J’en ai marre de Katy Perry

Ou plutôt, j’en ai assez qu’on me parle d’elle lorsque je suis à la recherche de chansons LGBT+. Assez que I Kissed A Girl et Firework soient considérés comme des hymnes pour la communauté, alors que, croyez moi, ce n’est bien qu’une image, et nous sommes bien plus à les détester qu’à les chanter fièrement. Vous aussi, vous en avez marre de devoir écouter des gens qui ne sont pas concernés chanter à notre place ? Vous aussi, vous voulez pouvoir écouter des chansons sur les sujets LGBT+ sans que ça ne soit qu’un énième cliché ?

Ne vous inquiétez plus, je suis là pour vous. Voilà, rien que pour vous, une liste d’artistes qui font partie de la communauté, certains écrivant sur ces sujets, certains non, mais lorsqu’ils le font, c’est toujours en sachant de quoi ils parlent. Cette liste est classée par ordre alphabétique comme je n’ai pas envie d’établir un ordre de préférence qui serait trop subjectif, et je la mettrai à jour aussi régulièrement que possible.


Against Me! (Does god bless your transsexual heart, true trans soul rebel?)

Assurément le groupe de punk mené par une femme trans le plus populaire en ce moment. Laura Jane Grace est donc une femme trans qui n’hésite pas à écrire sur des sujets qui la concerne depuis qu’elle a transitionné. Et dieu qu’elle le fait bien. Le dernier album en date du groupe, Transgender Dysphoria Blues, est un album concept racontant l’histoire d’une prostituée trans, et je vous assure qu’il vaut l’écoute. On passe du refrain de True Trans Soul Rebel qu’on ne peut plus se sortir de la tête au très négatif FUCKMYLIFE666, en passant par un morceau acoustique Two Coffins qui se fond très bien dans le reste de l’album. Ce n’est définitivement pas l’album à écouter si vous cherchez des chansons positives, mais on sent dans l’écriture toute la réalité des expériences de LJG. Je ne connais pas parfaitement le reste de leurs albums, mais si vous voulez écouter une chanson plus positive, je peux vous citer I Was A Teenage Anarchist qui donne de la motivation à n’en plus finir. Against Me! est un groupe de folk punk auquel tout le monde n’adhérera pas forcément, mais on ne peut pas nier que ce qu’ils font, ils le font bien.

Antony and The Johnsons (One day I’ll grow up I’ll be a beautiful woman / One day I’ll grow up I’ll be a beautiful girl)

Je l’avoue, je ne connais pas encore très bien Antony and The Johnsons. C’est une découverte récente, et pas forcément un style de musique que j’adore, mais ce n’est pas une raison pour ne pas en parler ! Le visage du groupe c’est Antony Hegarty, une femme trans avec un historique musical très impressionnant. Elle se spécialise dans la pop baroque, avec des sons qui font d’abord resortir la voix de la chanteuse. Je n’ai pas encore eu le temps de regarder les paroles de toutes les chansons du groupe, mais elle parle assez régulièrement de thèmes LGBT+, notamment de féminisme en rapport avec la cause. J’ai personnellement une petite préférence pour les chansons Hope There’s Someone et For Today I Am A Boy, qui sont très marquantes.

Ezra Furman (I’ll change my clothes and you can change your name / We’ll pick out one that sounds good)

Je l’ai découvert très récemment et je ne regrette pas une seconde. Ezra Furman c’est un chanteur-compositeur accompli et genderfluid. Je ne connais pour ma part que son travail en solo, qui est un immense coup de coeur pour moi, surtout Lay In The Sun. Sa musique est souvent décrite comme un mélange entre l’indie rock et le folk, et sa voix me fait énormément penser à celle de Ryan Guldemond (le chanteur de Mother Mother, pas dans cette liste mais un très bon groupe) pour vous donner une idée. En tous cas c’est très reposant pour la plupart des chansons et je vous conseille d’écouter si vous voulez un peu de musique calme. Si vous aimez vous pouvez aussi tenter d’écouter son précédent groupe, Ezra Furman & The Harpoons.

Green Day (Secrets collecting dust but never forget / Skeletons come to life in my closet)

Présenter Green Day, c’est bien plus difficile que ce à quoi je m’attendais. Même si vous ne vous êtes jamais intéressé plus spécifiquement au groupe, il y a de grandes chances pour que les mélodies de Boulevard of Broken Dreams ou American Idiot vous soit familières. Ca fait un moment qu’on n’a pas eu de nouveau matériel en provenance du groupe, mais leurs précédents albums ont marqué beaucoup de monde. On les connaît pour leur influence dans les styles punk rock et pop punk, et aussi pour le chanteur du groupe, Billie Joe Armstrong. Bisexuel et fier de l’être, il n’en a cependant pas toujours été ainsi, comme on peut le voir dans la chanson Coming Clean. En dehors de cette chanson, les messages explicitement LGBT+ sont assez rares, mais il tente toujours de dire aux jeunes qui écoute leur musique qu’ils ont leur place dans le monde et n’a pas peur de parler de ses expériences pour les aider, que ce soit pour s’accepter en tant que bisexuel ou en tant qu’ancien combattant de dépression et d’anxiété. Beaucoup de bons morceaux, et si vous ne connaissez pas encore et aimez le punk rock, foncez écouter American Idiot.

Halsey (I’m a wanderess, I’m a one night stand / Don’t belong to no city don’t belong to no man)

Je n’ai toujours aucune idée de l’origine de la popularité d’Halsey. Pas dans le sens où je ne comprends pas qu’elle puisse avoir un grand nombre de fans, je l’aime même plutôt bien, mais plutôt dans le sens où elle semble être apparue de nulle part. Un jour personne ne la connaissaît, et le lendemain je n’entendais plus que parler d’elle. Halsey, c’est d’abord la nouvelle idole des indie pop kidz, avec sa voix si particulière et ses mélodies envoûtantes. On la connaît pour son attitude féministe visible autant dans ses tweets que dans ses paroles, mais en même temps beaucoup de gens oublient que Halsey est une femme bisexuelle qui ne s’en cache pas. La vidéo de sa chanson Ghost la montre d’ailleurs avec une petite amie. J’attends la sortie d’un album complet pour me prononcer, mais les chansons Hurricane et New Americana sont déjà très appréciables, reste à voir ce qu’elle va nous offrir sur le long terme. Si vous voulez avoir une idée de son style, son EP Room 93 est disponible depuis peu !

EDIT 06/09/2015: Son premier album Badlands est sorti, l’occasion d’avoir une vraie idée sur le style de cette jeune femme ! Beaucoup de nouveautés et un son déjà très défini, avec des petites perles telles que Hold Me Down ou encore Colors dont les paroles ont déjà fait le tour de tumblr à maintes reprises. Un franc succès pour ma part, et en plus Halsey utilise sa célébrité pour faire passer tous les bons messages à ses fans, vraiment on ne peut rien lui reprocher !

Angel Haze (And so I stand for the boy who died by his hand / To the sound of his father screaming “woman loves man” / This is Adam and Eve, not Adam and Steve / And I stand for the girl with the cuts up her sleeve)

Difficile de parler d’Angel Haze, de son vrai nom Raeen Roes, sans laisser transparaître l’immense admiration que j’ai pour iel. Pansexuel/le et androgyne, on ressent dans chacune de ses chansons son vécu qui n’a pas été facile. Rappeur/se de talent, ses paroles sont souvent très dures à écouter tant elles sont réelles. On l’entend parler de sa relation avec ses parents dans Black Dahlia ou son freestyle très impressionnant sur Same Love (à l’origine de Macklemore, qui est connu pour s’allier sans trop se mouiller, et de Mary Lambert dont je parlerai plus tard), de thèmes religieux dans Black Synagogue, ou encore événements traumatisants de son passé dans sa reprise de Cleaning Out My Closet (gros tw pour viol ici), à l’origine d’Eminem. Chaque chanson est dure à écouter, surtout pour des gens ayant vécu les expériences dont elle parle, mais si vous pensez être assez fort pour ça, écoutez son magnifique album Dirty Gold.

In This Moment (So go ahead and point your fingers / I love who I want whether him or her)

A peu près chaque personne qui m’a parlé pour plus de cinq minutes est au courant de mon adoration pour In This Moment. Alors attention: déjà c’est du métal, donc si vous n’aimez pas les sons forts je vous invite à passer cette partie et trouver d’autres artistes plus bas qui conviendront mieux à vos goûts. Maria Brink mène le groupe et je ne pourrais pas lister toutes les raisons pour laquelle je l’aime, mais si vous cherchez un groupe mené par une femme bisexuelle (c’est bien pour ça qu’ils sont dans cette liste) très douée et très forte vous avez juste ce qu’il faut. Leur dernier album en date, Black Widow, est un de mes préférés de tous les temps et j’espère que vous saurez apprécier ce groupe très sous-estimé autant que moi ! (tw pour abuse dans beaucoup de chansons par contre)

Jack Off Jill (And I never was your number 1 fan / How can I grow a girl when you never were a man / And I was never nice and I’ve gone too far / You don’t need to be nice when you’ve been kissed by a star)

Jack Off Jill, c’est du quitte ou double. Soit on adore, soit on déteste. Et pour ma part, je les adore. Je ne pense pas avoir entendu de paroles sur des causes LGBT+ dans leurs chansons (mais n’hésitez pas à me corriger s’il y en a), donc je ne pourrai pas les juger sur ça. La chanteuse, Jessicka Adams, est une femme bisexuelle dans un groupe composé exclusivement de femmes qui a beaucoup marqué. Décrites comme des légendes des genres du riot grrrl et du glam rock, il est sûr qu’elles n’ont pas laissé indifférent le public. Il faudra alors adhérer à la voix de Jessicka, qui varie du mielleux gémissement dans My Cat à des parties de screamo assez intenses comme dans Clear Hearts Grey Flowers. Le groupe, après une longue pause de quinze ans, s’est maintenant reformé, avec, je l’espère, des nouveaux morceaux à nous présenter.

Mary Lambert (What’s your middle name? / Do you hate your job? / Do you fall in love too easily? / What’s your favorite word? / You like kissing girls? / Can I call you baby?)

Vous avez demandé de la pop positive sur des filles tombant amoureuses d’autres filles ? Mary Lambert est là juste pour ça ! Je ne connais que deux de ses chansons, et toutes les deux correspondent à ce qu’on cherche dans une bonne chanson positive. La première, Secrets, véhicule un message tellement plus efficacement que dans la plupart des chansons positives que ça me sidère qu’elle ne soit pas plus populaire. Elle nous dit de nous en foutre si le monde connaît ce qu’il voudrait qu’on cache et dont on devrait avoir honte selon la société. Elle souffre de trouble bipolaire, elle est grosse, elle est bordélique, elle est lesbienne, elle parle trop, elle pleure trop, et tout ça, c’est pas grave, et elle peut le montrer au monde entier si ça lui chante. Un message que beaucoup de gens ont besoin d’entendre. She keeps me warm, une autre de ses chansons, est elle simplement une chanson d’amour pour une fille dont elle est amoureuse. Et ça fait du bien ! Ca fait du bien de ne pas voir une chanson tragique pour une fois, où un des deux partenaires meurt à la fin et où l’homophobie est présente dans toutes les lignes. Pour un moment, on oublie les choses négatives, il n’y a que l’amour qui reste, et Mary fait un très bon travail comme on arrive à ressentir autant de bonheur dans ses chansons.

The Max Levine Ensemble (She said I don’t wanna disappoint you but you could never be my girl / Either way we spent a lot of time together / There were questions over gender but we settled in the mean time / She said that’s how it is / I said that’s fine)

Groupe de punk rock indépendant, The Max Levine Ensemble est un énième projet de Spoonboy, et en même temps le seul de ses projets que je connaisse réellement. Derrière le surnom de Spoonboy se cache donc David Combs, qui se définit comme genderqueer. Les paroles du Max Levine Ensemble ont très souvent des implications politiques, je dois cependant avouer qu’en raison de la qualité limitée des albums du groupe, je fais difficilement la différence entre les morceaux. Je peux tout de même vous recommander les chansons Sexy Dreams et Nuclearadio qui se démarquent du lot et valent l’écoute.

Mika (Oh Billy Brown had lived an ordinary life / Two kids, a dog, and a precautionary wife / While it was all going accordingly to plan / Then Billy Brown fell in love with another man)

Sûrement un des plus connus de la liste. S’étant défini comme bisexuel pendant un moment et maintenant se définissant comme gay, Mika est un chanteur de pop dont vous connaissez certainement quelques chansons, à commencer par Lollipop, We Are Golden ou plus récemment Talk About You. Il aborde finalement assez peu les sujets LGBT+, à part dans la très sympathique Billy Brown dont j’ai cité quelques lignes au dessus. Vous le trouverez probablement trop “mainstream”, mais il a tout de même sa place dans cette liste, et être mainstream n’empêche pas de faire de la musique tout à fait appréciable. Si vous n’êtes pas d’une humeur à vous prendre la tête, écoutez d’urgence Life in Cartoon Motion.

EDIT 06/09/2015: Son nouvel album No Place In Heaven contient aussi une chanson explicitement LGBT, Boum Boum Boum, et en plus c’est en français !

Mindless Self Indulgence (All the gay things I say make such a pretty melody)

Trouver des paroles assez soft pour parler de MSI n’était pas une mince affaire. Ne vous attaquez surtout pas à ce groupe si vous ne supportez pas la vulgarité, ce n’est clairement pas l’endroit où chercher de la poésie ! Mindless Self Indulgence c’est d’abord comme ils se définissent eux mêmes de “l’industrial jungle pussy punk”. Comprenez du rock industriel. Chaque membre se démarque à sa façon, ils sont tous plus barrés les uns que les autres, mais celui auquel on pense directement quand on évoque MSI, c’est leur chanteur, Little Jimmy Urine (James Euringer de son vrai nom). Profitant de la moindre occasion pour se dénuder sur scène, passant par des styles vestimentaires plus improbables les uns que les autres, postant des photos de son urine sur instagram (oui) et ne s’exprimant qu’en majuscules, l’homme est un mystère. Il refuse de mettre des labels sur sa sexualité, mais il admet être attiré au moins sexuellement autant vers les hommes que vers les femmes. Peut-être un peu difficile à aborder au début, MSI a pourtant fait d’excellents morceaux, et je ne saurais vous recommander assez l’album If qui regorge de bons morceaux et d’inventivité.

Frank Ocean (This unrequited love / To me it’s nothing but a one-man cult / And cyanide in my styrofoam cup / I could never make him love me)

Frank Ocean c’est avant tout du rap un peu plaintif sur des relations amoureuses. Si c’est mal fait, ce genre de chansons deviennent vite agaçantes, heureusement pour lui, il sait exactement ce qu’il fait. Tout est dosé à la perfection dans ses paroles, et pour accompagner le tout ses instrus sont d’un très bon niveau. Il a fait un coming out officiel sur son tumblr, où il avoue être déjà tombé amoureux d’un homme, son écriture restant assez vague, je ne peux pas mettre un nom sur son orientation à sa place. Dans tous les cas, il a sa place ici. Son album channel ORANGE est pour moi un immense coup de coeur que je vous encourage à écouter, spécialement Super Rich Kids qui est très, très chouette.

PVRIS (Darling don’t be so shy / I see you at midnight / And when I close my eyes / Said it three times, said it three times)

Nouveau groupe sur la scène pop-punk, PVRIS s’est pourtant déjà bien fait remarqué chez les fans du genre. Après avoir sorti deux EPs, ils ont sorti l’année dernière leur premier album, White Noise qui est déjà un succès. Le visage du groupe c’est Lynn Gunn, une femme qui veut s’imposer comme icône pour ses fans LGB, elle parle dans la même interview de sa difficulté à grandir sans avoir de modèles à qui s’identifier. J’ai été incapable de trouver un quelconque label auquel s’identifierait Lynn, je dirais juste qu’elle est au moins attirée vers le même genre que le sien. Un groupe qui fait de très bons débuts donc, je vous recommanderais en priorité Mirrors ou Fire.

Queen (I want to break free / I want to break free / I want to break free from your lies)

Un cas tellement énorme que je vais probablement faire d’énormes erreurs, mais il faut bien se lancer quelque part. On parle ici d’un groupe de rock classique, qui appartient à une époque complètement différente de la nôtre, où l’éducation LGBT+ était encore plus inexistante que maintenant. Freddie Mercury a avoué avoir eu des relations sexuelles avec des hommes, et c’est la chose la plus proche d’un coming out que nous auront pour ce cas particulier. Nous ne pouvons cependant pas lui attribuer un label définitif à sa place. Et pour ce qui est de recommandations, est-ce-que je dois vraiment le faire ? Tout le monde a sa chanson préférée de Queen, et si j’en manque une, je risque de me faire incendier. Alors je vais me contenter de vous conseiller d’écouter ma chanson favorite, Who Wants To Live Forever.

Scissor Sisters (There’s lovers in the backseat / Jealous glances now I’m looking for another song / On the Radio)

Si le nom des Scissor Sisters vous dit quelque chose, c’est normal ! Les chansons Let’s Have A Kiki, I Can’t Decide et surtout I Don’t Feel Like Dancin’ ont eu un grand succès il y a un moment. Il fait partie de cette longue liste de bons groupes qui se font oublier dés que leur single s’épuise. Et c’est dommage, parce que si on se penche un peu plus sur la discographie de ce groupe de dance, eh bien il y a beaucoup de bon à en tirer ! Trois membres du groupe sont ouvertement gay: Shears, Babbydaddy et Del Marquis. Ils en parlent d’ailleurs dans quelques chansons, même si ce ne sont pas forcément celles qui ont le plus de succès. L’album Ta-Dah est selon moi leur meilleur et je vous conseille fortement de commencer par écouter celui là avant de vous aventurer vers leurs autres oeuvres.

Troye Sivan (I smell heartbreak on my hands / I feel sick to my stomach as I begin to stand / I see your outline in my bed / In the same spot I watched him rest his head)

Je ne connaissais que très vaguement Troye Sivan en tant que youtubeur et acteur avant de tomber sur une de ses chansons, et je l’ai donc découvert en tant que chanteur. Si je voulais faire ma rabat-joie je ferais immédiatement ma liste de petits problèmes qui me gêne dans ses chansons, mais on est là pour s’amuser plutôt que pour discuter de vagues soucis. Et s’amuser, c’est justement ce que fait Troye dans ses chansons. Il est ouvertement gay et parle donc de ses partenaires avec des pronoms masculins dans ses chansons, et si ses chansons ne sont pas toujours très joyeuses, on sent qu’il prend du plaisir à les écrire, qu’il sait ce qu’il aime et qu’il le fait exactement comme il le faut. Alors, oui, il y a des problèmes, notamment au niveau du fait que bon nombre de ses chansons se ressemblent un peu, mais pour l’instant ce n’est pas le plus important. Il n’a pas encore sorti d’album long, mais son EP TRXYE est sorti il y a un petit moment, et surtout il contient ce qui est pour moi sa meilleure chanson, Happy Little Pill.

EDIT 06/09/2015: Nouvel EP de Troye, Wild, avec son lot de bonnes chansons mais surtout accompagné d’une trilogie de vidéos nommées Blue Neighbourhood, c’est très bien filmé, c’est très gay et c’est très sur Youtube.

EDIT 21/12/2015: Ca y est, son premier album est sorti! Ca s’appelle Blue Neighbourhood et c’est de l’electropop comme on les aime.

The Spook School (Let me tell you that kind of scares me and / I’ll be honest with you for the first time / Cause you’re probably too drunk to even remember)

Le groupe 2indie4you au point où je suis incapable de trouver les paroles de plus d’une chanson. The Spook School fait du rock, mais du rock sur des sujets qu’ils connaissent. Le guitariste du groupe, Nye Todd, est trans, et si je ne me trompe pas c’est lui qui écrit la majorité des chansons du groupe. Ainsi, si vous cherchiez des chansons sur les genderfluid ou le concept social qu’est le genre. Ca change de nos thèmes habituels, c’est rafraichissant et ça fait un bien fou. Et écoutez l’album Dress Up, vous ne le regretterez pas.

St. Vincent (Oh, the more that I struggle the deeper is the pit / If I can show a hand then I can show a fist / Call the twenty first century, tell her give us a break)

Ah pardon, peut-être que tout ce temps vous cherchiez de l’etherpop avec des paroles qui peuvent être interprétées de plein de manières différentes ? Ne vous inquiétez pas, vous êtes enfin arrivés à destination. St. Vincent est genderfluid, refuse d’utiliser un label sur sa sexualité (même si nous savons qu’elle est attirée vers plus d’un genre), et surtout, elle fait des chansons excellentes. Elle a un univers particulier, je l’avoue totalement, mais c’est justement ce qui fait son charme ici. Ses paroles ont rarement un sens au premier degré, elle demande alors une participation active de l’auditeur pour donner un sens à sa chanson. Paris is Burning est probablement ma chanson favorite, et n’hésitez pas à jeter un coup d’oeil à son dernier album, St. Vincent.

Studio Killers (Jenny darling you’re my best friend / But there’s a few things that you don’t know of / Why I borrow your lipstick so often / I’m using your shirt as a pillow case)

Studio Killers a la particularité d’être un groupe virtuel, dans le type de Gorillaz, c’est à dire qu’il y a des vrais gens derrière les personnages et pas des voix synthétisées, la seule différence avec Gorillaz étant qu’ici, on ne connaît pas l’identité des membres du groupe. Pour que ça soit clair, je ne vais parler que de l’identité des personnages et non pas des vrais gens derrière. Chubby Cherry est donc notre chanteuse dans ce groupe d’electropop, et si des labels ne sont jamais posés sur son identité, on sait déjà quelques petites choses à propos d’elle. Jenny nous donne le plus d’informations, quand Cherry nous raconte qu’elle est amoureuse de sa meilleure amie hétéro. Evidemment, comme le message est très explicite (elle est amoureuse d’une fille, pas de doute là dessus), des fans homophobes ont tenté de démontrer que ce n’était pas vraiment le cas pour telle ou telle raison, et bien sûr c’était un échec cuisant à chaque fois. Cependant des gens un peu partout essaient toujours de prouver que la chanson n’est pas vraiment à propos d’une fille amoureuse d’une autre fille, donc ne vous étonnez pas si vous voyez ce genre de message quand vous écouterez la chanson. On pourrait aussi dire en se basant sur la ligne “All men are pigs, all men but me” dans All Men Are Pigs que Cherry peut être genderfluid. De ce côté là, chacun son interprétation, je choisis de la voir comme genderfluid mais c’est tellement peu de preuves qu’on peut aussi continuer à la voir comme une femme.

Tegan & Sara (No matter which way you go / No matter which way you stay / You’re out of my mind)

Là je dois avouer qu’à part dans leur grand hit Closer, que vous connaissez sûrement également, je ne connais pas grand chose à ce groupe. Tegan et Sara sont des jumelles qui font de l’indie pop et sont toutes deux lesbiennes, mais je ne connais pas assez de leurs chansons pour vraiment avoir un avis sur elles, cependant ce que j’ai entendu m’a plu pour l’instant. Je vous recommande donc d’écouter Walking With A Ghost et Now I’m All Messed Up.

Tribe 8 (Is that a he or a she / Is that a him or a her / Oh excuse me ma’am — uh sir? / Am I supposed to feel ashamed cause you’re confused / Cause I don’t fit in your box / You loser / I’m gonna have a bladder burst while you ponder gender)

Tribe 8 est considéré comme un des premiers groupes de queercore et à avoir contribué en bonne partie à la popularité nouvelle du genre. Pouvant être définies également comme Riot Grrrl, Tribe 8 est constitué uniquement de femmes se considérant comme queer. Et tout cela se reflète dans leurs chansons, presque toutes leurs chansons ayant des thèmes LGBT+. On peut noter leur plus connue Butch in the streets, ou encore Neanderthal Dyke, et ma préférée de loin Wrong Bathroom.

Years & Years (I was a king under your control)

Un tout nouveau groupe qui a déjà fait pas mal de bruit à la sortie de leur premier single King, qui est, avouons le, très accrocheur. Le chanteur Olly Alexander, que vous connaissez peut-être pour avoir joué dans Skins, est ouvertement gay. Pour le moment il n’y a pas grand chose à dire sur ce petit groupe d’electropop, mais j’ai hâte de voir ce qu’ils vont nous proposer par la suite.

Gerard Way (You made a promise then you hide / And you said we’d all be dead by twenty five / It’s not your disappointed sigh / It’s not you traded this for pride / Not that we really even mind / We’re just bored you’re still alive)

Ceux qui me connaissent connaissent déjà l’immense admiration et reconnaissance que j’ai envers Gerard, et aussi à quel point j’aime sa musique, donc ce que je vais dire ne sera probablement pas objectif du tout. Si ce nom vous dit quelque chose, c’est peut-être parce qu’il a été le chanteur de My Chemical Romance et qu’il est également auteur de comics, notamment Umbrella Academy. Il ne parle pas énormément de ce genre de sujets, mais nous savons qu’il a traversé et traverse toujours des phases pour identifier son genre. Il utilise les pronoms he/him et they/them. Son premier album Hesitant Alien est un des albums avec le plus de signification pour moi, et même si vous n’aurez probablement pas la même réaction que moi à son écoute, vous l’apprécierez peut-être tout de même, avec sa britpop remise aux goûts de Gerard. Les chansons Drugstore Perfume et Brother m’ont fait sentir bien pour la première fois après des mois à me sentir mal en permanence, et je dois sûrement la vie à How It’s Going To Be. Mes compliments peuvent sembler exagérés, mais j’espère que vous pourrez au moins apprécier l’album. Commencez par No Shows, le premier single qui en est issu !


Pour le moment c’est tout ce que j’ai dans cette liste. C’est la première fois que j’écris pour moi même depuis au moins un an et ça me fait vraiment bizarre, j’espère au moins que ce n’était pas trop pénible à lire et que vous avez trouvé de nouveaux artistes à écouter là dedans !

N’hésitez pas à me le dire si une des informations que j’ai écrite est fausse, je ne prétends pas être un/e expert/e en la matière ! Et si vous avez d’autres noms d’artistes dans la communauté LGBT+, n’hésitez pas non plus, comme je l’ai dit au début j’éditerai au fur et à mesure. J’espère que ça vous a plu !

Like what you read? Give calypso a round of applause.

From a quick cheer to a standing ovation, clap to show how much you enjoyed this story.