Transports: L’enfer des étudiants

Les étudiants qui n’ont pas de voiture sont obligés de prendre les transports en commun, comme tout le monde. Tout étudiant et surtout les universitaires ont un gros problème avant les études : ‘le Transport’. Pourquoi un moyen de transport devient -il un moyen d’horreur et de préoccupation quotidienne ? Pourquoi les médias ne s’intéressent-ils pas suffisamment à ce problème ?

Le bus, les taxis et le Tramway, des moyens pratique de transport, c’est ce que normalement doit signifier le mot transport, mais la vérité c’est que ce moyen est devenu au Maroc un problème qu’on doit résoudre au plus vite possible surtout les grandes villes comme Rabat et Casablanca. Tout étudiant habitant loin de son établissement est confronté aux problèmes causés par le transport, et quand je parle d’autobus ou bien le Tram je veux parler des chauffeurs ainsi que les responsables.

Parmi les problèmes rencontrés, Les bus sont dans un état catastrophique, fracasser, sales… les sociétés qui ont se problème on trouve « Stareo » à Rabat- Salé et les régions. Les chauffeurs de bus ne s’arrêtent pas toujours aux arrêts de bus prêt des instituts. Aussi les chauffeurs sont irresponsables et non qualifiés. comme tout le monde sait il n’y a pas de sécurité dans le bus on peut nous voler, mais ce n’est pas seulement au bus mais aussi dans les ruelles de Rabat Salé .

il n’y a pas assez de lignes pour certains quartiers comme la ligne 37B il y en a seulement 4 autobus , les gens sont obligés de se coller entre eux comme des sardines a cause du grand nombre de passagers et de la rareté des lignes. Dans les arrêts de bus il n’y a ni siège ni au moins un toit pour abriter les citoyens du soleil ou bien de la pluie. Les bus de « Madinat Al irfane » sont très rares, (je n’en ai jamais rencontré). Sans oublié les problème de surcharge catastrophique au niveau du Tramway et le retard fréquent, la semaine dernière, j’en ai laissé passer trois Tramways (la Ligne 01 Hay Karima-Madinat Al irfane) avant de pouvoir monter .

Les responsables s’en fichent parce que eux ils ont des voitures de service avec chauffeurs. Il faut faire bouger les choses pour notre bien être, et notre sécurité. Les sociétés de transport ont un gros chiffre d’affaire et ne dépensent même pas le un tiers de leurs chiffres d’affaire pour le bien être des clients.

Aziz MAHI

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.