La vie est remplie de tant de beauté que parfois j’en ai le souffle coupé et je me sens comme submergé.

J’ouvre les yeux chaque matin et je réalise à quel point tout ce qui existe à l’intérieur de moi se manifeste à l’extérieur. Chacune de mes pensées, chacune de mes vibrations est importante pour l’être que je décide d’être. Et la vie, si simple soit-elle, n’attends que cela de moi : que je prenne le temps d’être, de respirer et d’aimer. Que je fasse le choix, aussi, de mourir à chaque instant. Que je fasse tomber les masques que j’ai gardé pendant si longtemps, pour me protéger mais qui, finalement, me rendaient moins vivant. Et que je renaisse, encore et encore, à chaque instant, que je renaisse nouveau, avec des yeux nouveaux, qui brillent tellement ! Tu sais, cette étincelle, cette malice que nous avions tous quand nous étions enfant. C’est ça, le truc que les adultes ont perdu en grandissant, et c’est peut-être une des plus belles choses que je peux retrouver en cheminant à l’intérieur de moi : mes yeux d’enfant.

Je me demande parfois, aussi, à quel point on peut aimer la vie. À quel point on peut ressentir tout cet amour pour elle d’une façon toujours différente, à quel point le goût peut-être varié, à quel point les sons peuvent vibrer autrement, à quel point l’expérience de la vie peut être encore un peu plus profonde et encore un peu plus profonde...


Je cherche dans mon cœur la réponse à cette question et le mot qui vient d’être chuchoté dans mon esprit est : À l’Infini !

Parlons des peurs aussi, elles sont tellement belles. Elles en disent long sur l’être que l’on est, tout au fond, et sur la lumière qui habite notre âme. Quand une peur jaillit dans mon corps, je sais que c’est le signal d’une possible évolution, je sais que c’est un jeu de l’esprit qui permet de s’amuser après, je sais que parfois c’est une ancienne croyance à balayer. Une peur affrontée est un nouveau départ et la naissance d’un nouveau «moi». Quand la peur devient un moteur il n’y a plus d’entraves à la réalisation du potentiel illimité de mon âme. Je peux alors grandir à l’intérieur et enfin réaliser ma vraie nature. Au-delà du courage et de la confiance en soi qui semble découler de chaque peur dont on est affranchi, il y a surtout cette confiance et cet amour envers la Vie qui s’en trouve autre que grandit.

Et parlons-en alors de l’amour ! L’amour est tout. Tout notre être est amour. Et on pourrait se raconter pleins d’histoires au sujet de l’amour, comme par exemple qu’il n’existe pas, que ça nous fait souffrir, que sa présence n’est pas nécessaire ou vital. Mais tout ceci sonnerait complètement faux ! L’amour est en nous. L’amour est en tout. Ce sont nos croyances et nos souffrances qui nous limitent dans notre véritable rencontre avec celui-ci. Si l’amour devait raconter son histoire je crois qu’il commencerait par ceci :

Enfants vous étiez plein d’amour et vous ne demandiez qu’à être aimé. Souvent les enfants aiment leur parents, alors que les parents passent à côté de l’amour qu’ils pourraient leur apporter.

En grandissant, ces mêmes parents nous propose de «l’amour à conditions», (à conditions que tu sois sage, que tu ais des bonnes notes, que tu fasses ceci ou cela) alors certains de ces enfants reproduisent, sans s’en rendre compte, le même schéma. On aime les autres à conditions qu’ils pansent nos propres plaies, qu’ils répondent à nos critères.

Pire encore, on ne prend même pas le temps de s’aimer, soi-même, inconditionnellement. Évidemment, à l’école et dans notre éducation on ne nous a jamais dis que c’était important d’apprendre à s’aimer tel que l’on est.

L’amour continuerai à se raconter et dirai : «Tu sais, ce n’est pas grave le passé, ce qui compte c’est ce que tu fais naître ici et maintenant. Peu importe les blessures d’avant, dans l’amour du présent, tout peut s’envoler. Et tu peux alors te sentir comme libéré de ce fardeau que, depuis si longtemps, tu portais. La vie peut devenir tellement belle des que l’amour que tu as pour toi circule librement, dès que l’amour que tu as pour elle s’exprime dans chacun de tes gestes, dans chacun de tes mots et pour tout ce qui t’entoures.

L’amour te dirait pour finir qu’il suffit simplement d’une intention : Aimer Librement.