This story is unavailable.

voilà ce qui existe, voilà pourquoi ça a pas marché, mais on l’applique et personne ne sait pourquoi” J’adore! Merci pour ta réponse.

Pour ce qui est de la responsabilité des Français, je suis partagé. La France fonctionne tellement sur un modèle top-down dirigiste (politiquement, économiquement, culturellement…) que le gars dans la rue n’a plus vraiment de contrôle. Après on est d’accord, le devoir d’un citoyen est de réfléchir et ne pas se laisser enfumer par les professionnels de la désinformation.

Pour ce qui est de Schröder, j’ai mentionné les csq néfastes de ses politiques (j’habite en Allemagne, leur modèle social est lamentable…). Ce qui me plait chez Thatcher & Schröder, c’est la force des convictions. Un autre grand mal de nos élites c’est qu’elles se basent sur les circonstances (pour mener des réformes, piloter une boite etc…) et jamais sur des convictions.

  • Par circonstances j’entends: les mots à la mode (Big Data, ubérisation …), les sondages (cf. Sarkozy en 2007), les tendances déjà ancrée …
  • Par conviction, j’entends ce qui vient des tripes: le libéralisme chez Thatcher par exemple.

Se baser sur les circonstances ça peut vachement bien fonctionner à une échelle micro et pour une carrière perso (le Prince de Machiavel… ou François Hollande!), mais ça se suffit pas à l’échelle macro. Aujourd’hui en France je ne vois pas grand monde qui a des convictions et qui enracine ses actions dans ses conviction. J’ai l’impression que les seuls qui croient encore en quelque chose et qui sont prêt à se défoncer pour ça, c’est les terroristes… (mauvaise blague, mais quand même).

À nouveau on peut remonter au processus de selection des élites. La plupart des gens qui vont dans ces filières élitistes y vont précisément parce qu’ils se savent pas quoi faire, ne croient en rien ou alors se contentent d’assouvir un désir mimétique à la René Girard.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.