SIMPLICITÉ

© Aukasisa

Qu’est ce que la simplicité dans un univers qui tend toujours à plus de complexité?

Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

Peut on simplement vivre dans un monde complexe ?

Tout ceci ne serait il pas qu’une vue de l’esprit ? Un état d’être au monde ?

La complexité ne serait elle pas simple finalement autant que la simplicité serait complexe ?

Tout comme le cosmos dans lequel nous baignons n’aurions nous pas en nous ces deux tendances conjointes et complémentaires ?

En moi j’observe ces deux tendances.

J’aspire à ce que les choses se passent autant que possible sans prise de tête ; de manière paisible. J’aime quand les évènements de l’existence s’enchainent avec fluidité comme coulant de source ; sentir que je suis parfaitement synchronisée avec ce qui m’entoure ; avoir cette sensation de surfer la vague du temps sans effort ; quand la vie en somme est facile et agréable.

J’aime que mes interactions au monde soient simples ; me réjouir des petits bonheurs partagés sans artifice.

© Aukasisa

En même temps, j’ai conscience de la complexité de mon esprit , scientifique malgré moi ; toujours attiré par la compréhension de ce qui lui est inconnu ; soucieux des détails à un point qui parfois m’exaspère et souvent me fatigue. A ses côtés je suis inlassablement en « terra incognita » , avançant dans le noir comme l’hermite dans sa caverne ; à tenter de trouver son chemin, cartographier sa route et reconnaitre ce qu’il ignore encore.

C’est peut être pourquoi, histoire de compenser cet intense et complexe travail de la pensée qui agite mon être, j’attache tant d’importance au fait de m’offrir des conditions de vie des plus simples. Cette sobriété heureuse me semble indispensable. Elle me libère des préoccupations qui barrent la route à la contemplation et l’observation par qui pour moi tout commence et tout finit.

N’en va t’il pas de même à l’échelle collective ? Ne cherchons nous pas sans cesse à nous faciliter la vie pour plonger en même temps dans plus de complexité et ainsi de suite sans que jamais jusqu’à présent nous n’en soyons rassasiés à notre faim ? Résoudre l’insolvable et dévêtir la simplicité de ses multiples apparats ? La complexité ne serait elle pas comme l’ombre terrifiante d’un monstre que projette la lumière de la pensée humaine sur ce qui, en regardant avec plus d’attention, n’est peut être qu’une petite souris ?

Tous les problèmes en apparence compliqués ont toujours de simples réponses pour peu qu’on les éclaire d’assez prêt depuis l’angle de vue approprié.

© Aukasisa

Le simple ne se cache t’il pas dans le complexe comme le divin dans l’humain ou l’unité dans la diversité ? Celui qui n’a pas peur de faire face au dragon et plonger son regard dans le sien saura découvrir les trésors dont il est le gardien. Rien de ne sert d’avoir peur de même qu’il est inutile de se battre. Seul compte d’avancer, le coeur léger, l’esprit éclairé, l’âme éveillée.

La simplicité est un art de vivre, un état intérieur qui permet de se déshabiller face au monde et ainsi réduire les distances qui nous en sépare.

Se mettre à nu sans pudeur pour gagner la confiance du monde et que tel un amant timide, il puisse à son tour en faire de même à notre égard. Voilà qui une fois encore est simple et compliqué à la fois n’est ce pas ?

Mais c’est , je pense, la condition nécessaire pour que, réciproquement, nous puissions l’un et l’autre apprendre à nous connaitre et nous aimer … tout simplement.