Retour sur la béatification du Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus

Par Carine Caule, Présidente APEL NDF

Ce fut une belle journée que celle de la béatification du Père Marie Eugène de l’Enfant Jésus, prêtre, carme, fondateur de l’Institut séculier Notre-Dame de Vie, tutelle de notre établissement, en Avignon, ce samedi 19 novembre 2016.

Dès notre arrivée, aux alentours de 10 heures, la première image qui nous frappe est celle du nombre impressionnant de cars garés sur le parking du Parc des expositions. De nombreuses familles du Cours se rejoignent, se saluent, se regroupent. Des familles des établissements de Carpentras : Marie Pila et les Chênes ainsi que les équipes éducatives se rassemblent.

Une foule très nombreuse pour les cérémonies de la béatification © Le Dauphiné

Les membres des établissements scolaires présents dans le monde entier, Espagne, Mexique, Philippines, dont l’Institut est la tutelle se joignent à la foule immense des pèlerins venus de la France entière et du monde. La communauté de l’Institut Notre-Dame de Vie avec ses prêtres et ses laïcs consacrés veille au bon déroulement de cette journée, aidés par des scouts et de nombreux bénévoles. La coordination est parfaite : 12 000 personnes doivent être dirigées, guidées et installées.

Nous retrouvons également avec joie le diocèse de Marseille : Monseigneur Georges Pontier, évêque de Marseille, Monseigneur Jean-Marc Aveline, évêque auxiliaire, le Père Pierre Brunet, vicaire général, et bien sûr le Cardinal Panafieu, archevêque émérite de Marseille et de nombreux prêtres. Le Père William Astic ancien aumônier du Cours et le Père François Buet qui en a la charge aujourd’hui sont bien évidement présents.

Un cortège de 30 évêques, de 300 prêtres venus du monde entier s’avancent vers l’autel pour la célébration de la messe solennelle avec la lecture du décret. Son Eminence le cardinal Angelo Amato, préfet de la Congrégation de la Cause des Saints, envoyé par le Pape François, préside la célébration. 
 La ferveur est forte pour cette messe d’action de grâce.

Au premier plan, devant le Cardinal Amato, la chasse contenant les reliques du Père Marie Eugène © Le Dauphiné

La vie du Père Marie-Eugène, Henri Grialou de son nom dans le monde, nous est contée : sa rencontre avec Dieu, son ordination le 4 février 1922 à Rodez, son entrée chez les Carmes Déchaux ; sa découverte de St Jean de la Croix et son amour pour Ste Thérèse de Lisieux sont évoqués.

En 1929, les 3 premières directrices du Cours rencontrent le Père Marie-Eugène. Elles sont proches de la doctrine des saints du Carmel. L’intuition du Père Marie-Eugène est que cet enseignement ne peut rester dans les cloîtres. Alors, en 1932, il fonde l’Institut séculier Notre-Dame de Vie, tutelle de notre établissement, dont Marie Pila sera la co-fondatrice. L’oraison silencieuse, l’intériorité propre à la spiritualité du Carmel résonnent dans l’âme des 3 premières directrices, fondatrices du Cours Notre-Dame de France. Cette formation du jeune dans toute sa personne sera au cœur de la spiritualité du Cours Notre-Dame de France.

Une étude très sérieuse qui a duré plus de trente ans, déclare aujourd’hui par un acte officiel de l’Eglise, que le Père Marie-Eugène de l’Enfant Jésus est « bienheureux ». Confions à son intercession nos familles, le Cours Notre-Dame de France, les équipes éducatives, toutes les personnes en difficulté et la Paix dans le monde.

Sachons aussi faire nôtre cette réflexion du Père Marie-Eugène :

« On convertit beaucoup plus par ce que l’on est que par ce que l’on fait ou ce que l’on dit. Il faut savoir agir, parler mais il faut surtout être ! »

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Apel Notre Dame de France’s story.