Le droit au logement

C’est la période des primaires et des programmes politiques. Voici des propositions sur le logement.

Le droit au logement est un droit qu’il faudrait ajouter au préambule de la Constitution de 1946.

Lorsqu’on devient adulte, on souhaite voler de ses propres ailes et le premier acte est la location d’un « chez soi ». Encore faut-il trouver un logement à prix raisonnable et un propriétaire qui fasse confiance à quelqu’un qui n’a pas encore « fait ses preuves ».

Trouver un logement à un prix abordable, devient de plus en plus difficile, et on peut se poser la question : Pourquoi l’immobilier n’est plus accessible et à qui ça sert ?

C’est un problème récurrent depuis plusieurs années Il a d’abord été invoqué: la surenchère de l’offre des étrangers qui viennent s’établir en France. Une autre raison qui, elle, n’est pas évoquée, et qui nous ramène aux besoins de l’individu. L’appât du gain par les vendeurs. « Si mon voisin a vendu sa maison 200 000€, je peux la vendre 210 000 € » et puis quand on l’a acheté 210 000 on ne veut pas la revendre en dessous du prix. Ce qui amène une croissance fictive qui n’est pas la réalité réelle du prix de l’immobilier, mais arrange les affaires de l’État et du vendeur. A cause de la flambée des prix, les ménages partent dans des lieux géographiques plus abordables, de plus en plus éloignées de leur lieu de travail.

Quarante-deux milliards annuels sont consacrés à la politique du logement. Consacrons chaque année 10 milliards à rénover des logements anciens ou des locaux appartenant à l’état et aux collectivités locales pour les transformer en logements à petit loyer sans recours aux allocations logements. De l’argent rentrerait ainsi dans les caisses de l’état permettant d’entretenir ce patrimoine.

De plus il est inconcevable que dans un pays riche comme la France des personnes se retrouvent dormir dans la rue. Des chambres individuelles où ils puissent retrouver leur dignité devront être prévues contre le loyer d’un euro symbolique journalier.

D’autres problèmes viennent se greffer, relatifs à l’aménagement du territoire notamment celui des transports, donc de la dépense d’énergie fossile et de temps pour rejoindre ce lieu, ainsi que celui de la construction en étendue au détriment de l’environnement. C’est sur l’aménagement du territoire qu’il va falloir agir. C’est notre mode de vie qu’il va falloir repenser. Pourquoi créer des centres d’affaires avec des tours gigantesques, si c’est pour déserter au point de vue travail les banlieues en accumulant des heures de trajet, et augmentant la pollution avec les transports ?

Oui, mais, …. Cela fait les affaires de l’Etat ….. Tout cela fait dépenser de l’argent au consommateur et permet d’augmenter ce fameux point de croissance si cher à nos financiers.

One clap, two clap, three clap, forty?

By clapping more or less, you can signal to us which stories really stand out.