Je ne suis ni surdouée, ni hyper-sensible, ni multi-potentielle.
Marion Swar
13421

Bonjour Marion, je comprends ce qui t’amène à écrire cela et je ne partage pas complètement ton point de vue : tous ces termes peuvent donner l’impression de créer une “caste”, “on en est ou on n’en est pas”. Ils permettent surtout à des tas de personnes qui ont l’impression de patauger dans la vie de se reconnaître et de s’accepter enfin pour pouvoir avancer, plutôt que de chercher à se conformer à des modes de fonctionnement qui ne sont pas les leurs. Ils pourront permettre aussi, je l’espère, de faire reconnaître par les personnes qui n’éprouvent pas ces difficultés que ça existe, de mettre en lumière toute la diversité des fonctionnements humains pour que chacun puisse trouver sa place. Je sais aussi que parler de ces sujets à des personnes qui ne comprennent pas ces différences peut les heurter, les faire ricaner en coin, avec en arrière-pensée “bah oui bien sûr, si tu n’arrives pas à mettre un pied devant l’autre, c’est parce que tu as un cerveau particulier, c’est cela oui, c’est tout ce que tu as trouvé…”. En traiter à tort et à travers est délicat, oui. Que certaines personnes cherchent à se revaloriser au travers d’étiquettes, c’est certain. Alors je ne sais pas, il faudrait peut-être trouver une meilleure manière d’en parler, changer les termes pour ne pas donner l’impression que les “multipotentialistes”, “surdoués” et consors soient une espèce d’élite. Il s’agit simplement de différences qui font la richesse humaine et qu’il est essentiel de reconnaître ! Et puis, tu as raison, personne n’appartient dans l’absolu à une case, on pourrait alors reconnaître qu’il y a autant de gradations que d’humains sur le spectre de la surdouance, de la multipotentialité, de la gentillesse, de la bêtise…

Show your support

Clapping shows how much you appreciated Audrey V.’s story.