Et si le revenu de base était versé en monnaie locale ?
Alexis Flot
3523

Votre article me permet d’approfondir ma réflexion sur les deux sujets, le revenu de base et la monnaie locale. L’idée de les coupler me parait particulièrement pertinente.

Le revenu universel est une utopie

Le revenu universel me séduit intellectuellement dans le sens où il permettrait à chacun de vivre décemment dans une société qui ne fournit pas un travail pour tous. Cependant je lui oppose plusieurs objections importantes:

  • Dans l’état actuel de l’opinion (virage conservateur, valeur travail idéalisée, mise en cause permanente de ceux qui profitent…), le revenu universel me parait relever d’une totale utopie.
  • Des besoins immenses non couverts existent dans notre société. Certains dispositifs (Emplois-jeunes en particulier) avaient mis en évidence la possibilité et la pertinence d’y répondre.

J’ai fait mienne la parole d’une chanson de Félix Leclerc: “la meilleure façon de tuer un homme c’est de le payer à rien faire”. L’utilité sociale demeure pour la plupart d’entre nous une raison de vivre. Le revenu universel pourrait être un moyen de relégation des plus modestes.

Ce sont donc 5 à 6 millions de français qui sont privés totalement ou partiellement de travail. Aucune mesure économique ne permettra de résoudre cette question. Les mesures expérimentées à ce jour, ou préconisées agissent de manière marginale sur la courbe du chômage. Il convient donc d’apporter une réponse d’une toute autre nature afin de permettre à chacun de valoriser ses talents et de retrouver une place véritable dans la société.

“ Nous faisons une erreur fondamentale en France de faire reposer la lutte contre l’exclusion sur le secteur marchand à coup de prime à l’emploi versé aux entreprises”
Pierre Cardo, 1995-Député

“ Qui peut imaginer qu’une société bloquée dont le gouvernement enferme un nombre croissant de ses membres dans l’exclusion ait un quelconque avenir.” Philippe Seguin, 1993-Président de l’Assemblée nationale

Le principe du salaire universel garanti

Ma proposition s’éloigne donc du principe de revenu universel. Je proposerai plutôt: un salaire universel garanti.

Chaque citoyen quelque soit son âge (entre 16 et 62 ans) a accès à un emploi (comme le prévoie la constitution)ou à une activité qui lui donne naturellement droit à un salaire ce qui suppose une contrepartie.Les gisements sont énormes:

Des activités d’utilité sociale*: par le passé les associations, les collectivités, grâce à divers dispositifs, emplois jeunes en particulier, ont prouvées leurs capacités à créer des emplois qui répondaient à des besoins non couverts (citoyenneté, sports, culture, éducation etc…). Certains emplois sont même parvenus à s’autofinancer.

Des activités entrepreneuriales : afin de soutenir celle ou celui qui veut créer une activité ou conduire un projet dans un domaine non soumis à la concurrence. Sur un temps court, le dispositif peut être accessible à un futur entrepreneur situé dans le secteur marchand.

Des activités personnelles : la personne bénéficie d’une rémunération afin de mener un projet personnel (formation, recherche, année sabbatique, paternité, maternité etc…)

Le service civil : le contexte actuel rend plus que jamais pertinent ce dispositif.

Comment le financer ?

C’est ici que la pertinence de monnaie locale prend tout son sens. On peut en effet imaginer effectivement :

  • le revenu de base issu des sommes anciennement affectées aux diverses aides sociales, et des sommes provenant de la taxation des grosses sociétés qui ne paient pas d’impôts en France .Ce revenu serait payé en euros.
  • le revenu complémentaire payé en monnaie locale, ce qui serait cohérent, les services rendus répondant à des besoins locaux.
  • les régions et les collectivités locales porteraient le dispositif.

Changer notre manière de penser la société

Qui peut croire que nous pouvons continuer ainsi en excluant des millions de personnes de la vie sociale? Notre société crève de cette situation et nos dirigeants n,ont aucune alternative à nous proposer:une hypothétique croissance qui n’est jamais au rendez vous,et une régression sociale généralisée.

A 15 mois des présidentielles, devenons force de propositions, imposons des idées différentes!

*Cette réflexion s’appuie sur l’expérience des emplois jeunes, dispositif décrié et détruit par la droite. J’ai conduit une étude auprès de 80 bénéficiaires, 75% des jeunes étaient satisfaits de l’expérience, ainsi que 72% des structures d’accueil… L’idéologie a mis fin à cette réussite sans régler pour autant la question du chômage.

  • Au cours de cette période, l’économie française avait redémarré, le chômage avait baissé de manière très importante.
  • Le dispositif à permis d’engranger une expérience importante très utile pour la mise en Oeuvre de cette proposition.