L’automatisation et le social média, une mauvaise idée

Oui, automatiser c’est facile, on gagne du temps mais on s’expose à beaucoup de désagréments.

1- Il n’y a plus d’échanges

Pour rappel, dans réseaux sociaux, il y a social. Il est donc important d’échanger avec les personnes. Regardez un peu twitter, beaucoup de sites ou de marques balancent du lien en espérant que leurs followers cliqueront frénétiquement. Cela n’est pas le cas. Il faut accompagner, raconter une histoire autour de son contenu, converser, s’adapter. Automatiser c’est perdre finalement. C’est avoir un groupe de cliqueur mais pas une communauté. L’ intérêt est faible pour une marque et le taux de conversion diminue.

2- Le mauvais moment

L’actualité va à une vitesse. Rien n’est prévisible et on doit pouvoir annuler aux derniers moments. Un exemple ? Vous programmez la sortie de votre produit / pub / post pile au moment ou l’info sur le départ de Yann Barthès du petit journal tombe. Résultat : Votre tweet / post passe inapercu mais alors complétement alors qu’un décalage d’une heure aurait résolu l’affaire. Et encore ce n’est qu’une nouvelle “sans gravité”. Pire, dans certains cas votre message peut paraître malvenu et nuire à l’image de votre marque.

3- Détourner l’information à votre profit

Les ricains nomment ça “hack news”. Il s’agit de détourner l’attention du public sur un sujet d’ampleur à votre profit. C’est les fameuses “réactions” des community manager à un “buzz”. Bien fait, cela peut amener du traffic et de la notoriété (bien fait j’ai dit hein). Automatiser c’est perdre cette réactivité, c’est finalement être loin de sa communauté.

Il y aurait surement un 4 et un 5 mais vous aurez compris l’idée. Il est à mon sens plus pertinent qu’un humain soit derrière la machine quand un post est mis en avant. Parce que quand il n’y a plus d’humain derrière la machine, ce n’est plus un réseau social.

Lisez moi sur http://anotherwhiskyformisterbukowski.com/

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.