Basket/BÉNIN: Kafil EYITAYO VEUT DEVENIR Hakeem OLAJUWON, LA LÉGENDE DU BASKET MONDIAL

Venu disputer la phase éliminatoire de l'afrobasket 2017 avec l'équipe nationale du Bénin, 
Kafil EYITAYO s'est confié à la presse dans un entretien. L'international évoque son avenir et explique l'échec du Bénin par le manque de cohésion.

Arnaud A: Le bénin sort des éliminatoires avec une seule victoire. Votre impression?

Kafil A: Deux sentiments m’animent; d’abord la frustration. Je suis forçement déçu du résultat vu la volonté et la détermination qu’on avait. mais bon ça évoluera. Après, le plaisir était le nôtre. On est content d’avoir eu l’opportunité de représenter la nation.

Arnaud A: Qu’est-ce qui a manqué à l’équipe pour aller à la phase finale Afrobasket?

Kafil A: Strictement autour du basket, c’était une plus longue préparation afin de forger une équipe solide avant la compétition. Nous avions les compétences individuelles mais à 5 sur le terrain c’est important de fonctionner comme 1. Je pense que les personnes regroupées avaient leur place là, tant bien les coachs que les joueurs.

Arnaud A. : Un mot sur le management du coach Brigitte TONON (dame)

Kafil A: j’ai apprécié mon expérience avec notre coach car elle était très approchable et claire sur ses objectifs et attentes.

Arnaud A: Quels coéquipiers t’ont donné la joie de mouiller encore plus le maillot dans le team du bénin?

Kafil A. : il y a Spéro avec son adresse,
Romario qui vient avec toute sa passion. J’admire la présence offensive de Romario et surtout Arnold avec son agressivité. Ce sont les 4 avec qui j’ai le mieux connecté sur le terrain, surtout défensivement.

Arnaud A. : Quelles sont tes perspectives avec ton club et sur ta carriere?
Kafil A.: En ce moment je flotte parce que je revenais d'une blessure. Jouer au niveau national était même un challenge pour moi, donc maintenant que j'ai brisé cette glace, j'aspire aller de l'avant avec confiance à l'international si Dieu le veut.

Arnaud A: Ton modèle en Basket?
 Kafil A.:Hakeem Olajuwon. Parce que je me suis souvent retrouvé contre plus grand et plus lourd que moi à l’intérieur et son jeu est l’arme parfaite pour m’imposer.

Mon avis

Prendre le nigérian Hakeem OLAJUWON comme référence est un sacré défi mon cher Eckay(surnom). The Dream, c’est l’un des meilleurs de la Nba( 2 fois champions avec les Rockets de Houston en 94 et 95); l’un des rares à faire un quadruple-double ( pt, rd, pd, ct), le seul à faire 6 five by five (5pt, 5rb, 5pd, 5ct, 5it) dans un même match. Le meilleur basketteur africain, vainqueur des J.O 96
C’est dire que Kafil AYITAYO tu rêves grand et sait le travail qui t’attend.

Au boulot Eckay