Mon voyage en solitaire dans les Rocheuses canadiennes, le roadtrip de trop.
Marion Swar
163

Je me suis également retrouvée dans ce récit. Voyager seule, c’est souvent fantastique mais parfois terriblement difficile. Surtout quand tu décris les car de touristes, tous les groupes. On ne se sent jamais plus seule qu’au milieu d’une foule.

J’ai aussi vécu ça, le moment où on lâche finalement prise, où on pleure toutes les larmes de son corps. Un vrai soulagement. Je me retrouve aussi dans ce que tu dis par rapport aux différents voyages que tu as fait. Parce que tu as vécu un moment particulier lors d’un voyage, tu espères, tu t’attends inconsciemment à vivre quelque chose de similaire, à avoir une autre révélation, à ce sentiment de paix que l’on ressent quand on est en communion totale avec son enviromment…. sauf que parfois effectivement ça ne prend pas et on ressent juste un vide bien bien profond au fond de soi.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.