Mon discours à la cérémonie de remise des insignes de l’Ordre National du Mérite

Médaille de chevalier de l’Ordre National du Mérite en France

J’ai eu l’honneur d’être nommée chevalier de l’Ordre National du Mérite et de recevoir la prestigieuse médaille des mains de la Ministre Agnès Pannier-Runacher le jeudi 14 mars 2019. Retrouvez ci-dessous mon discours à l’occasion de cette cérémonie :

Bonjour Madame la Ministre, chère famille, chers amis, chers Wilders,

Je ne suis pas née en France, mais la France m’a adoptée.

Je suis venue ici en 2004 pour poursuivre mes études. Je cherchais une forme de vérité et de liberté que j’y ai trouvé. Le pays m’a enchantée et je ne suis plus repartie.

Enchantée par son histoire et son patrimoine si riche, par les gens que j’ai pu rencontrer chaleureux et exigeants, par les opportunités de création et de l’entrepreneuriat que ce pays m’a offert.

Ma première rencontre avec la France fut littéraire : à travers la littérature russe du XIXe siècle et sa fascination par le raffinement et la culture française. Les premiers mots français que j’ai appris furent les répliques des héros russes tolstoïens dans la Guerre et Paix.

Et puis l’enchantement ne m’a plus quitté. Partie initialement aux Etats-Unis pour mes études, je suis venue en France chaque été pour continuer à apprendre cette langue et découvrir toujours plus ce pays.

La France est le cœur culturel et historique de l’Europe. C’était donc une évidence pour moi de poursuivre ici mes études en histoire de l’art et du patrimoine à l’Ecole normale supérieure, qui s’ouvrait tout juste aux étudiants internationaux. J’ai eu donc la chance d’y faire partie des toutes premières promotions de la Sélection Internationale et de bénéficier de ce formidable enseignement à la recherche et à l’audace de la pensée que représente en France le système unique des Grandes Ecoles.

Dans le mois suivant mon arrivée en France, j’ai rencontré mon mari Charles et sa famille qui m’ont tout de suite adoptée. Dès mes premiers pas ici, je me suis sentie chez moi, grâce à l’accueil de la famille Stépanoff dont je suis fière de porter le nom aujourd’hui. L’image romantique de la France a été très réelle pour moi, car mon histoire française fut d’abord une histoire d’amour.

La France m’a beaucoup appris à travers les études et les rencontres. Très vite, j’ai voulu redonner, contribuer au rayonnement de la France à l’international. Au tout début, ce fut à travers l’organisation de quelques colloques internationaux, puis d’une école d’été qui enseignait le français et la culture française à des centaines d’internationaux venant passer leur été à Paris.

Et puis, en 2013, je me suis lancée dans l’entrepreneuriat. Innover dans l’éducation tel était mon objectif. C’est ainsi qu’est née la Wild Code School, à partir de deux rencontres déterminants : de Romain Cœur qui est devenu mon associé des premières heures dans cette aventure et qui m’a beaucoup appris sur l’univers tech, et d’Eric Gérard, le maire de La Loupe qui nous a offert un territoire d’expérimentation formidable : un espace, un lieu de liberté en Eure-et-Loir dans le Perche où nous avons installé notre première école.

Grâce à Eric Gérard, mais aussi à Laure de La Raudière, députée d’Eure-et-Loir et de nombreux autres personnalités de ce territoire terriblement accueillant, le Perche est devenu mon pays d’attache, la région Centre ma région de cœur. Nous avons installé notre maison familiale dans le Perche et y avons passé les 6 dernières années.

D’une petite école expérimentale à La Loupe, la Wild Code School est devenue un réseau européen d’une vingtaine d’écoles. Les 70 collaborateurs et plus de 1500 élèves Wilders constituent aujourd’hui ma deuxième famille. Je salue tout particulièrement les campus managers, quelques formateurs et l’équipe centrale de la Wild ici présents qui ont cru dans ce projet, l’ont rejoint à des différents moments de son évolution et qui le portent et le réinventent tous les jours à travers toute la France.

La Wild Code School est un projet collectif aujourd’hui. Et nous n’avons en réalité que commencé.

Je vois une multitude de possibles. A travers la Wild Code School, je vois un moyen de poursuivre mon action pour le rayonnement de la France, pour faire de la France le champion de l’innovation éducative.

Notre campus parisien est installé dans le 5e arrondissement de Paris, dans le quartier à quelques pas de la Sorbonne. Là, où il y a quelques siècles les premiers étudiants universitaires révisaient leurs cours en latin. Nous nous inscrivons pleinement dans cette tradition éducative. Aujourd’hui, ce sont nos élèves Wilders qui y codent en Javascript ou React, non plus en latin, et sans chaussures.

Je suis très fière et très reconnaissante envers la France pour cette distinction de l’Ordre National du Mérite. C’est une reconnaissance et un encouragement le plus haut de la France à tous les Wilders pour l’oeuvre que nous menons tous ensemble depuis 5 ans.

Ce n’est que le début. Continuons ce beau travail pour l’avenir de l’éducation et pour la France.

Mille merci pour cette récompense !”