Et après, il y a quoi?

Anahi Nguyen
Apr 19 · 3 min read

Depuis que j’ai enregistré le podcast de Génération XX, j’ai reçu des dizaines de messages, principalement de filles, pour me remercier. J’ai d’abord reçu le premier, puis le deuxième, puis dix, puis une trentaine… et à chaque fois que je lisais un nouveau message, je me posais la même question : elles me remercient pour quoi ? Ce n’était pas des encouragements, de la compassion, comme j’aurais pu l’imaginer, mais bel et bien des remerciements.

Je me suis alors rendue compte qu’en écoutant le podcast, en m’écoutant, toutes ces filles s’étaient reconnues dans mon histoire. Parfois entièrement, parfois sur une partie, parfois sur une phrase. Mais je leur « avais fait du bien ».

Je me revois encore environ un mois après la diffusion, dans la voiture de ma mère à Marseille en train de lui dire :

« Ah ! y’a encore une fille qui m’a envoyé un message ! Apparemment je suis inspirante… mais je ne comprends pas, j’ai juste raconté ma vie quoi… »

Réponse de ma mère : « Tiens, faudra vraiment que je l’écoute… ». Je ne suis d’ailleurs pas sûre qu’à l’heure où j’écris ces lignes elle l’ait écouté (Maman le lien est en haut, just in case 😂)

Et en effet j’avais juste raconté ma vie, mais j’avais aussi raconté mon, mes échecs. En creusant avec certaines qui m’ont demandé des conseils pour leurs boites, je me suis surtout rendue compte qu’on ne parlait que très peu de l’échec en général.

J’avais une vision très claire de modèles de réussite, aussi bien féminins que masculins, je pouvais citer facilement une vingtaine de filles parfaites qui ont parfaitement réussi.

Quand j’ai cherché des filles qui ont parlé de leurs difficultés et de leurs échecs, aucun nom ne m’est venu spontanément. Aucun.

Parce qu’on parle toujours des success stories, des clés de la réussite, de ces levées de fonds à plusieurs millions, mais on ne parle jamais de l’entrepreneur qui se bat en vain, de la difficulté de monter et de fermer sa boite, de l’implication de ce quotidien dans sa vie personnelle.

D’une part parce que tant qu’on a pas « échoué », fermé sa boite, liquidé, on ne peut pas montrer l’envers du décor. On se doit de réussir. Et d’autre part, parce lorsqu’on échoue, on préfère raser les murs plutôt que de faire face.

Et parce que j’ai décidé d’affronter plutôt que de me cacher, j’ai envie d’en parler. De ce que l’on ressent, de ce que l’on vit, avant, pendant et après l’échec. De cette sensation que tout s’écroule, non seulement son entreprise, mais aussi sa vie, soi.

J’ai besoin d’en parler parce que c’est ma catharsis, je suis en train de boucler la boucle. Mais j’ai aussi envie de déculpabiliser celles et ceux qui à un moment donné ont eu ce même ressenti, et peut-être en aider certains à faire des choix.

J’ai été touchée par la confiance d’entrepreneures qui venaient me demander mon avis sur leurs boites. Et j’ai constaté une chose : les réponses à toutes les questions, elles les avaient déjà. Je leur ai juste renvoyé ce qu’elles me disaient. Et savoir s’il fallait qu’elles continuent ou qu’elles arrêtent ? Toutes avaient déjà la réponse, elles avaient seulement besoin qu’on la leur renvoie. Exactement comme je suis allée poser la même question à Oussama Ammar de The Family avant de prendre ma décision.

A travers mon expérience, je voudrais montrer une autre façon de vivre l’échec, si tant est qu’échec il y a. J’aimerais faire prendre conscience qu’on a le droit le monter des projets mais on a aussi le droit de les arrêter. Je voudrais décomplexer ceux et celles qui ne se reconnaissent pas dans les stéréotypes de réussite parce que la réalité est bien plus complexe. J’aimerais que l’on puisse avouer que malgré la passion que l’on a, le quotidien est difficile et épuisant.

Et pourtant, on ne veut pas lâcher par peur de l’après: et après, il y a quoi?

Anahi Nguyen

Written by

French Entrepreneur - Ex Co-Founder & CEO L’Habibliothèque

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade