Qu’est-ce-qui fait un influenceur ?

Source : www.bwib-nc.com
If you work on impact, the other things take care of themselves. Srinivas Rao, The Art of Unmistakable

Beaucoup de gens se lancent sur internet et/ou dans différentes entreprises pour se faire connaitre, pour devenir des stars. Ils sont fascinés par l’univers des interviews, des followers, des like, des retweets, des partages, et de la flèche bleue qui témoigne de la certification d’un compte sur les réseaux sociaux. Peu de gens comprennent que tout ceci n’est que la manifestation d’une persévérance sans pareille et d’un travail inestimable.

Être un influenceur est devenu une ambition. On veut ressembler à telle ou telle autre personne, on veut être reconnu dans la rue. Que les choses soient claires :

Aucun influenceur n’en est devenu un par la simple volonté de devenir influenceur. Ca ne se passe pas comme ça. Deux choses mènent à l’influence : la passion et un travail acharné. Point.

Srinivas Raos l’a dit, l’impact est la seule chose importante. Si notre travail a un impact positif et surtout utile, alors nous devenons une référence, une personne vers qui on se tourne lorsqu’on veut une information/un avis fiable sur une question donnée. Cet impact n’apparaît pas en une nuit. La persévérance requise pour arriver au niveau de professionnalisme qui pousserait une communauté à nous prendre pour modèle demande de la passion. Seule la passion permet de tenir dans les moments de doutes et d’échec.

Je parle beaucoup d’influenceurs “venus d’ailleurs” dont le travail m’inspire. Je fais très souvent référence à Myleik Teele, Benny Hsu, Gary Vaynerchuck et bien d’autres encore. Je suis pourtant entourée d’influenceurs. J’en parle peut-être peu parce que ces personnes sont pour moi des amis, et une des règles que je me suis fixée est de ne pas parler de mes amis sur Self-Ish. Je ferai exception à la règle ce soir, car ils sont la parfaite illustration de mon propos.

Je parlerai aujourd’hui d’influenceurs que vous connaissez peut-être, et je vous dirai ce qui fait d’eux des personnes d’influence dans leurs domaines. La liste ne sera malheureusement pas exhaustive, et elle n’a aucun ordre précis. Je parlerai de neuf personnes dont une seule phrase suffit pour me faire sauter de mon lit.

Ce monsieur est une bibliothèque historique sur pieds. Je l’ai écouté parler du Sénégal plus d’une fois. Il ne se contente pas de savoir. Il sait avec précision. Il se souvient des dates, des lieux, des noms, des raisons, des non-dits, des digressions… d’absolument tout. Il maitrise son domaine, le journalisme, et son travail le prouve. Il ne me viendrait pas à l’idée de vérifier une information qu’il me donne, pour la simple raison que je sais qu’il l’a vérifiée 25 fois par tous les moyens existants avant de la partager.

Elle respire œuvre sociale. Elle donne de son temps et de son énergie pour des oeuvres sociales, surtout lorsqu’il s’agit de la femme et de la fille. Panafricaniste confirmée, elle vit l’activisme au quotidien. Elle est devenue une référence en matière de participation citoyenne, car la liste de ses réalisations est longue. Quel que soit le lieu où elle me traîne, je suis prête à la suivre car je sais que c’est forcément pour la bonne cause.

Mac est spécialisé dans l’écriture et la critique littéraire. Je suis son travail depuis nos années à l’université. C’est une référence en matière de littérature africaine. Bakwa Magazine en est la preuve. Il suffit qu’il recommande un livre pour que je sois certaine de sa qualité. Je ne lis pas de revue d’un livre si Mac en a déjà fait une. Je n’ai pas besoin de collecter différents avis sur un auteur une fois qu’il l’a recommandé. Je le lis et c’est tout.

Si Hugues me dit que mon texte ne vaut rien, je l’efface entièrement sans me poser de questions et sans regretter l’inspiration gaspillée. La qualité de ses textes est unique. Il passe sa vie depuis des années à aiguiser sa plume, et son art se bonifie au fil des jours.

Je ne dirai rien sur lui, je raconterai juste une anecdote. Il y a quelques mois Cheikh a fait circuler un Google form pour une inscription à une formation organisée par lui. La formation était intitulée “Les fleurs du mal”. Ce nom ne donnait aucun indice sur le contenu du savoir supposé être dispensé. Il a suffi que le nom Cheikh Fall apparaisse pour qu’un nombre important de gens s’inscrivent sans réfléchir. Jusqu’aujourd’hui je ne sais pas sur quoi la formation portera, mais j’ai hâte d’y participer.

Comme ça a été le cas avec Cheikh, je m’appuierai sur une anecdote. Il y a quelques jours Brice m’a taguée sur un statut Facebook qui demandait de venir en aide à une dame qui avait la charge de jumeaux dont la maman est décédée à l’accouchement. Il était possible de contribuer par Orange Money. La Camerounaise suspicieuse que je suis (surtout lorsqu’il s’agit d’argent) n’a pas hésité une seule seconde. Elle a empoigné son téléphone et a procédé au don. Et je n’ai pas été la seule à le faire. Pourquoi ? A cause du parcours de Brice dans le domaine de l’action sociale. Personne ne doute de l’utilisation de l’argent versé, alors on le donne avec joie.

Il suffit que Paul Emmanuel me dise qu’une de mes inspirations n’est pas bonne pour que je l’écarte sans discuter. Je n’ai pas besoin d’un second avis. Il est la seule personne avec qui je travaille sur Elle Citoyenne, la seule personne qui a son mot à dire et qui a un droit de regard sur ce que je fais. J’ai contacté PEN après lecture d’un billet publié sur son blog à propos de la production de contenu. Il a suffi d’un billet pour que je lui confie la supervision de la production sur Elle Citoyenne. Ca laisse deviner la qualité des informations publiées sur sa plateforme.

J’ai rarement discuté avec une personne aussi cultivée. Avec Vairified, Patrick est une référence en matière d’entrepreneuriat. C’est le seul entrepreneur à ma connaissance dont l’État camerounais a reconnu et célébré officiellement le travail. Son application a eu droit à deux billets sur Elle Citoyenne en raison de son apport social et citoyen. Sa façon de penser est à l’origine de son succès. C’est celui sur qui je “teste” mes raisonnements. Il en ressort toutes les failles en moins de 5 minutes.

Il est inutile de le présenter dans l’écosystème sénégalais. C’est une boîte à idées ambulante. L’ordre du jour de nos réunions n’est jamais suivi, car il y a toujours plus intéressant à dire. Ibuka est une des seules personnes avec qui je peux discuter des heures et des heures et des heures (oui, c’est fait exprès) sans me lasser. J’ai beaucoup à apprendre de lui, de sa vision, de sa perception de la réalité. Il n’a pas amassé ce savoir en deux semaines. Ses nombreuses publications sur ses (5 ?) blogs documentent son parcours d’entrepreneur et d’auteur. Commencez par le lire sur Medium : il y publie de vraies pépites.

La confiance que je mets en chacune de ces 9 personnes n’a absolument rien à voir avec nos relations. Nombre d’entre eux l’avaient acquise avant même qu’on ne se rencontre. J’ai rejoint les rangs de la communauté de chacun d’entre eux pour une seule raison.

L’impact de leur travail trouve écho en moi.

Je n’interviens à aucun niveau lors de leurs séances de réflexion et d’action. Leur but premier n’est pas de me toucher ou de toucher toutes ces personnes qui les suivent. Leur but premier est “d’agir utile”. C’est la raison pour laquelle ils enregistrent de tels résultats et que grâce à ces résultats ils arrivent à un niveau qui n’était pas forcément prévu : l’influence.

Il faut travailler utile pour influencer. Le travail bien fait ne peut pas passer inaperçu. C’est ce travail-là, et rien d’autre, qui fédère une communauté qui se laisse influencer par des résultats qui l’ont satisfaite au-delà de ses attentes.

Venez discuter avec moi en privé, contactez-moi surAsk.fm où je suis prête à répondre à toutes les questions qui me seront posées.

Hello, mon nom est Befoune, et je parle de tout ce qui a trait à la participation citoyenne dans mon pays le Cameroun (et ailleurs) sur la plateforme Elle Citoyenne. Mon ami Tchassa Kamga et moi avons créé la publication Self-Ish pour partager notre expérience dans les domaines du développement personnel, de la création de contenu et des relations entre les humains qui peuplent cette terre. N’oubliez pas de cliquer sur le petit coeur si vous avez aimé ce texte.