Image for post
Image for post
Arnaud Burgniard TEDxUSMB 2019 ©Yannick Perrin

TED x USMB : mon premier talk

Bonjour et bienvenue cher·ère lecteur·rice :)

Je vais vous raconter la petite histoire de ma première expérience en tant que speaker lors du TEDxUSMB en novembre 2019.

À l’occasion du 40e anniversaire de l’Université Savoie Mont-Blanc, j’ai reçu un mail invitant tous les anciens étudiants à participer au TEDxUSMB organisé par le club des entreprises. De primes abords, je me suis dit que ça pouvait être sympa de partager mon expérience, après tout, je leur devais bien ça, après les 5 années passés sur leurs bancs (dans le département Communication et Hypermédia).

Pris par la dynamique du quotidien et par la crainte de ne pas avoir grand-chose à dire, j’ai rapidement oublié l’idée… Et puis, Sophie Arnoult et Aurore Gremion nous ont envoyé un second mail puis un troisième, l’idée a résonné et j’ai finalement rempli le formulaire de participation (1 mois avant le jour J) sans même savoir de quoi j’allais parler…

Je n’avais pas réalisé, mais j’avais peu de temps pour préparer mon talk, sans compter tous les 30 ans de mes amis à célébrer, dont le mien…

Bien-entendu, en m’y prenant aussi tard, j’ai loupé les séances d’entraînement proposées par les coachs de l’Université et de TED. J’ai commencé à me creuser la tête pour choisir un sujet, un axe de présentation, un titre, un scénario, un style graphique pour mes slides, etc.

Je voulais parler de mon travail de recherche en expérience utilisateur, mais de quoi exactement, tout était encore flou. Je me suis demandé quelles étaient les expériences les plus facilement racontables ou illustrables, les plus exotiques, les plus drôles, etc. Sachant que l’oratoire ne connaîtra pas forcément ma discipline ni les contextes des projets. J’ai finalement choisi les expériences suivantes :

En regardant plusieurs talks sur des sujets complètements différents, j’ai remarqué qu’ils étaient souvent axés philanthropie, empathie, bonheur, respect, mieux agir/faire, etc. Ça tombait plutôt bien, la recherche en expérience utilisateur coche toutes ces cases :

  • mieux connaître et comprendre les cibles
  • respecter le temps, la liberté et les contraintes de chacun
  • adapter l’écosystème pour faciliter l’usage

À partir de ce constat, mon axe était assez clair : le bénéfice de la recherche utilisateur, mais il me manquait toujours mon titre. J’ai longtemps tergiversé, essayé plusieurs terminologies en gardant en tête de susciter l’intérêt ou la curiosité :

  • pourquoi étudier vos utilisateurs ?
  • les cinq astuces pour réussir la conception de votre produit
  • bien analyser vos utilisateurs/cibles/consommateurs

Je n’arrivais pas à trouver un titre vraiment percutant, accrocheur, différenciant. C’était trop scolaire, pas suffisamment original. En plus, ces propositions étaient très certainement déjà utilisées dans d’autres talks ou articles de blog…

J’ai expliqué toute l’histoire à mon ami Meven Royo (avec qui j’ai partagé les mêmes bancs de l’USMB pendant cinq ans), et on est parti dans une séance de brainstorming inopinée, mais pas moins endiablée pour trouver le nom de ce talk. Nous avons eu quelques idées pas tops, dans la continuité de ce que j’avais imaginé et nous sommes arrivés sur le titre un peu racoleur avec un angle original : “Arrêtez de ghoster vos utilisateurs.”.

La première question qu’on peut se poser est qu’est-ce que le ghost ? Eh bien en fait, ghoster quelqu’un est une expression américaine. C’est quand on ignore une personne, on coupe toutes communications avec elle. Dans mon contexte, si on extrapole un peu, ghoster ses utilisateurs, voudrait dire ignorer les besoins/retours fait par les utilisateurs finaux de mon produit (appareil, service, site web, application, etc.).

Fait assez drôle, quelques jours après l’événement, un journaliste a utilisé cette tournure de phrase à la radio :

“Il faut arrêter de ghoster les citoyens”

pour parler du fait que les politiciens ignorent les demandes des citoyens.

La partie la plus chronophage et laborieuse. J’ai commencé par élaborer mon plan, voici la version finale :

  1. qu’est-ce que le ghost ?
  2. top trois des punchlines client
  3. la conception d’une application mobile
  4. la refonte d’un tunnel d’achat
  5. la conception d’une app de traduction de la LSF
  6. stop ghosting, promis ?

Vous imaginez bien que ce plan a beaucoup évolué pendant la rédaction. J’ai rédigé des parties qui n’apportaient rien au discours alors je les ai enlevées, des parties ajoutées la veille de la conférence, etc.

Le plus dur a été de trouver le temps d’écrire avec le travail et les aléas du quotidien. Impossible pour moi de faire ça en 5 minutes par ci, 15 minutes par là. Il faut que je me pose, que j’ai bien en tête l’ensemble du talk et savoir ce dont j’ai envie de parler ensuite, minimum 1h-1h30 par session d’écriture. Sinon, je n’arrive pas à avancer ou je fais n’importe quoi et j’efface tout la fois suivante. Un peu comme pour la rédaction de cet article d’ailleurs :)

Il faut savoir que TED impose quelques contraintes comme la couleur de fond, la police, la taille de texte, etc. J’aurais préféré faire mon template de slides pour apporter encore un peu plus ma touche. Vu le temps que j’avais finalement, ce formalisme m’a bien arrangé et je me suis malgré tout permis quelques petites fantaisies.

Les journées de conférence étaient segmentées en deux sessions (une le matin et une l’après-midi). Entre temps, nous pouvions profiter d’un buffet prévu pour l’ensemble des participants. Pour ma part, je faisais partie de la seconde vague et j’étais le 4e à passer sur 8.

Accueilli par Xavier V. (l’élève qui m’a suivi durant la préparation de mon talk), il m’explique le déroulé de la journée, comment se sont passés les talks du matin, etc. La pression du direct commence à monter.

Ça y est, l’après-midi commence. Assis dans le public, je regarde les premiers participants passer sur scène. Le fait d’être spectateur, me permet de voir ce qui fonctionne bien et moins bien auprès de l’auditoire (le positionnement sur la scène, le ton de la voix, la vitesse de parole, l’humour, etc.).

Image for post
Image for post
Arnaud Burgniard TEDxUSMB 2019 ©Yannick Perrin

Les talks s’enchaînent, talk #3 est bientôt terminé et je suis appelé pour l’installation du micro. Un étudiant introduit mon talk avec la présentation de mon parcours et c’est à moi de jouer. J’arrive sur scène, je suis impressionné et je regarde tout le monde. Il faut que je commence mon intervention. Le premier mot peine à sortir, mais c’est parti ! Une fois lancé, je suis inarrêtable. J’oublie des éléments, j’en ajoute des nouveaux (ce n’est pas grave, puisque finalement, personne ne connait mon script à part moi), je déroule mes slides, je glisse mes idées principales et j’essaie d’insister sur les points les plus importants.

Habituellement, j’ai tendance à me réfugier dans l’humour ou l’auto dérision pour me sortir d’une situation difficile. Là je reste concentré sur mon script. Une fois plus à l’aise, je lâche quelques plaisanteries, sans ça, talk n’aurait pas vraiment été à mon image. Les slides s’enchaînent, une étudiante m’affiche un décompte de temps et je ne pensais pas, mais je termine mon talk quasiment à la limite du temps imparti.

A ce moment-là, j’espère avoir été suffisamment clair et que mon message a été compris par mon auditoire. J’ai droit à quelques applaudissements et je dois l’avouer, c’est assez plaisant. Je quitte la scène et l’organisation reprend son cours avec l’introduction du talk suivant.

À la fin de l’après-midi, l’ensemble des speakers reçoit un prix en guise de souvenir pour cette première édition des TEDxUSMB. Avant de partir nous avons tous partagé un verre en discutant de manière détendue et libéré de nos différents thèmes. C’est au travers de ces discussions, que je me rends compte que certains sujets étaient assez proches en terme de concept et de vision.

Image for post
Image for post
TEDxUSMB 2019 ©Yannick Perrin

Si je devais faire un nouveau talk

L’expérience a été extrêmement enrichissante. J’ai vraiment pris plaisir à partager ma vision, ma discipline et les projets sur lesquels j’ai travaillé. L’organisation a été rondement menée, nous avons régulièrement eu de la visibilité sur l’avancé de l’événement, ainsi qu’un point de contact privilégié garantissant la continuité des échanges quotidiens.

Est-ce que je retenterais l’expérience ?

Sans hésiter ! Si cela devait arriver, je m’y prendrais avec plus d’avance afin d’assurer une meilleure gestion de mon temps. Je parlerai très certainement d’un sujet moins professionnel, moins technique. Pourquoi pas un peu plus personnel ? Affaire à suivre…

Arrêtez de ghoster vos utilisateurs | Arnaud Burgniard | TEDxUSMB

Merci pour votre lecture.

À bientôt.

Digital consultant, Product owner, expert in user experience design

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store