Bienvenue en Potemkin Valley
Nicolas Colin
912

C’est bien vrai dans un sens, mais cette situation est le résultat d’une confluence de plusieurs éléments :

1/ une volonté politique de «faire quelque chose»,

2/ une illusion académique et politique qu’il suffit de regarder comment les autres font pour faire aussi bien,

3/ un sentiment plutôt noble qu’il faut commencer quelque part

4/ une réalité économique qui fait qu’on choisi une solution relativement peu coûteuse à mettre en œuvre

5/ un «cognitive bias» classique (ou une naïveté basique) que «build it and they will come» est une stratégie viable.

Enfin, il manque tellement d’éléments dans l’écosystème français (et européen d’ailleurs) comme business angels, super angels, VC, meso-finance, entrepreneurs-mentors, méthodologies ou modèles de transfert technologique (universitaire ou laboritaire), incentives fiscales, … que tant mieux si on crée des structures pas dans le bon ordre pour que tôt ou tard on comprenne qu’un écosystème entrepreneurial n’est pas quelques incubateurs, des espaces co-working et une BPI.