Hackathons, les 6 pièges à éviter

Cela fait maintenant un an que je participe à des défis coopératifs afin de concevoir et produire efficacement des solutions répondant à des problématiques annoncées par des grands groupes. Ces compétitions nommées “Hackathons” m’ont apportés de l’expérience. Dans cet article je vais vous expliquer les principaux pièges à éviter pour parvenir à la réussite.

Constituer une équipe mono-disciplinaire.

Lorsque je participais à des évènements de ce type, j’étais accompagné d’étudiants de mon école avec qui je constituais un groupe. Ce n’est pas la meilleure solution, faire partie d’une équipe qui a le même cursus que vous ne permet pas de confronter efficacement vos visions. Désormais, j’essaye au maximum de constituer une team pluridisciplinaire pour apprendre à travailler avec des profils différents du mien.

Répondre à une problématique avec plusieurs solutions.

Une fois la problématique trouvée, vient le moment d’élaborer une solution viable. L’erreur fréquente que je commettais était de vouloir imaginer un service disposant de nombreuses fonctionnalités. J’ai pris conscience qu’il est préférable de développer en profondeur la fonctionnalité principale de sa solution plutôt que d’en survoler plusieurs.

Appliquer scrupuleusement les conseils des coachs.

Pendant votre marathon de l’innovation, les coachs seront souvent présents pour guider les équipes dans la bonne direction. J’appliquais au pied de la lettre leurs conseils: grave erreur! Bien qu’ils soient importants pour remettre en question la pertinence de votre solution, certains coachs iront jusqu’à vous conseiller de repartir sur une nouvelle idée, alors qu’il suffit d’ adapter davantage la solution à votre problématique. N’oubliez pas que c’est à vous que revient la décision finale.

Rester éveillé toute la durée du Hackathon.

De nombreux participants tiennent à repousser leurs limites pendant ces évènements en ne s’accordant aucun moment de repos. Le manque de sommeil nuit à la productivité, il est donc impératif de prendre des pauses. Tout au long de ces marathons de l’innovation, j’ai fait le choix d’adopter la technique du Pomodoro qui consiste à réaliser des sprints de 25 minutes sur une seule tâche. Sachez qu’être productif ne signifie pas travailler longtemps, mais efficacement !

Consacrer peu de temps à la préparation du pitch.

La plupart des groupes de travail auront pour principal objectif l’élaboration de la solution, mais négligeront en contrepartie la préparation du pitch. Je considère que consacrer du temps à sa présentation orale est le secret de la réussite. Il faut être conscient que vous ne disposerez que peu de temps pour convaincre le jury, l’erreur n’est donc pas envisageable.

S’obstiner à contredire les remarques du Jury.

Suite à l’exercice difficile de la présentation orale, le jury vous posera de nombreuses questions pour tester la viabilité et la pertinence de votre projet. Ces individus sont choisis car ils sont experts dans leur domaine. Une erreur fréquente que je faisais était de m’entêter à me justifier par rapport à leurs remarques. Leurs critiques sont pour la plupart bénéfiques pour votre solution, accepter de ne pas savoir, ou d’avoir tord sera moins pénalisant. Pour vous forger une expérience, il est nécessaire de commettre des erreurs, et d’apprendre de celles-ci.