LaPrimaire.org & co : ces “CiviTech” qui veulent révolutionner la démocratie

À la base de ce projet, un sondage : 9 français sur 10 ont une mauvaise image globale des partis politique (sondage Odoxa pendant les élections régionales). C’est à partir de ce constat que Thibault Favre, ingénieur de 34 ans et David Guez, avocat 43 ans, ont lancé l’initiative LaPrimaire.org. Le but : proposer une candidature de la société civile comme alternative à l’offre politique pour la présidentielle de 2017.

Le “manifeste” de LaPrimaire.org

Lancée en Octobre 2015, la plateforme participative réunissait alors 1500 sympathisants. A l’heure actuelle, ils sont 64000 à s’être inscrit pour choisir leur candidat sur internet. Néanmoins, l’objectif fixé des 100 000 citoyens est loin d’être atteint … Mais il en faut bien plus décourager les deux associés ! Le 4 avril dernier, le site ouvrait ses portes aux candidatures. Jusqu’au 18 juillet, chacun pouvait proposer sa candidature. Seule contrainte : signer la charte des candidats. Pendant cette période, LaPrimaire.org a recueilli en tout 1188 candidatures … mais seulement 16 d’entre elles ont atteint les 500 soutiens virtuels nécessaires.

Timeline du déroulement de LaPrimaire.org

Une parmi tant d’autres

Ce projet fait parti des nombreuses initiatives qui ont vu le jour ces derniers mois : on les appelle les “CiviTech”. Le principe: allier nouvelles technologies et citoyenneté. Ces applications, associations et start-ups réfléchissent et produisent de nouveaux outils pour réinventer la démocratie.

Parmi ces nouvelles offres, il y’a Voxe.org, qui permet de comparer les programmes électoraux des candidats à la présidentielle. L’autre fonctionnalité, baptisée “Hello2017”, permet aux internautes de poser directement des questions aux candidats de la primaire de la droite et du centre via leur site. Imaginé par Léonor de Roquefeuille, son projet s’est même retrouvé en final du Google Impact Challenges : une compétition qui encourage ces nouvelles initiative citoyennes.

Il y a également le site Vérité Politique qui lui propose de “fact-checker” les déclarations et programmes des politiques. Le site, fondé par Bertrand Celma, ancien notaire, compile également “les contradictions, erreurs, et promesses non tenues par nos représentants”. Et comment ne pas évoquer les nombreuses pétitions en ligne qui rencontrent un succès grandissant grâce aux réseaux sociaux ? Celle contre la loi travail a réuni plus d’1 300 000 signatures sur le site change.org.

Exemple de “fact-check” réalisé par l’équipe de Vérité Politique pendant “L’ Émission politique” avec Alain Juppé le jeudi 6 octobre.

Ce qui réunit toutes ces initiatives, c’est leur objectif : renouveler le paysage politique. Certains entendent même créer une véritable démocratie participative. Il faut dire que tous ces jeunes créateurs ont grandi en constatant le désintérêt des français pour la politique et comptent bien y remédier. Néanmoins, même avec la puissance virale des réseaux sociaux, ces initiatives citoyennes peinent à percer. Aucune d’entre elles, à part Nuit Debout au printemps dernier, n’a su se placer au cœur de la vie politique française. Alors, utopie ou réalité ? rendez-vous plus vite que vous ne le croyez.