Pourquoi nous avons choisi de fusionner nos startups

Cet article est une réponse à l’article de mon nouvel associé Marc Tessier qui raconte lui aussi notre rencontre : https://medium.com/@marcctessier/au-coeur-du-r%C3%A9acteur-deux-start-ups-fusionnent-91ecd958ce2e

“C’est bon, j’ai pris ma décision. Je rejoins Gofer.”

Je me souviens encore prononcer ces mots : une sorte de saut dans le vide, de pari un peu fou, et en même le temps la sensation dans les tripes de faire le bon choix.

Laissez moi vous raconter comment je me suis retrouvé là.

Le projet initial “InstantJob”

Charles et moi avons monté InstantJob en juin 2016 après avoir acquis des convictions fortes sur l’avenir du marché du travail et les attentes du marché. Précisément, que la manière de travailler en mode freelance allait devenir la généralité dans les quelques années à venir, y compris pour les métiers d’exécutant.

Or nous voyions bien la tendance qui se profilait à l’horizon : le désir de davantage de liberté pour les workers risquait de se matérialiser par davantage de précarité, et / ou des relations de travail plus impersonnelles si les personnes se retrouvaient à faire des extras à des endroits toujours différents.

Que se passe-t-il quand un restaurateur cherche un extra ? Il appelle un par un les personnes de son réseau pour trouver quelqu’un de dispo. Quand il a trouvé, il fait un contrat, une déclaration d’embauche, après coup il fait une feuille de paye … Ou sinon il utilise une appli. Et on lui envoie quelqu’un.

Les restaurateurs et hôteliers passent des heures au téléphone à chercher des extras.

Nous connaissions les différentes plateformes de mise en relation qui se montaient sur le secteur, et nous avions envie d’explorer une autre voie. En discutant avec des prospects, nous avons pris conscience d’un besoin : chaque entreprise avait envie de gérer le réseau d’extra qu’elle avait à la manière de ces plateformes, mais en gardant leur réseau fermé à leurs concurrents. C’est naturel : on a confiance dans les personnes avec qui on a déjà travaillé. Dit simplement : elles avaient besoin de la technologie, mais n’étaient pas encore prêtes à faire le pas de partager leur pool de workers sur un réseau ouvert. Nous avons décidé de créer une solution à ce besoin.

“On a confiance dans les personnes avec qui on a déjà travaillé.”

Et en fait ce besoin est partagé par quantité de secteurs ! Hôtellerie restauration, évènementiel, BTP, para médical, logistique …

Pratiquement un an après, nous avions développé une solution ultra customisable de communication entre un business et un pool d’extras : gestion des disponibilités, champs custom worker, champs custom contrat, édition en 1 clic de documents à partir d’un template … Les prospects qui découvraient notre produit étaient emballés !

L’envers du décor

Mais c’est ensuite que ça se compliquait : le business model SaaS par abonnement leur convenait bien, mais bizarrement, nous avions à chaque fois des difficultés à conclure le contrat. Il fallait réorganiser telle manière de faire en interne, avoir cette fonctionnalité en plus pour pouvoir démarrer … Après des mois de jeu de séduction commerciale, le projet était abandonné.

Dans ce contexte de difficulté commerciale, préoccupé par certaines considérations personnelles et n’étant en fin de compte plus attiré par l’idée d’être startuper, mon associé Charles a décidé d’arrêter là l’aventure.

De mon côté, après réflexion, je ne pouvais pas accepter d’en rester là. J’avais notre mission dans les tripes. Je me suis donc retrouvé à chercher une solution pour la poursuite d’InstantJob. J’ai lancé ma recherche d’associé, et me suis mis à saisir les opportunités qui se présentaient, même les plus improbables.

“J’avais notre mission dans les tripes.”

J’ai rencontré des personnes formidables, qui en une heure de discussion autour d’un café m’ont challengé, m’ont fait comprendre certaines de nos erreurs, m’ont proposé des solutions pertinentes. J’ai perçu notamment à quel point mon business model était difficile.

Pour prendre une comparaison, il est plus facile de vendre plein de stylos qu’un seul logiciel perfectionné : certes le logiciel est plus utile, mais du point du vue du client, c’est une bien plus grosse prise de risque.

La rencontre avec Marc

J’ai contacté Marc vraiment par un immense hasard : il m’a répondu et proposé un café. J’ai accepté. Encore aujourd’hui, j’ai un peu le vertige quand je me rends compte à quel point notre rencontre était improbable.

Marc et moi avons pris un café place de la République

J’ai senti tout de suite quelqu’un de très empathique et à l’écoute. Quelqu’un qui partageait mes préoccupations quant à l’avenir du travail que l’on allait dessiner et ce que ça impliquait d’un point de vue humain, d’un point de vue citoyen, ou moral, comme vous préférez.

Il m’a dit une phrase marquante : si nous avons la même cause, nous ne sommes pas concurrents, au contraire, nous avons toutes les raisons de nous entraider.

“Si nous avons la même cause, nous ne sommes pas concurrents.”

Cette rencontre m’a donné envie d’en savoir plus, et c’est comme ça que j’ai rencontré le reste de l’équipe Gofer, Nicolas, Isabel, et à l’époque, Saïd, Mélissa et Franck.

Ce qui m’a convaincu

La fonctionnalité phare qui distingue Gofer de tous ses concurrents, qui est toute simple, est “Mon réseau”. Chaque employeur peut ajouter à son réseau les personnes en qui il a confiance.

Gofer et InstantJob avaient donc compris simultanément ce point essentiel : les humains préfèrent travailler avec les personnes qu’ils connaissent déjà, en qui ils ont confiance.

La beauté du système Gofer, c’est le business model : 15% de commission sur les heures travaillées. Ca veut dire qu’un client peut tester une première fois hyper facilement ! et sans que ça lui coûte cher. D’autre part, le setup est simplissime ! plutôt que d’avoir à configurer le template de contrat du client dans InstantJob, devenir tiers déclarant … C’est Gofer qui s’occupe de toute la charge administrative ! C’était la réponse à ma problématique de friction commerciale.

J’ai senti à ce moment là que la fusion Gofer — InstantJob avait tout son sens. D’abord par leur cause commune : créer une nouvelle manière de travailler, simple, humaine et en confiance. Ensuite par la complémentarité de leurs apports :

  • InstantJob apporte la validation que malgé les différences de vocabulaire entre les secteurs, le besoin du travail à la demande est universel et peut-être généralisé sur une plateforme unique. InstantJob apporte aussi une solution technique très configurable et avancée pour faire passer le produit Gofer au niveau supérieur. Enfin, InstantJob apporte une expertise sur les portes d’accès aux réseaux d’extras existants des entreprises.
  • Gofer apporte son sens du service client hors du commun, son business model dont la pertinence et la récurrence sont validés par le marché, son expertise du sourcing des workers, les leviers de la cooptation, les leviers de la formation entre workers, et tant d’autres choses encore.
“La cause commune de Gofer et InstantJob : créer une nouvelle manière de travailler, simple, humaine et en confiance.”

La prise de décision

La prise de décision n’était pas facile : c’était aussi beaucoup de renoncements. C’était faire la part des choses parmi tout ce que me disait mon entourage.

Ceux qui ont la chance d’avoir été dans une situation similaire comprendront. Je pense qu’ils seront d’accord pour dire que rien ne vaut ces moments là. On a le ventre noué, mais c’est grisant.

Je vous souhaite à tous de connaître cela un jour !

J’ai écrit ceci en parallèle de mon nouvel associé Marc Tessier qui a lui aussi raconté l’histoire incroyable de notre rencontre: https://medium.com/@marcctessier/au-coeur-du-r%C3%A9acteur-deux-start-ups-fusionnent-91ecd958ce2e