Anys Mechkar
Feb 17 · 1 min read

Très haut. Très haut. Très loin. Très loin. Tradition de diction déphasé. Tremolo enchanté. Tréfonds de l’armée des cons. Très haut. Très haut. Très loin. Très loin.
L’art de manger des bout abscons de conscience, c’est l’art de croire que l’on est un peu plus que ce qu’on ne pourra jamais être. Trop haut. Trop haut. Trop loin. Trop loin. Si mignon, d’être si minime. Attaché à tout. Libre de rien. Le mouvement désespére à se libérer de ses trajectoires destinée. Destinée ? À quoi ? Par qui ? Trop lourd. Trop lourd. Trop fin. Trop fin. La finitude de mon existence est la limite de mon environnement de pensée. La qualité de mes états d’âme est la présence de mes vibrations corporelles. Je n’ai pas d’espaces disponibles pour l’attachement aux acteurs insaisissables. Je n’ai pas d’admiration suffisante pour les réactions endémiques des entheogenes sacrés. Très lourd. Très lourd. Très fin. Très fin.

Welcome to a place where words matter. On Medium, smart voices and original ideas take center stage - with no ads in sight. Watch
Follow all the topics you care about, and we’ll deliver the best stories for you to your homepage and inbox. Explore
Get unlimited access to the best stories on Medium — and support writers while you’re at it. Just $5/month. Upgrade