Ce que j’ai appris dans le laboratoire numérique de Nice-Matin
Benoit Raphael
6510

Alors, je vais répondre à tout le monde :)

Virginie , ce projet n’a pas transformé le groupe, c’est un chantier qui prendra beaucoup plus de temps. Disons que cette équipe a pu faire beaucoup de choses, très innovantes et significatives, malgré la pesanteur du groupe. Ce qui est important, c’est qu’il trace des lignes sur de nombreux fronts : la mobilité interne (qui devrait être une culture de fond dans toute entreprise), la diversification des sources de revenus (le brand content, l’offre abonnés) le lien avec le lecteur, et le fait que le journalisme ne meurt pas avec le web (temps de lecture plus long et taux d’ouverture plus importants sur les longs formats d’enquête, impubliables sur le papier parce trop longs).

Florian Delafoi : quand on pense data, on pense tout de suite outils, on imagine parfois des tableaux de bord un peu magiques, faits maison, qui donneraient toutes les bonnes informations. La data dans un média, surtout un vieux média, c’est d’abord l’humain. Une ou plusieurs personnes pour la récolter, l’analyser, la mettre en perspective, la corriger éventuellement. Après, nous avons utilisé tous les outils à notre disposition, avec un peu de développement en interne pour automatiser certains résultats que nous voulions régulièrement : Google Analytics, Mailchimp (qui donne beaucoup d’infos), Probance (pour l’e-CRM), Trendsboard (pour la personnalisation sémantique notamment), et tous les tableaux business et RH que nous remplissions chaque mois.

Julie : ❤ Ne change rien, et continue de relever des défis 10 fois plus gros que toi !

christophe : oui, la stratégie était mobile first, aujourd’hui en priorité sur les réseaux et le mail. 70% de l’audience vient du mobile.

yann.ququ06 : je ne vais certainement pas supprimer ce commentaire, même s’il est diffamatoire et anonyme. Il illustre très bien les difficultés auxquelles a dû faire face ce jeune service (beaucoup moins aujourd’hui, heureusement) : rumeurs, mails anonymes, coups de fil passés par un journaliste à la presse pro pour dire que l’offre abonnés était un échec, etc. J’avais connu pire au Monde et à l’Obs :) Ça fait partie du boulot un peu ingrat.

Clément : c’est une bonne question. Mais il faut justement sortir de ces logiques d’inventaire qui n’amènent pas toujours la qualité, et s’appuyer sur le lien direct avec la communauté, et la valeur que l’on peut en tirer.