3978

À Valou, Alex et Alvise. Montréal, 9 août 2016.

J’aimerais ça discuter avec Chance the Rapper parce que je crois bien au fait que “summer friends do stay”…

des rencontres, on en fait plein. mais de vraies connections, c’est rare.

enfin, non. c’est rare si nous ne sommes pas ouverts à l’opportunité et aux rencontres fortuites. il est juste question de regarder autour de soi pour se rendre compte des opportunités qui nous sont présentées, sur une assiette en argent, tous les jours, toutes les heures.

et vous, mes amours d’été, vous faites partie de ce groupe de connaissances qui, par beauté divine, par magie de l’univers, se sont présentées face à moi, comme des pierres précieuses, un oasis au milieu du désert du changement, de la banalité et de la solitude.

je n’ai jamais senti autant d’amour, de créativité et de liberté.



À nous les rituels musicaux.

Adamus, les Collocs, David Grey, the Lumineers.

Hawaïenne et les Éléphants sur une toile d’araignée.

À nous les Tam-tams, la slack et les Krishnas.

À nous le Bleury, le tango, le Ritz, les vinyles.

À nous les dîners au 3978, la création documentaire et cinématographique, le sauvetage de chats en péril.

À nous la guitare, le djembe, et un peu d’ukulele.

À nous le balcon du 3978 H. de Ville.


Tout part mais tout reste. vous avez laissé un bout de vous dans mon esprit, et j’espère que je vous ai laissé un peu de mon amour dans vos coeurs aussi. l’été, c’est une parenthèse dans le temps. “la felicidad después de un largo invierno”. c’est la libération.

et sachez la gang, je suis heureuse de l’avoir vécu avec vous. je vous garde dans mon balcon, vous en avez la clé.

Mi casa es tu casa.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.