En général, j’écris pour raconter des histoires, j’écris pour les autres.

Assis dans cette salle d’attente, j’ai envie d’écrire pour moi. Pour l’amour que j’ai pour l’écriture. Je n’ai pas fait les lettres modernes ou des études de littératures, je ne suis qu’un simple étudiant qui a voulu être médecin, puis ingénieur et s’est retrouver manager.

Avec une grammaire pas terrible, mais une passion pour l’écriture.

J’écris depuis que j’ai appris à le faire, j’écris pour demander pardon, j’écris pour déclarer ma flamme, j’écris même au président quand la situation l’exige. Mais souvent, j’ai peur que personne ne me lise. Pourtant, j’écris.

Peut-être parce que j’ai cette fibre de l’entrepreneur qui ne s’arrête devant aucun obstacle sauf pour le contourner ou pour le sauté. J’ai certainement encore cette fraîcheur de la jeunesse qui rend mes actions aussi fougueuses.

J’écris pour manger, j’écris pour vivre, j’écris pour l’autre.

Cet inconnu qui ne me connaît peut-être pas. Mais qui dans une publicité ou deux sur internet ou sur un papier à lu un de mes textes, sans le savoir, il a fait connaissance avec moi.

Je n’écris pas pour plaire, j’écris pour dire, je suis un reporter, comme ces grands hommes qui ont été témoins des histoires, j’essaie de rapporter ce que je vous, ce que je ressens sans altérer la réalité.

C’est utopique, c’est une perte de temps. Mais c’est ma passion.

Sur terre, dans l’air et partout ou se trouve un stylo, une feuille, un ordinateur ou un téléphone : j’écris. À travers les textes, je réalise que beaucoup de rêves naissent de peu, que beaucoup de peine naissent de rien. Que l’homme, aussi méchant qu’il soit porte de l’intérêt pour l’homme. En bien en mal peu importent, il aime l’humanité et le prouve à sa manière.

L’écriture m’a permis de voyager, de rencontrer des gens extraordinaires, de rencontrer des gens spéciaux, de rencontrer des personnes que si je n’avais pas eu le courage d’écrire, je n’aurai pas connu. J’écris des lettres, des dossiers d’affaires, des plans d’affaires, des articles, des textes…

J’écris à chaque fois que j’en ai la force. Pour que ceux qui n’ont pas les mêmes opportunités puissent eux aussi voyagé comme moi à travers les écrits

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.