londres et accompagné des entrepreneurs anglais en tant que mentor chez Virgin Startup.

Actuellement dirigeante de la société de nettoyage Astreed, passionnée par le growth hacking et la psychologie comportementale et cognitive, je considère fondamental aujourd’hui d’utiliser les techniques du neuromarketing pour être en mesure d’accompagner au mieux le développement en ligne de votre entreprise.

L’Oréal, Crédit Mutuel, McDonald’s, Coca-Cola, Google, Facebook, SNCF et bien d’autres grandes marques utilisent les techniques du neuromarketing ; pourquoi pas VOUS ?

+d’informations sur https://alinekerneis.fr/