Résultats du 1er tour de LaPrimaire.org
LaPrimaire.org
476

Bonjour,

Et bravo pour tout ce travail technique et transparent sur l’outil de vote ! Pour ma part, le soutien à cette initiative est autant, voir plus, un soutien à une autre façon de faire (et j’en suis cobaye) qu’un vrai choix politique pour 2017. Encore que je souhaite que l’expérience aille le plus lon possible…
2 bémols toutefois concernant la transparence :
1/ La transparence (notamment sur la blockchain) se limite à ma connaissance du sujet, à savoir très médiocre. Peut-on alors, dans le cadre de la procédure plus générale de l’initiative, envisager la “formation” comme une partie non anecdotique du processus, et penser à un “socle minimal de connaissance” permettant de prendre part à la démarche ? L’idée sous jacente, c’est de développer de façon très générale ce qu’on appelle “l’expertise citoyenne”.
2/ Si l’on vous cite “ S’agissant de notre système authentification, sans dévoiler toutes les techniques que nous mettons en oeuvre pour éviter la fraude […], et si l’on comprend les évidentes raisons de sécurité pour l’instant, j’ose espérer que cette précaution n’est due qu’à la jeunesse du projet, et pas à une quelconque protection propriétaire, sinon du code source, en tout cas de la méthodologie.

3/ Je dois avouer que j’ai voté un peu “au pif”. Mon candidat n’a pas fait partie de mes choix, et du coup ma stratégie a été de limiter les autres. Connaissant les lois des grands nombres, le principe ne me pose pas de problème. Mais si j’avais pu avoir un critère de distinction, ça aurait celui de la capacité des candidats proposés à travailler avec mon chouchou (et vice versa, évidemment). Cela pose la question des procédures de la formation du débat public : avec qui on est obligé (ou pas) de construire, et selon quelles méthodes. Le but étant de construire une proposition et des alternatives évaluées par des candidats qui portent une vraie responsabilité de leur engagement, et de dégager selon les propositions, ce qu’on gagne et ce qu’on perd, et les probabilités que ça advienne dans un système contraint donné (législatif, financier, technique, …) La partie “construction du débat” m’a manqué, au détriment de la partie technique garantissant la transparence du processus. Et ma question est : “si les candidats, à un moment ou un autre, sont contraints par le “système : primaire.org”, qui a accès à la modification de ce système, et selon quelles procédures transparentes elles aussi ? C’est véritablement la partie critique d’un changement radical. Au final, cette remarque nous ramène à la notion de “formation d’un socle commun de compétences”, avec une visée opérationnelle et également une portée critique du citoyen appelé à utiliser les procédures et à les mettre en cause.
4/ Il m’a manqué une partie “information”, permettant de mettre les candidats “sur le grill”. Ils sont tous gentils et tous beaux sur la photo, dans leur présentation, mais seule une compétence en matière d’analyse de discours permettait de distinguer les uns des autres. Ce qui fait que les (mes) choix se sont portés sur des thématiques de débat, et par sur la façon de les mener, ni sur une responsabilité contractuelle à les mener. Ainsi, mon candidat s’est prononcé fortement sur la notion très vague et très vaste de “démocratie”, ce qui a fomenté mon choix, mais il n’a pas véritablement eu l’occasion de préciser son propos, ni n’a eu l’occasion de montrer ses compétences en la matière au cours du processus, et il manquait des analyses contradictoires et équitables, méthodes propres au journalisme.

En conclusion, la transparence est un principe nécessaire dans un état de droit qu’il nous est permis de modifier, mais elle ne saurait être un principe suffisant. Formation et Information sont également nécéssaires pour faire des choix raisonnés, et permettre d’évaluer des compétences, que ce soit des votants ou des votés.
(Et désolé pour ce long com’ ;-) )

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.