Réponse à Axelle Tessandier sur le Brexit

Axelle, merci pour ton très joli post.
J’ai adoré visionner le Koudetat Identité où tu intervenais avec Alice, c’est l’une des 2 vidéos qui m’a le plus marqué ces derniers mois. Je suis entrepreneur, cofondateur d’HappyDriver, basé à Toulouse. Je ne parviens pas à adhérer pleinement à ton post, pourtant beau et émouvant, car je crois que j’ai perdu toute capacité à vibrer et m’émouvoir de cette “Europe”.

Je ne parviens plus à faire abstraction de cette conviction, très profonde, que le rêve d’une Europe unie fut un mensonge originel délivré aux peuples pour leur faire avaler le renoncement à leur souveraineté. Ceci pour organiser une Union monétaire de libre-échange favorable aux entreprises multi-nationales, les seules à même d’en tirer profit, aux grandes banques, libres de devenir “systémiques”, et aux rentiers, protégés par l’orthodoxie monétaire et libres d’investir où ils le veulent sans entraves.
Et les peuples des nations, très hétérogènes sur les plans culturels, institutionnels, économiques, sociales, et bien ils se font baiser car il était primordial pour les architectes de ces institutions de n’instaurer aucun système organisant la convergence économique et sociale de ces nations. 
Oui, faire une Union monétaire sans harmonisation politique, fiscale et sociale, c’est construire à dessein une Union dans laquelle les économies les moins compétitives, ne pouvant dévaluer ou faire du protectionnisme, ont l’obligation pour restaurer leur compétitivité de baisser les salaires, les retraites et le droit du travail.

Pierre Mendès-France en 1957, à l’occasion du débat sur le Traité de Rome, avait déjà préssenti tout cela. Son discours ici est juste hallucinant de clairvoyance.

Agée de 11 ans, tu as défendu le Traité de Maastricht, quasiment la plus grande connerie économique de la seconde moitié du XXème siècle. J’espère que tu comprends aujourd’hui la tragédie qu’a représenté le vote de ce Traité…

L’autre vidéo qui m’a marqué ces derniers mois, c’est cette conférence d’Emmanuel Todd, où il explique que son analyse des différents systèmes familiaux des nations européennes l’on conduit, en 1996, à pressentir le drame auquel nous conduirait l’instauration d’une Monnaie unique. C’est ici, regarde-la stp.

Je n’arrive pas à croire en une autre Europe, démocratique et permettant la convergence économique de ses nations, car d’une part le coût de son instauration serait monstrueux pour les pays les plus riches et notamment l’Allemagne (les diverses estimations parlent de 10% de son PIB annuel), d’autre part cette Europe serait juste profondément contraire à la culture philosophique qui irrigue les institutions européennes, ses dirigeants et ses fonctionnaires depuis les premiers Traités. Donc dans tous les cas, en tant qu’entrepreneur je ne crois pas à la transformation d’organisations dans un sens contraire à leur culture originelle. Et de manière plus pragmatique, je pense que l’Allemagne sortira de l’Euro dès lors qu’un rapport de force politique permettrait de changer l’Europe (lire ici).

Pour conclure, je suis d’accord que l’absence de rêve et d’espoir pour l’Europe est dramatique… Mais ce n’est pas pour “l’Europe” que je vibre.

Je vibre pour la paix de l’humanité. Je vibre pour la coopération, la transparence, la liberté de penser et d’entreprendre. Je vibre pour l’autonomie politique, alimentaire, énergétique et économique des peuples sur leur territoire, via l’emploi d’énergies renouvelables et de moyens de production locaux. Une vision concrète qui répond davantage, je crois, aux problèmes auxquels l’humanité fait face.